LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    pour ou contre le nucléaire?

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Dim 8 Aoû - 10:21

    De plus en plus de sangliers radioactifs en Allemagne
    La population de sangliers a fortement augmenté ces dernières années en Allemagne, mais le nombre d'animaux contaminés par l'explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl est également en hausse. Le gouvernement a d'ailleurs rémunéré les chasseurs pour les pertes occasionnées par ces sangliers radioactifs, qui ont quadruplés depuis 2007.

    Les sangliers allemands font parler d'eux pour leur agressivité: les incidents se multiplient et les habitants proches des zones boisées ont de plus en plus peur d'en rencontrer sur leur route. Mais le pire est certainement que, plus de 25 ans après la catastrophe de Tchernobyl, les sangliers d'Allemagne restent tout autant contaminés par la radioactivité.

    Selon le Ministère de l'Environnement allemand, près de 425.000 euros ont été versés en 2009 aux chasseurs comme compensation, la viande des sangliers étant trop contaminée pour pouvoir être consommée, une somme quatre fois plus importante qu'en 2007.

    La raison de cette augmentation est simple: la population de sangliers s'est multipliée ces dernières années. Non seulement les sangliers ont accès à plus de nourriture grâce aux champs cultivés mais les hivers moins froids provoquent une augmentation des naissances. Résultat, durant la saison de chasse 2008/2009, près de 650.000 sangliers ont été abattus contre 287.000 l'année précédente, un record.

    Si beaucoup de cette viande finit sa course dans les assiettes allemandes, une grande partie arrive tout simplement à la poubelle pour cause d'un trop haut niveau de radioactivité. Les animaux présentant un taux supérieur à 600 becquerels par kilo sont interdits à la consommation, mais dans certaines régions allemandes, ce niveau est beaucoup plus élevé.

    D'après le Ministère de l'Environnement, la contamination moyenne des sangliers tués dans la Bayerischer Wald, une région forestière en Bavière située à la frontière de la République Tchèque, est de 7.000 becquerels par kilo.

    Les sangliers sont particulièrement sujets à la contamination radioactive présente dans le sol à cause de leur alimentation (champignons, truffes... qui absorbent plus que les autres la radioactivité). (ca)
    03/08/10 13h28

    Publié le 09/10/2006 09:54 | LaDepeche.fr
    http://www.ladepeche.fr/article/2006/10/09/64711-Les-sangliers-sont-plus-radioactifs-que-les-cepes.html
    Les sangliers sont plus radioactifs que les cèpes
    Hautes-Pyrénées.

    Si l'étude menée dans les Hautes-Pyrénées par la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad) ne découragera pas les chercheurs de champignons, elle est plutôt alarmiste pour les amateurs de ventes de sangliers. Comme nous l'indiquions dans notre édition de samedi, dans les secteurs de Capvern, Tourmalet, Aspin, tunnel de Bielsa, la Criirad a relevé une concentration particulièrement importante de Césium 137, cette substance radioactive déposée par le nuage de Tchernobyl sur le sol français en 1987.

    Ce césium est stocké par quelques racines et par les pieds de champignons, y compris ceux qui poussent maintenant. Il faudrait néanmoins en consommer à haute dose (150 fois par an) pour s'exposer à un cancer à très long terme. C'est précisément ce que font certains sangliers. Des taux dépassant trois fois la norme autorisée ont été relevés dans la viande de certains ongulés : jusqu'à 2000 becquerels (l'unité de radioactivité) dans un kilo alors que la norme autorisée se situe à 600. Dans une année de forte poussée de champignons, comme 2006, beaucoup des sangliers peuvent avoir ingéré de tels volumes, d'où l'appel à la vigilance de la Criirad qui précise : « La cuisson n'élimine pas les substances radioactives de la viande de sanglier ». Cet appel n'a pas été relayé par les pouvoirs publics qui depuis l'accident nucléaire de Tchernobyl en 1986 n'ont jamais fait analyser les sols. Il faut en moyenne 30 ans pour que le césium 137 finisse par disparaître.

    Le cas des sangliers radioactifs.
    (déplacé depuis l'article, puis réintroduit le 21 nov 2009) [modifier]
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Sanglier

    Après la catastrophe de Tchernobyl, des sangliers radioactifs ont été signalés dans la plupart des zones touchées par le nuage.
    En montagne, 16 ans après le passage du nuage radioactif en France (Est du Pays, Corse, Pyrénées), la radioactivité moyenne due au Césium 137 de Tchernobyl était deux fois plus élevée (20 000 Bq/m2) en forêt que sur les prairies (10 000 Bq/m2), et vingt fois plus élevée (1000 Bq/m2 en moyenne) que sur les éboulis des mêmes zones. Et alors qu'ailleurs, elle régressait dans les champs, elle tendait encore à augmenter dans les dépressions des forêts ou au mieux à y rester stable sur les pentes. Dans ces zones sous les pentes, des taux moyens de 500 000 Bq/m2 étaient alors mesurés sous les arbres et à leur périphérie. Selon l'IRSN, en 1986, en France, la radioactivité des champignons (met particulièrement recherché par les sangliers) était 5 à 10 fois plus élevée que celle du lait ou des céréales (273 à 1165 Bq/kg pour les champignons analysés dans le Parc National du Mercantour). Plus grave, elle a diminué beaucoup plus lentement chez les champignons, de même que la radioactivité du gibier de 1986 à 2003, (dépassant parfois la limite de commercialisation), ce qui montre qu'il y a bioconcentration et contamination persistante de la chaine alimentaire. Un sanglier consommant les champignons sur une tache de contamination du Mercantour, selon l'IRSN, est exposé à une « dose efficace » très élevée (de 10 à 100 µSv), mais les champignons à fructification souterraine n'ont pas été pris en compte par cette étude, alors qu'on sait qu'ils concentrent probablement mieux encore la radioactivité, avec un délai lié au temps de percolation du césium dans le sol (1cm par an en moyenne). Comme il faut en moyenne 20 ans pour que le césium atteigne leur zone principale de prospection, on peut penser que c'est vers 2006 que ces champignons devraient commencer à devenir très radioactifs, ainsi donc que les sangliers, écureuils, certains micro-mammifères et les animaux qui les mangent ou mangent leurs cadavres, ou ceux qui consommeront des nécrophages.[1]. Une étude récente[2] montre que le phénomène s'aggrave pour le sanglier. Elle a porté sur la contamination du sanglier sauvage par le radiocésium de Tchernobyl dans le Land de Rhénanie-Palatinat (Allemagne), par analyses d’échantillons de 2.433 sangliers tirés dans une zone de 45.400 ha de forêts dans l’ouest de cette région, de janvier 2001 à février 2003.
    Les deux dernières années de l’étude (mai 2002 à Février 2003), les chercheurs ont aussi étudié le contenu et la radioactivité des estomac de 689 des sangliers tués. Les résultats montrent que la viande de sanglier suit une courbe saisonnière de contamination en dépassant les taux admissibles en été pour 21 à 26% des sangliers, avec une forte réduction en hiver (1-9.3%) qui indique une consommation plus élevée de nourriture contaminée durant la période de végétation. Le déclin de la contamination observé en Automne semble lié à une grande consommation de glands et faînes de hêtres pas ou peu contaminés.
    L’été 2002, une analyse précise du contenu en nourriture des 18 estomacs les plus radioactifs (345 à 1.749 Bq/kg de matière fraîche) a été faite, ainsi que pour les 18 estomac présentant les plus bas taux de césium radioactif (moins de 20 à 199 Bq/kg). Des restes de truffes du cerf (Granulatus Elaphomyces) ont été trouvé dans des proportions beaucoup plus élevées dans les estomacs très contaminés que dans des estomacs faiblement contaminés. Ce champignon semble donc la principale cause de contamination des sangliers. il a été détecté dans les forêts du Palatinat, par un chien truffier à une densité moyenne d'une truffe par 20 mètres carrés, principalement dans les zones de résineux, et avec une teneur moyenne en césium 137 de 6.030 Bq/kg (fm).

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Mar 10 Aoû - 5:06

    http://energie-climat.greenpeace.fr/nucleaire-sacrifier-la-surete-au-profit-de-la-rentabilite-d-une-industrie-aux-abois-greenpeace-decrypte-le-rapport-roussely



    climat.greenpeace.fr/]Energie / Climat | le 5 août 2010[/size]

    Nucléaire]http://energie-climat.greenpeace.fr/nucleaire-sacrifier-la-surete-au-profit-de-la-rentabilite-d-une-industrie-aux-abois-greenpeace-decrypte-le-rapport-roussely]Nucléaire : Sacrifier la sûreté au profit de la rentabilité d’une industrie aux abois – Greenpeace décrypte le rapport Roussely[/size]


    Le rapport de François Roussely sur l’avenir de la filière française du nucléaire civil a été remis, le 27 juillet dernier, au président de la République et a été examiné le jour même dans le cadre d’un conseil de la politique nucléaire statutairement présidé par le Chef de l’Etat.
    Greenpeace livre ici un décryptage de ce rapport, sur la base de la]http://www.elysee.fr/president/root/bank_objects/Synthese_ROUSSELY.pdf]la synthèse mise en ligne par le site de l’Elysée.

    Comment est né le rapport Roussely ?
    Le rapport Roussely tente de répondre à un problème majeur pour l’industrie nucléaire française : comment sauver Areva en augmentant la rentabilité d’EDF ?
    Réponse simple : vendre des réacteurs à l’étranger ! Car Areva a deux activités : fournir et traiter le combustible nucléaire (principalement pour EDF) et construire des réacteurs nucléaires. Seulement voilà, d’un côté EDF met en concurrence Areva sur l’achat du combustible, négocie le coût du retraitement qu’elle ne juge peut être pas si utile à son activité ; d’un autre côté les perspectives de construction de réacteurs nucléaires en France et plus largement en Europe ne sont guère réjouissantes…
    C’est donc la crise dans l’industrie nucléaire : que va devenir Areva ? Eh bien elle va exporter des réacteurs nucléaires dans le monde et le rapport Roussely nous révèle à quel prix l’Etat français va tenter de sauver Areva. Décryptage des priorités dessinées par le rapport.
    Priorité numéro 1 : Développer des produits inadaptés grâce à des fonds publics
    Le rapport Roussely l’admet à demi-mot, la filière nucléaire française n’a pas encore trouvé le « produit » miracle sensé lui permettre de conquérir les marchés mondiaux. Ainsi, le rapport annonce que « la crédibilité à la fois du modèle EPR et de la capacité de l’industrie française à réussir de nouvelles constructions de centrales nucléaires ont été sérieusement ébranlées par les difficultés rencontrées sur les chantiers finlandais et français »
    En réalité, depuis les années 50, la recherche et développement française dans le domaine des réacteurs nucléaires civils semble n’avoir été qu’une suite de mauvais choix payés par le contribuable :
    - Années 60 : après seulement 9 réacteurs construits en France, abandon de la filière graphite-gaz développée dans les années 50,
    - Années 80 : après 4 réacteurs construits en France, le modèle N4 (100% français) est abandonné,
    - 2010 : le rapport Roussely annonce que l’EPR ne correspond pas aux besoins du marché et qu’il faut développer un nouveau réacteur… Encore. « Des modèles plus petits que l’EPR semblent plus conformes aux attentes de certains clients. Il convient de compléter l’offre française et de disposer de plusieurs familles de produits…». Et ce, alors même qu’aucun EPR n’a encore été entièrement construit !

    Bilan de la conquête mondiale de l’industrie nucléaire française : En France il y a plus de réacteurs issus de la technologie américaine de Westinghouse que des technologies françaises . Hors de l’hexagone il n’y a aucun réacteur français en fonctionnement
    Au nom de « l’information fiable » que prône le rapport Roussely dans le domaine nucléaire, Greenpeace souhaiterait savoir combien d’argent public la France a dépensé à la conquête des marchés mondiaux en développant 3 modèles de réacteurs nucléaires différents ne correspondant pas aux besoins du marché ?
    Priorité numéro 2 : Faire financer la vente de ce nouveau produit par le secteur privé ou les fonds publics destinés aux renouvelables
    Construire une centrale nucléaire coûte de l’argent, de 4 à 5 milliards d’euros selon les modèles. La dernière annonce pour les retards sur l’EPR de Flammanville dans la Manche faisait état par exemple d’un nouveau milliard d’euros de surcoût amenant le coût total du projet à 5 milliards d’euros (contre 3 milliards initialement annoncés); et il semblerait que d’autres annonces soient à suivre.
    Les investisseurs privés boudent le secteur nucléaire car la construction d’un réacteur est aujourd’hui un investissement très risqué, risque que ces derniers refusent d’assumer : délais de construction qui débordent, surcoûts, prix dérégulés de l’électricité, opposition au projet, mise à l’arrêt fréquent des centrales…
    Le rapport Roussely propose donc deux pistes que Greenpeace dénonce :
    - ouvrir au nucléaire les financements réservés aux énergies renouvelables alors même que le nucléaire est une énergie fossile, polluante et dangereuse ;
    - rendre l’industrie plus compétitive afin d’attirer des investisseurs privés… En faisant baisser les coûts au détriment de la sûreté nucléaire.

    Priorité numéro 3 : Rogner sur la sûreté et la sécurité
    Bien que chaque page du rapport Roussely martèle qu’il ne saurait être envisagé de transiger sur les exigences de sûreté et de sécurité propres au risque nucléaire, l’analyse des principales propositions du rapport orientent pourtant le lecteur dans ce sens..
    Le rapport stipule que « la seule logique raisonnable ne peut pas être une croissance continue des exigences de sûreté. Dans ce contexte, il est proposé de lancer, sous la responsabilité de l’Etat, un groupe de travail dont la mission serait de formuler des propositions en vue d’associer au mieux exigences de sûreté et contraintes économiques, en incluant une vision internationale, a minima européenne« .
    Les propositions concrètes qui alimentent cette phrase laissent très clairement percevoir la volonté du rapport Roussely d’affaiblir l’ASN au profit de l’Etat dans le contrôle de la sûreté nucléaire…
    On peut lire : « en France, il convient que l’État définisse un modus vivendi équilibré avec l’Autorité de Sûreté, c’est-à-dire [b]réaffirme le rôle régalien qu’il ne devrait pas abandonner à une autorité indépendante« . On retrouve cette idée dans les 15 principales recommandations dont l’une est de « réexaminer la mission de l’ASN telle qu’elle est définie dans la loi sur la Transparence et la Sûreté Nucléaire de 2006« , cette même loi qui a fait de l’ASN une autorité indépendante.
    Les rédacteurs du rapport Roussely semblent ignorer que la directive]http://eur-lex.europa.eu/fr/dossier/dossier_46.htm]directive européenne du 25 juin 2009 sur la sûreté des installations nucléaires[/url] précise dans son article 5 que l’autorité de réglementation de la sûreté nucléaire doit être indépendante de tout organisme promouvant le nucléaire. L’Etat français étant le principal actionnaire d’Areva et d’EDF, il est inenvisageable que le contrôle de la sûreté nucléaire lui soit confié.
    Malgré le caractère incomplet du seul document qui a été rendu public, la synthèse du rapport Roussely confirme bien les difficultés économiques auxquelles est confrontée la filière nucléaire française et notamment Areva. Plus grave, ce document prône une régression dans le contrôle de la sûreté nucléaire en s’attaquant au statut de l’ASN ou à ses prérogatives. Cette proposition est une nouvelle preuve de l’inconciliabilité des exigences de sécurité et de rentabilité dans le domaine nucléaire…
    Plutôt que de chercher désespérément à faire vivre le modèle du tout nucléaire par peur de froisser un lobby enraciné au cœur de l’Etat, nos dirigeants devraient se poser la question de la viabilité de ce choix fait il y a plus de 50 ans en totale irresponsabilité.
    En savoir plus :
    Lire]http://www.elysee.fr/president/root/bank_objects/Synthese_ROUSSELY.pdf]Lire la synthèse du rapport Roussely sur le site de l’Elyséee (format pdf)
    La]http://www.greenpeace.org/france/campagnes/nucleaire/fiches-thematiques/l-epr]La fiche thématique sur l’EPR
    Lire]http://energie-climat.greenpeace.fr/nucleaire-edf-et-areva-sur-le-podium]Lire ou relire l’article : Nucléaire : EDF et Areva sur le podium
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Dim 5 Sep - 19:29


    Ville-sur-Terre 03 septembre 2010

    Portes Ouvertes à la poubelle nucléaire de Soulaines,
    Mail ouvert à Marie-Claude DUPUIS, directrice d’ANDRA LAND

    vendredi 3 septembre 2010

    De : Michel Gueritte Sujet : ANDRA LAND le 12 septembre Date : Fri, 03 Sep 2010 11:33:19 +0200




    Madame,

    Permettez-nous de vous féliciter vous et tous vos créatifs du service communication pour votre remarquable campagne de banalisation du nucléaire.

    Après Dysneyland, après Nigloland…

    ... Andraland !

    En effet le dimanche 12 septembre prochain vous ouvrez au public les portes de la poubelle nucléaire de Soulaines, et vous proposez une visite en petit train "touristique" !

    Génial : vous offrez un ticket pour l’environnement et la technologie. Après le petit train de la mine, le train fantôme, vous avez inventé le train de la banalisation du nucléaire. En donnant cette dimension ludique à la visite d’un site dangereux, vous transformez une poubelle fermée et interdite en un parc d’attraction, en un banal parc à thème.

    Votre invitation est claire :

    "Montez à bord du petit train, arrêtez-vous aux différentes stations (contrôles radiologiques, stockage des colis de déchets, surveillance de l’environnement, technologies…) et rencontrez le personnel qui vous apportera toutes les explications utiles. Approchez le chantier de construction d’ouvrages de stockage, visitez l’exposition sur la biodiversité…"

    "Et parents, venez avec vos enfants ! Puisqu’il y a même une animation spécialement conçue pour eux sur le thème de la forêt."

    Pourtant, comme déjà expliqué, à l’occasion de l’opération Portes ouvertes du 14 septembre 2008, c’est un lieu hyper-dangereux, fermé, grillagé, "barbelisé", gardienné, interdit…. Et puis, étonnamment, tous les deux ans, pendant quelques heures, un beau dimanche, c’est soudainement un parc d’attraction recommandé aux enfants, aux bébés et aux femmes enceintes. Curieusement les visites encadrées, en semaine, sont interdites aux moins de 12 ans. Nous l’avons déjà dénoncé dans cette vidéo : La banalisation du nucléaire :

    http://www.dailymotion.com/video/x7...

    La banalisation du nucléaire :

    La banalisation du nucléaire, c’est effectivement votre troisième métier, après celui de géologue et d’éboueur… Vous vous positionnez même en référence mondiale pour la gestion des déchets nucléaires !

    Madame, si vous souhaitez un jour passer votre retraite à la campagne, nous espérons que vous choisirez votre résidence dans

    L’Aube en Champagne-Ardenne,

    Aube et Champagne devenues grâce à vous une terre d’accueil pour l’industrie nucléaire et ses déchets. Rappel :

    Au nord, la Centrale nucléaire de CHOOZ.
    Au sud-ouest la Centrale nucléaire de NOGENT-SUR-SEINE.
    Près de Reims, le polygone expérimental de PONTFAVERGER-MORONVILLIERS, dont les activités seront bientôt transférées à VALDUC, au sud, et qui deviendra alors une friche industrielle contaminée.
    A SOULAINES, la poubelle Faible et Moyenne Activité à Vie Courte.
    Et son terminal ferroviaire à BRIENNE-LE-CHÂTEAU.
    A MORVILLIERS, la poubelle TFA (Très Faible Activité).
    A MORVILLIERS encore, le futur stockage provisoire d’une partie des déchets FA-VL (Faible Activité à Vie Longue).
    A JUZANVIGNY (probablement dans le triangle Morvilliers- Epothémont-Juzanvigny) la future poubelle des déchets Faible Activité à Vie Longue, que les communes de PARS-LES-CHAVANGES et AUXON ont refusé.
    A EPOTHEMONT où avec la complicité de la Communauté de Communes de Soulaines, l’entreprise DAHER vont bientôt inaugurer un centre de tri de déchets radioactifs.
    A EPOTHEMONT encore, où DAHER construira probablement, sur les 20 000 m2 qu’il vient d’acquérir, des containers avec des matériaux métalliques radioactifs "récupérés". Vous l’avez vous-même déclaré récemment, Madame DUPUIS.
    A MONTREUIL-SUR-BARSE, où Véolia va accueillir des DIB (Déchets Inertes Banals) en provenance des INB. (Installations Nucléaires de Base). Et en plein Parc naturel, qui vient de récupérer son label, en échange d’un projet de construction d’un incinérateur...
    Et à BURE enfin, le pseudo Laboratoire à la frontière Meuse/Haute-Marne, où des collectifs se battent toujours pour vous empêcher d’enfouir à 500 m sous leur terroir, les pires poisons nucléaires !

    Madame, en tant que directrice de l’ANDRA, vous êtes en partie responsable de ce massacre, de cette image catastrophique que vous donnez à notre patrimoine, à nos terroirs, à notre champagne, à notre choucroute, à nos fromages, au tourisme...

    Voilà pour la radio-cartographie des environs ! Et en pièce jointe, une carte pour mieux visualiser la densité de ces sites mortifères.

    Nous invitons “vos” visiteurs à prendre connaissance des questions qu’ils peuvent se poser sur :

    les rejets
    le rayonnement ambiant
    les fuites de tritium
    le stockage de plutonium, d’uranium, de chlore 36
    le niveau de la nappe phréatique sous le radier des alvéoles
    l’entreposage de déchets FA-VL à Morvilliers
    le stockage des déchets FA-Vl en profondeur à Juzanvigny
    l’enquête sanitaire dans le Soulainois

    Tous les détails et les liens sont à cette adresse :

    http://www.villesurterre.com/index....

    Derniers conseils pour les parents :

    Surveillez bien vos enfants, parce que ce n’est pas l’endroit idéal pour jouer à la marelle ! Ne laissez pas traîner les "doudous" sur le sol ! Attention aux chutes, aux bobos ! Attention aux mains et genoux par terre ! Ne les laissez pas sucer leur pouce : quelques scientifiques ont calculé qu’un milliardième de gramme de plutonium dans un poumon, c’est un cancer dans les 10 ans...

    Madame DUPUIS, petits et grands vous remercient. Et en plus l’entrée d’ANDRA LAND est gratuite : une journée, 2 adultes et 2 enfants : ANDRA LAND = 0 euro, NIGLOLANG = 84 euros ! DISNEYLAND = 196 euros !

    Madame Dupuis, ce 12 septembre, nous nous permettrons d’informer courtoisement les visiteurs au carrefour habituel.

    Cordialement

    Michel GUERITTE Président de la Q.V. 8 route de Soulaines 10200 VILLE-SUR-TERRE

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Lun 4 Oct - 20:42

    Réseau "Sortir du nucléaire"

    Fédération de 876 associations agréée pour la protection de l'environnement
    http://www.sortirdunucleaire.org/

    EXCLUSIF : Des notes confidentielles d'EDF attestent de la dangerosité du réacteur EPR et de tous les réacteurs nucléaires en France.



    Le Réseau "Sortir du nucléaire" a reçu le lundi 27 septembre 2010 des documents internes à EDF qui démontrent que la conception et la fabrication d'éléments du couvercle de la cuve de l'EPR de Flamanville sont de nature à provoquer un accident de type Tchernobyl.


    Plus grave encore, selon une note rédigée par le Chef du Département combustibles nucléaires d'EDF en 2001 (1), un accident de type Tchernobyl est possible sur tous les réacteurs nucléaires français. L'EPR est également concerné.


    Plusieurs documents EDF démontrent que le nombre de soudures et le type d'acier utilisé dans certaines parties du couvercle de la cuve du réacteur EPR à Flamanville peuvent provoquer une fuite de cette cuve. EDF juge que cette fuite peut, à son tour, dégénérer en un accident de type Tchernobyl. L'acier défaillant et les soudures font partie du système d'arrêt d'urgence du réacteur nucléaire EPR et concernent 89 points d'entrée dans la cuve du réacteur.


    Les documents EDF reçus par le Réseau "Sortir du nucléaire" démontrent que les ingénieurs d'EDF ont conçu des parties du couvercle de la cuve de l'EPR qui mettent en péril la sûreté du réacteur EPR et violent, en toute connaissance de cause, la réglementation française (2) relative aux équipements nucléaires sous pression.


    Pour le Réseau "Sortir du nucléaire", la conclusion s’impose : en toute conscience des problèmes, EDF persiste dans une politique qui sacrifie la sûreté aux impératifs économiques ! Au regard des conséquences catastrophiques d’un éventuel accident, cette légèreté est impardonnable.


    Failles de conception, toxicité accrue des déchets, atteinte de limites technologiques, vulnérabilité à des attentats (voire au cyber-terrorisme)… Avant la remise par EDF du rapport de sûreté sur Flamanville, le Réseau "Sortir du nucléaire" souhaite rappeler la liste de tous les problèmes du réacteur. En France, en Finlande et ailleurs, il est urgent de mettre définitivement fin au programme EPR, et d’engager la transition vers un futur sans nucléaire.


    Interrogée par l'AFP, EDF n'a pas démenti ces informations alarmantes.

    Le Réseau "Sortir du nucléaire" prépare donc une lettre à l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN).


    Lien vers les documents EDF et notre analyse détaillée : http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/EPR-revelations2.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Sam 9 Oct - 19:10

    Gravelines : quatre sous-traitants légèrement contaminés à la centrale nucléaire
    mercredi 06.10.2010, 18:43 - La Voix du Nord

    De "légères traces de contamination" ont été relevées tôt ce matin sur quatre intervenants à la centrale nucléaire de Gravelines, selon le service de communication de la centrale.

    Ces quatre salariés de sociétés sous-traitantes intervenaient à l'intérieur du bâtiment réacteur n°6, à l'arrêt depuis un mois pour une opération programmée de rechargement de combustible et d'opérations de maintenance.

    Lors de la remise en eau d'une partie du circuit pour les tests, une bulle d'air légèrement radioactif est arrivée dans la cuve du réacteur. Cela a provoqué le déclenchement des balises de mesure, ce matin à 4 h 30.

    "Les 13 salariés présents dans le bâtiment réacteur ont été évacués de manière préventive et dirigés vers le service médical pour procéder à des examens, indique le service de communication. Ces contrôles ont mis en évidence de très faibles traces de contamination sur quatre salariés, inférieures au 1/100e de la limite annuelle réglementaire fixée à 20 milliSieverts pour les intervenants en zone nucléaire. Aucun suivi médical particulier n'est nécessaire."

    Le chantier dans le bâtiment réacteur 6 a repris à 6 h 50.

    Comme le veut la procédure dans un cas semblable, les quatre intervenants ne reprendront pas le travail aujourd'hui.


    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Ven 15 Oct - 5:01

    Réseau "Sortir du nucléaire", fédération de 876 associations agréée pour la protection de l'environnement
    http://www.sortirdunucleaire.org/

    Communiqué de presse du 14 octobre 2010

    Tricastin : 40 000 euros d'amende pour le pollueur AREVA-SOCATRI

    Le 14 octobre 2010, le tribunal correctionnel de CARPENTRAS a condamné AREVA-SOCATRI à une peine de 40 000 euros d’amende, pour avoir caché à l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) le grave incident qui s’est déroulé en 2008 dans ses installations du TRICASTIN.

    Le Réseau "Sortir du Nucléaire", qui s’était constitué partie civile, obtient 8000 euros de dommages-intérêts et la publication de la décision dans « La Tribune » et « Vaucluse Matin ». Nous regrettons cependant que le Tribunal ait relaxé AREVA SOCATRI du délit de pollution de l’eau, et que la condamnation reste en deçà des réquisitions du Procureur de la République (qui avait requis 100 000 euros d’amende, ainsi que la fermeture de l’unité de production en cause).

    Il s’agit dans tous les cas d’une décision sans précédent, qui est justifiée par la gravité des faits : le 8 juillet 2008, suite à une fuite survenue dans l’usine SOCATRI, filiale d’AREVA, sur le site du Tricastin (Drôme), 75 kg d’uranium ont été rejetés dans les cours d’eau avoisinants. 30 m3 d’effluents chargés d’uranium ont contaminé les eaux superficielles, privant la population d’eau potable et polluant des lieux de baignade fréquentés. Des niveaux élevés de contamination radioactive ont également été repérés dans les nappes phréatiques et à l’eau du robinet.

    Des négligences scandaleuses de la SOCATRI-AREVA sont à l’origine de cet "incident" grave. Le Réseau "Sortir du nucléaire" attend de recevoir la copie du jugement pour envisager de faire appel de la relaxe partielle devant la Cour d’appel de Nîmes.

    Le Réseau "Sortir du nucléaire" demande dans tous les cas qu’une inspection indépendante des différents sites du Tricastin soit entreprise afin d’évaluer les risques de pollution de toutes les installations nucléaires, civiles et militaires et que l’environnement et les riverains bénéficient, dans les meilleurs délais, d’une surveillance sanitaire indépendante. Une inspection inopinée de l’ASN le 10 juin 2010 a encore relevé des négligences concernant l’étanchéité des bassins de rétention.

    Seule une sortie définitive du nucléaire peut permettre de diminuer les risques dramatiques que la filière nucléaire fait courir à l'environnement, aux salariés et à la population.

    Contact presse : Maître Busson 06 72 12 72 47

    Davantage d'informations sur la pollution au Tricastin :
    http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/pollution-a-l-uranium-au-tricastin/

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Ven 15 Oct - 5:03

    http://phdx.blog.lemonde.fr/2010/10/14/combien-coutent-les-dysfonctionnements-du-parc-nucleaire-dedf-15-milliards-deuros/



    14 octobre 2010

    Combien coûtent les dysfonctionnements du parc nucléaire d’EDF? 15 milliards d’euros
    L’hiver approche et, avec lui, la crainte de la grande coupure, celle de 19h03 tapante, l’heure de pointe de la consommation d’électricité. Avant, il n’y a pas si longtemps, EDF avait de la marge. Aujourd’hui, elle n’a plus de réserve et doit acheter du courant de plus en plus souvent. Les centrales nucléaires ne suivent plus. Conclusion logique : il faut en construire de nouvelles. Faire fonctionner correctement les 58 réacteurs du parc règlerait pourtant le problème plus rapidement et à moindres frais.

    Il faut imaginer 17 de ces 58 réacteurs à l’arrêt complet simultanément pendant un an. Cela ressemble à un cauchemar, c’est la réalité. Regardons les choses positivement, en 2009, 41 réacteurs ont fonctionné correctement. Cela donne un taux de production épouvantablement bas de 71 %. Allez vendre la technologie française à l’étranger dans ces conditions, comme le soulignait la synthèse du Rapport Roussely , avant l’été (P. 7/23). Pas sûr que le capitaine de l’équipe de France du nucléaire soit exemplaire.

    EDF cherche 20 milliards après en avoir perdu 15
    Ce chiffre, officiel, mais à la diffusion discrète (disponible au fin fond du Document de référence 2010), pose un problème gigantesque à l’entreprise, au gouvernement et finalement aux consommateurs puisque l’entreprise doit trouver une vingtaine de milliards dans les prochaines années. Depuis 1998, date à laquelle EDF passe en dessous de la moyenne mondiale, les dysfonctionnements du système nucléaire français ont coûté entre 11 et 15 milliards de résultat.

    Habituellement, EDF préfère parler du taux de disponibilité que du taux de production. Il n’est guère plus présentable, mais il a deux avantages : il évite de mettre en évidence l’impact des mouvements sociaux et des grandes campagnes de maintenance sur ses comptes. Un peu d’arithmétique est nécessaire pour comprendre la magie des chiffres.

    L’exploitation des centrales s’améliore partout sauf en France
    Le taux de disponibilité mesure la production d’électricité réalisée sur une année rapportée à la capacité de production disponible. Un réacteur nucléaire est une énorme machine qui ne fonctionne pas 7/7, 24h00 sur 24 et 365 jours par an. Il doit être arrêté pour des campagnes d’entretient planifiées longtemps à l’avance, ou pour faire le plein de combustible. Au début de l’année, les ingénieurs savent donc très précisément quelle production ils vont pouvoir tirer des réacteurs… sauf panne inopinée. Chaque arrêt non prévu fait chuter le taux de disponibilité. C’est mécanique.

    Et EDF a longtemps bénéficié de la comparaison avec les autres exploitants de centrales nucléaires. Après la catastrophe de Tchernobyl, les producteurs d’électricité d’origine nucléaire du monde entier ont décidé de se regrouper sein de la World association of nuclear operators (Wano), pour partager leur expérience et leur savoir-faire. Chaque année, la Wano publie donc un taux de disponibilité moyen de ses adhérents qui permet de mesurer la maîtrise technique des réacteurs nucléaires dans le monde.

    Le bon élève de la classe nucléaire a commencé à rentrer dans le rang dans les années 90. À ce moment-là, EDF a pris un peu de retard. Oh, pas grand-chose, l’entreprise se retrouvant 1 point en dessous de la moyenne. Les réacteurs dans le monde tournaient en moyenne à 81 %, ceux d’EDF à 80 %. C’est ensuite que les choses se sont sérieusement gâtées. Entre 2000 et 2009, le monde progressait pour atteindre 87 %. Surpris par des incidents inattendus EDF reculait et se retrouvait 9 points derrière.

    En 2009, l’entreprise touchait ce qu’il faut appeler un point bas : 78 %. Ce chiffre est connu, ce qui l’est moins c’est la manière dont il a été calculé. En 2009, EDF avait prévu de faire de très importants travaux en concertation avec l’Agence de sécurité nucléaire, elle ne devait donc produire que 500 TWh (térawatt-heure), soit 27 TWH que l’année précédente. Moins à produire n’a pas permis de produire mieux, au contraire. En 2010, la direction promet de se situer entre 78,5 et 79,5 %. Rendez-vous, en début d’année prochaine.

    Pour bien mesurer, les médiocres performances d’EDF, il faut maintenant regarder son taux de production. Un chiffre que l’entreprise évite de mettre trop en avant. Il est finalement beaucoup plus simple à calculer puisqu’il suffit de prendre la production réalisée divisée par la production théorique maximale, ou la capacité de production installée : 553 TWh en France. Là, les chiffres sont encore moins glorieux. L’année dernière EDF est donc tombée à 71 %. Une production de 390 TWh pour une capacité installée de 553 TWh. Pourquoi y a-t-il un écart de 7 points entre le taux de disponibilité et le taux de production ? Les conflits sociaux et les imprévus liés à l’environnement (basses eaux en été, gel des cours d’eau en hiver…). En 2009, ce sont les conflits sociaux qui ont pesé sur la machine.

    L’objectif de 85 % repoussé de 2011 à 2015
    Reste à calculer le coût des dysfonctionnements. Là encore, EDF ne lâche pas de chiffres. Des sources aussi diverses que sérieuses admettent qu’un point de non-fonctionnement coûte entre 200 et 300 millions d’euros en résultat d’exploitation, ou en manque à gagner. Ne compliquons pas les choses et visons au milieu de la fourchette, soit 250 millions d’euros.

    Comment calculer la facture ? Il faut encore arrêter un point de référence. C’est quoi un taux de fonctionnement correct ? Il semble légitime de prendre la moyenne affichée par Wano depuis le dérapage entamé en 1998 : 87 %. Encore une fois, il ne s’agit pas des performances des meilleurs, ils se trouvent au-delà de 95 %, mais d’une moyenne. Coût de l’écart par rapport à la moyenne mondiale : 15 Milliards d’euros depuis l’an 2000.

    La direction affirme qu’il est impossible pour EDF d’aller au-delà de 85 %. Un objectif d’abord fixé pour 2011, repoussé à 2015. Soit, le nucléaire représente souvent un appoint de production dans les autres pays, quand il apporte 88 % de l’électricité dans l’hexagone. Prenons donc 85 % pour les années 2000 et Wano avant quand EDF était dans la moyenne. Dans ces conditions, le mauvais fonctionnement des centrales nucléaires a coûté à EDF 11 milliards depuis 1998.

    Un dernier chiffre sachant que les aléas sociaux dépendent de la gestion de l’entreprise, il n’est pas interdit de prendre comme référence le taux de production pour obtenir le coût total des dysfonctionnements. À 250 millions le point le manque à gagné est de 14 Mds € entre 2004 et 2009.

    PhDx

    (1) Nous avons sollicité à de multiples reprises et par différents biais le service communication d’EDF qui n’a pas souhaité nous faire rencontrer d’interlocuteurs et qui a refusé de commenter les chiffres que nous lui soumettions, nous renvoyant vers des documents officiels que nous avions déjà récupérés. Nous n’avons ainsi pas pu obtenir de chiffres pour le taux de production avant 2004.

    14 octobre 2010
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Sam 16 Oct - 7:51

    Mobilisons-nous contre le nucléaire et ses déchets dangereux

    A l'occasion du transport le plus radioactif du monde, les vendredi 5 et samedi 6 novembre 2010, le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle à des rassemblements et à des actions de sensibilisation dans un maximum de gares SNCF de France pour dénoncer les transports nucléaires qui sillonnent les routes et les voies de chemin de fer.

    Ensemble, faisons la lumière sur l'impasse nucléaire.

    Dans le cadre de l'appel ci-dessous avec Greenpeace, des mobilisations seront organisées le long du trajet du transport (Manche, Calvados, Eure, Seine Maritime, Somme, Pas de Calais, Nord, Aisne , Ardennes, Meuse, Moselle, Meurthe et Moselle, Bas Rhin) et tout particulièrement dans les villes de Caen, Rouen, Amiens, Arras, Nancy, Strasbourg.

    Pour connaître les horaires de passage du convoi, en savoir plus sur ce transport et agir à nos côtés partout en France :
    http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/train-d-enfer-transport-la-hague/

    Pour agir près de chez vous, nous mettons du matériel à votre disposition (banderole, affiche, tract, tee-shirts…).

    Merci pour votre action à nos côtés.

    Contact :
    Laura Hameaux
    Coordination Nationale des groupes et actions
    Réseau Sortir du nucléaire
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Sam 30 Oct - 21:35

    Réseau "Sortir du nucléaire", fédération de 876 associations agréée pour la protection de l'environnement
    http://www.sortirdunucleaire.org/

    Communiqué de presse du 29 octobre 2010

    Attention, train d'enfer !
    Les horaires du transport de déchets le plus radioactif de l'histoire

    Les 5 et 6 novembre prochains, un train convoyant des déchets nucléaires vitrifiés allemands va traverser la France d’ouest en est, puis une partie de l’Allemagne. Onze conteneurs, également appelés CASTOR, transporteront des déchets de très haute activité « retraités » à l'usine Areva de la Hague. Acheminés en camion de la Hague à Valognes depuis le 25 octobre, ils quitteront la Manche vendredi 5 novembre pour être transportés, en train, jusqu'en Basse-Saxe. À l'arrivée, ils seront à nouveau chargés sur des camions, pour rejoindre le site de Gorleben où ils seront entreposés, en attente d'un stockage définitif. Ce « train d'enfer » constituera le transport le plus radioactif connu à ce jour dans le monde. En réaction, le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle à une mobilisation la plus large possible et publie les horaires de ce train (téléchargez les horaires par le lien internet en bas de ce communiqué).

    Ce transport comporte des risques, il est pourtant tenu secret

    Les rayonnements radioactifs émis par les onze conteneurs « CASTOR » entraînent un risque d’irradiation des cheminots et des riverains. Comme tout transport de matières radioactives, ce convoi présente également des risques en terme de sûreté et de sécurité. Et pourtant, les autorités ne fournissent aucune information sur ce type de transport. Elles taisent également sa dangerosité pour les riverains, la population et les salariés impliqués.

    Retraiter les déchets : une fausse bonne idée !

    Le retraitement des déchets nucléaires est directement responsable de la concentration phénoménale de radioactivité de ce convoi. Pour le Réseau "Sortir du nucléaire", « dans l'usine de retraitement de la Hague, en « recyclant » les déchets, Areva, en réalité, ne fait qu'augmenter la contamination environnementale, les risques de prolifération de l'arme atomique, et le volume de déchets radioactifs. Pour une tonne retraitée, environ 65 m3 de déchets sont produits. Retraiter les déchets nucléaires n’est donc pas une solution. C’est un choix politique qui a été fait pour laisser croire que l’on savait quoi faire de ces déchets ingérables... ».

    Ni à la Hague, ni à Gorleben : aucune solution satisfaisante n’existe aujourd’hui pour la gestion des déchets radioactifs

    Si la Hague n’est pas un lieu de stockage satisfaisant, Gorleben ne l’est pas davantage. Ces déchets nucléaires allemands doivent retourner sur leur lieu de production. Le nucléaire est un choix dont les conséquences morales, financières et environnementales doivent être supportées par les entreprises concernées. Ces déchets doivent donc logiquement retourner à l’envoyeur : les entreprises allemandes EON, RWE, Vattenfall et EnBW. Le Réseau "Sortir du nucléaire" rappelle qu'il n'existe "aucune solution pour les déchets nucléaires : il ne faut surtout pas les enfouir, et il faut arrêter d'en produire ! La sortie du nucléaire est possible rapidement, par les économies d'énergie, la sobriété énergétique et le recours aux énergies renouvelables ».

    Le Réseau "Sortir du nucléaire" se mobilise et publie les horaires du train

    Afin de faire toute la lumière sur ce type de transport, et de dénoncer l'impasse que constitue le recours à l'électricité d'origine nucléaire, le Réseau "Sortir du nucléaire" se mobilise. Nous appelons à des mobilisations tout au long du trajet. En partenariat avec Greenpeace, nous organisons des rassemblements dans six grandes villes : Caen, Rouen, Amiens, Arras, Nancy et Strasbourg. Nous publions également conjointement les horaires du transport.

    Pour en savoir plus :
    http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/train-d-enfer-transport-la-hague/

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Sam 6 Nov - 12:58

    URGENT - COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU SAMEDI 6 NOVEMBRE À 2 H 00

    SCOOP - Le Réseau "Sortir du nucléaire" révèle le nouveau trajet et les nouveaux horaires du train d'enfer
    http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/train-d-enfer-transport-la-hague/

    Face aux mobilisations, les autorités ont décidé au dernier moment de modifier le trajet du « train d'enfer ».

    Alors que le train d'enfer devait prendre cette nuit la direction du Nord de la France, où de nombreuses mobilisations étaient prévues, et passer par les villes de Arras, Valenciennes, Fourmies, Hirson et Charleville, le Réseau "Sortir du nucléaire" révèle que le train prendra finalement, après la gare de triage d'Amiens (Longueau), la direction de Reims (51), puis passera par Châlon-en-Champagne (51) et Metz (57).

    Une fois de plus l'opacité est de mise dans le nucléaire en laissant la population dans l'ignorance des risques qu'elle encourt.

    « Face à la mobilisation massive des associations, et aux initiatives qui se multiplient depuis deux jours pour informer la population, le lobby nucléaire préfère encore une fois jouer la carte de l'opacité totale et choisit de détourner le train au dernier moment. Areva aurait-elle donc quelque chose à cacher ? » ironise Laura Hameaux, porte-parole du Réseau « Sortir du nucléaire ».

    Quand le train d'enfer passe, AREVA fait la loi

    Les autorités et l'administration française sont à la botte du lobby nucléaire :

    - Le directeur de la SNCF intervient en personne pour interdire des mesures de radioactivité

    A Sotteville-les-Rouen, les militants avaient négocié avec les autorités l'autorisation de réaliser des mesures de radioactivité. Le directeur de la SNCF, Guillaume Pepy, est intervenu en personne pour tenter de les faire interdire. Malgré tout, ils sont parvenus à réaliser ces mesures: la radioactivité émise par le convoi, à 6 mètres de distance, est 20 fois supérieure au taux de radioactivité naturel. On comprend pourquoi ces mesures paraissaient si gênantes !

    - La SNCF mobilise ses équipes techniques et modifie les plannings

    Du jamais vu : dans le Nord de la France, la Direction de la SNCF a mobilisé ses équipes techniques et fait modifier les plannings des cheminots pour que ceux-ci se rendent sur les voies. Cette décision soudaine laisse difficilement croire qu'il s'agisse de travaux de maintenance.

    Les militants pacifistes qui protestent contre le nucléaire sont-ils donc terrifiants au point que la SNCF demande à ses agents de se mettre aux aguets pour les attendre ?

    Le Réseau « Sortir du nucléaire » rappelle qu'il n'existe aucune solution pour gérer les déchets nucléaires.

    Il faut ne surtout pas les enfouir et arrêter d'en produire! Sortons du nucléaire.

    Suivez l'actualité en directe du train d'enfer sur : http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/train-d-enfer-transport-la-hague/

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Dim 7 Nov - 5:19

    Communiqué de presse du 6 novembre 2010

    Train d'enfer : les élus ont été tenus dans l'ignorance !

    Le Réseau "Sortir du nucléaire" révèle que les maires des nombreuses communes traversées n'ont pas été informés du passage du train radioactif qui vient de rejoindre l'Allemagne. Le "train d'enfer" a pourtant parcouru 1500 km en France à travers 12 départements. En tenant les élus du peuple dans la plus stricte ignorance de leurs activités, AREVA et le lobby nucléaire montrent tout leur mépris envers la démocratie. Un véritable Tchernobyl sur rail a circulé en France pendant 24 h d'ouest en est, et l'Etat aurait voulu que les citoyens n'en sachent rien. Le "fait du prince" atomique est inadmissible.

    Le Réseau "Sortir du nucléaire" a joué son rôle de lanceur d'alerte en révélant le trajet et les horaires du train d'enfer. Le dispositif policier n'aura pas réussi à faire taire les antinucléaires, et met en lumière l'opacité et l'autoritarisme qui entourent le nucléaire. AREVA a dû détourner le "train d'enfer" 2 fois de suite (une première !) pour fuir les regards des militants et des journalistes.

    Le train a maintenant passé la frontière allemande. Le Réseau "Sortir du nucléaire" apporte tout son soutien aux actions de protestation non-violentes menées par les citoyens allemands, notamment le blocage de Berg et la grande manifestation qui a rassemblé aujourd'hui 50 000 personnes à Dannenberg, dans la région où les déchets seront entreposés.

    Le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce le dispositif policier impressionnant, son coût pour la démocratie… et pour les contribuables ! La collectivité paye des centaines de milliers d'euros pour le déploiement impressionnant des forces de l'ordre (hélicoptères, compagnies de CRS...) qui protègent les seuls intérêts d'AREVA et de l'industrie nucléaire. Quant au coût de la gestion des déchets nucléaires, il demeure inconnu, même si l'on sait qu'il sera astronomique. Et pour cause : il n'existe aucune solution pour gérer ces déchets. La seule politique responsable est d'arrêter d'en produire, donc de sortir du nucléaire.

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Lun 8 Nov - 5:18

    URGENT – SUIVI DU TRAIN D'ENFER

    Communiqué de presse du lundi 8 novembre à 1 h 30

    Face à la détermination citoyenne,
    la police violente les manifestants mais finit par capituler.

    Le train ne redémarrera pas avant ce lundi 8 novembre - 9 h au mieux...

    Le Réseau "Sortir du nucléaire" révèle que le train d'enfer ne redémarrera pas avant le lundi 7 novembre 9 h au mieux du fait de la mobilisation massive des opposants au nucléaire.

    Depuis son départ en France de la gare de Valognes dans la Manche le vendredi 5 octobre à 14 h 30 et après un périple de 2 500 km, le train est actuellement stationné en Allemagne à Dahlenburg à 40 km du terminal ferroviaire de Dannenberg. En effet, hier soir la police a capitulé face à la présence massive de manifestants sur les voies et a entouré le train à l'arrêt de « barbelés rasoirs ».

    A Dannenberg Ost, les 11 conteneurs « Castor » devraient ensuite être chargés sur des camions, pour parcourir, par la route, les 25 derniers km jusqu'au centre d'entreposage de Gorleben. Du fait d'une très forte mobilisation populaire, c'est la première fois qu'un convoi de déchets radioactifs mettra autant de temps à arriver à Gorleben, s'il y arrive un jour.

    Militants pacifiques et déterminés – Société nucléaire, État policier

    Grâce à ses informateurs sur le terrain en Allemagne, le Réseau "Sortir du nucléaire" assure un suivi heure par heure de l'avancée du train et des mobilisations. Il publie, sur son site internet, des informations exclusives en France, notamment une vidéo accablante des violences policières perpétrées dans la journée du 7 novembre sur des militant-e-s criant « Keine Gewalt! - Non à la violence ! ».

    "Ces violences policière intolérables contre des manifestants aussi déterminés que pacifiques, font écho à celles subies en France par les militant-e-s du GANVA (Groupe d'Actions Non-Violentes Antinucléaire), confirmant ainsi le célèbre adage « Société Nucléaire – Société policière »", s'insurge Charlotte Mijeon, porte parole du Réseau "Sortir du nucléaire".

    Suivi exclusif heure par heure de la mobilisation et lien vers la vidéo sur les violences policières en Allemagne:
    http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/train-d-enfer-transport-la-hague

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Mer 10 Nov - 5:23

    APPEL NATIONAL URGENT À SOUTENIR 7 MILITANTS ACCUSÉS D'AVOIR AGI CONTRE LE NUCLÉAIRE


    Ils s'appellent Félix, Hélène, Aurélie, Christelle, Maxime, Damien et Thomas.

    Tous ont la particularité d'avoir bloqué pendant trois heures et demi un convoi de déchets radioactifs à Caen le 5 novembre dernier. Trois activistes ont été gravement blessés aux mains (un a eu deux tendons sectionnés à la main gauche).

    Le 9 novembre, les militants ont porté plainte contre X pour violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique.

    Les militants ont besoin de 15 000 euros pour payer une caution demandée par le justice d’ici le 15 novembre.
    À défaut de paiement, les 7 jeunes militants seront incarcérées jusqu’à leur procès, qui se tiendra le 8 décembre à 14h au tribunal de Caen.

    Merci de votre indispensable soutien.

    Informations, vidéo et dons en ligne :
    http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/train-d-enfer-transport-la-hague/article/action-de-blocage-du-ganva-a-caen

    Merci de diffuser massivement ce message.


    --------------------------------------------------------------------------------

    Réseau "Sortir du nucléaire"

    Communiqué de presse du 9 novembre 2010

    Société nucléaire, société policière :
    répression scandaleuse contre les militants non-violents.

    Suite à une mobilisation pacifique d'une ampleur inédite, le transfert des onze conteneurs de déchets hautement radioactifs depuis la Hague (Manche) jusqu'à Gorleben (Allemagne) a pris deux fois plus de temps que prévu. En France, la répression étatique et policière fait rage contre les militants du GANVA (Groupe d'Actions Non-Violentes Antinucléaires) qui s'étaient enchaînés aux rails devant le « train d'enfer » à Caen (Calvados). Le Réseau « Sortir du nucléaire » appelle ses militants et tous les citoyens à soutenir le GANVA. L'aide financière est urgente. Le procès aura lieu le 8 décembre à Caen.

    Violence policière et répression étatique : les autorités à la botte du lobby nucléaire

    Il est inadmissible qu'en réponse à une action non-violente, les forces de l'ordre utilisent la violence et occasionnent volontairement des blessures. Les militants du GANVA ont donc décidé de déposer une plainte. La décision du procureur de la République et du juge des libertés montre bien la volonté du pouvoir de réprimer tout acte de désobéissance civile qui viendrait porter atteinte aux intérêts du lobby nucléaire. Cette décision s'inscrit dans la tendance actuelle à la répression systématique des mobilisations et actes de protestation politique. Ces faits montrent encore une fois que le nucléaire est incompatible avec la démocratie, et qu'il ne peut résister à une véritable transparence. Si la population avait été réellement informée des risques et dangers inhérents au recours à l'atome, l'industrie nucléaire n'aurait pas pu se développer si facilement en France.

    Rappel des faits

    Le 5 novembre 2010, un convoi de déchets vitrifiés allemands très hautement radioactifs, composé de 11 conteneurs « Castor », a quitté la gare de Valognes (Manche) pour rejoindre le site d'entreposage de Gorleben en Allemagne. À 15h40, 5 militants du GANVA se sont enchaînés aux rails à 100 m du Viaduc de la Cavée, juste avant la gare de Caen, forçant le train à s'arrêter. Celui-ci est resté immobilisé pendant 3h30. La philosophie de cette action pacifique et non-violente était de ne pas avoir à se confronter physiquement avec les forces de l'ordre. Le blocage effectif du train reposait sur des entraves matérielles sur lesquelles les 5 militants s'étaient enchaînés, enfilant leurs bras dans des tubes métalliques passés sous les rails. Il était de la responsabilité des gendarmes et policiers de les "désincarcérer" en toute sécurité ! Or, face à la pression de leur hiérarchie, les forces de l'ordre ont perdu leur sang froid et blessé trois personnes en coupant les tubes. L'une d'elles a eu deux tendons de la main sectionnés et a dû subir une opération, les deux autres ont été brûlées et doivent subir une greffe de peau. Les deux brûlés ont été directement placés en garde à vue après des soins minimum aux urgences, et n'ont pu consulter à nouveau un médecin que bien plus tard le lendemain. Le militant blessé au poignet a été directement conduit en garde à vue sous escorte policière dès sa sortie de l'hôpital. Au final, sept militants ont été maintenus en garde à vue pendant 24 h et font l’objet d’un contrôle judiciaire supposant le règlement de cautions, pour un montant total de 16 500 €, à payer avant le 15 Novembre. À défaut de paiement, elles seront incarcérées jusqu’à leur procès, qui se tiendra le 8 décembre à 14h au Tribunal de Grande Instance (TGI) de Caen.

    Face à cette répression intolérable, le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle à la solidarité financière, et au soutien massif des militants du GANVA au tribunal de grande instance de Caen le mercredi 8 décembre à 14 h.

    Notre résistance ne connait pas de frontière !
    Unser Widerstand kennt keine Staatsgrenzen !

    Contacts presse du Réseau "Sortir du nucléaire" :

    - Sophie Morel : 06 83 55 15 24
    - Nadine Schneider : 06 85 50 82 77
    _________________________________________________

    Informations, dons en ligne :
    http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/train-d-enfer-transport-la-hague/article/action-de-blocage-du-ganva-a-caen

    Site du GANVA : http://ganva.blogspot.com/

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Mer 10 Nov - 16:52

    Le mouvement anti-nucléaire, une histoire allemande
    pour Le Monde.fr | 09.11.10 | 18h51 • Mis à jour le 10.11.10 | 10h25

    sponsorisés par Berlin, Correspondant - Le convoi nucléaire parti de la gare de Valognes (Manche) vendredi est donc arrivé à sa destination finale, le centre de stockage allemand de Gorleben, mardi 9 novembre. A priori, les dizaines de milliers de manifestants allemands ont perdu la partie face aux 20 000 policiers exceptionnellement mobilisés pour la circonstance.

    Pourtant, en Allemagne, le gouvernement se garde bien de crier victoire. Au contraire, ce sont les organisateurs du mouvement écologiste qui se félicitent d'une mobilisation militante exceptionnelle.

    Ce week-end durant lequel des milliers de personnes ont retardé le train, notamment en s'enchaînant sur les voies ferrées, constitue une date importante pour le mouvement nucléaire allemand qui n'en pourtant manque pas. Dans ce pays où le mouvement associatif est puissant et organisé, cela fait trente-cinq ans que la lutte contre le nucléaire mobilise une partie de la population.

    AMPLEUR NATIONALE

    Le combat fondateur eut lieu à Wyhl, une commune du Bade-Wurtemberg où le gouvernement avait projeté, en 1973, de construire une centrale nucléaire. Après une première occupation à laquelle les forces de l'ordre mirent fin au bout de 48 heures seulement, les militants écologistes reprirent possession des lieux et y campèrent huit mois durant : de février à octobre 1975. Le combat nucléaire qui, jusque là n'avait qu'une importance régionale prit une ampleur nationale. Malgré une décision de justice en faveur de la construction de la centrale, celle-ci ne vit jamais le jour.

    Fort de ce succès, les anti-nucléaires tentèrent deux ans plus tard de s'opposer à deux autres centrales : celle de Brokdorf et au surgénérateur de Kalkar construit par l'Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique. En 1977, entre 50 000 et 60 000 personnes se mobilisèrent contre chacun de ces deux projets.

    Si la centrale de Brokdorf fut reliée au réseau électrique en 1986, le surgénérateur de Kalkar qui rencontra de multiples déconvenues techniques fut abandonné et transformé en 1995 en parc de loisirs !

    En 1979, trois jours après l'accident de la centrale américaine de Three Mile Island qui entraîna l'évacuation de 200 000 personnes, Hanovre connut le plus grand rassemblement anti-nucléaire jamais organisé jusqu'alors en Allemagne : 100 000 personnes protestèrent contre la construction d'un centre de stockage à… Gorleben. Cette petite localité alors située aux confins de la RDA (de l'autre côté de l'Elbe) devient rapidement un symbole du mouvement anti-nucléaire.

    En mars 1980, un campement y fut organisée et l'"Etat libre du Wendland" proclamé. Mais en septembre 1982, le gouvernement siffla la fin de la partie. Néanmoins, le mouvement Vert était lancé. Hétéroclite au cours de la décennie précédente et non représenté au Bundestag, celui-ci s'est peu à peu structuré et eut ses premiers députés en 1983.

    IMPORTANTS DÉBATS

    La catastrophe de Tchernobyl en avril 1986 (qui traumatise encore les Allemands) allait achever de crédibiliser le mouvement anti-nucléaire. Quelques mois plus tard, –et après une manifestation à l'issue de laquelle un militant fut tué – le gouvernement renonce à construire une usine de retraitement à Wackersdorf.

    Depuis les années 1990, le mouvement anti-nucléaire concentre son combat sur les transports de déchets nucléaires.

    L'énergie nucléaire est un sujet qui continue de provoquer d'importants débats en Allemagne. En décidant en septembre de prolonger de douze ans en moyenne l'activité des dix-sept centrales nucléaires que le gouvernement de gauche avait, en 2003, décidé de fermer au plus tard en 2022, Angela Merkel a choisi d'affronter l'impopularité. 59 % des Allemands sont hostiles à cette prolongation, 37 % y sont favorables et 4 % seulement n'ont pas d'opinion (sondage Infratest).

    Le parti des Grünen a le vent en poupe. Aujourd'hui 22 % à 25 % des Allemands se disent prêts à voter pour lui. D'ailleurs, lors de l'occupation de la voie ferrée qui mène à Gorleben, on a vu ce week-end des policiers prendre en photo Claudia Roth, la populaire présidente du parti Vert, présente sur place durant tout le mouvement.

    Frédéric Lemaître


    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Ven 19 Nov - 17:37

    Bonjour,

    Voici en pièce jointe le recueil des interventions de la conférence-point presse du 14 octobre dernier. Vous pourrez ainsi retrouver les synthèses de chacun des intervenants, à savoir:

    - Nils Andersson, membre du conseil scientifique d’Attac France ;
    - Christian Boisgontier, ancien porte-parole de la Confédération paysanne ;
    - Roland Desbordes, président de la CRIIRAD ;
    - Véronique Gallais, administratrice d’Action Consommation.

    Retrouvez toutes les informations en ligne sur http://www.irradiation-aliments.org/Aliments-irradies-aurons-nous,103.html

    Aussi, nous vous invitons à découvrir la nouvelle plaquette d'information du Collectif en ligne sur le site à la page suivante: http://www.irradiation-aliments.org/Document-de-presentation-Aliments.html
    C'est un document de synthèse de 4 pages, n'hésitez pas à le diffuser autour de vous et faites découvrir le sujet des aliments irradiés!

    Bonne lecture.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Dim 21 Nov - 19:33

    Pollution radioactive à Golfech :
    EDF S.A. hors la loi,
    les associations portent plainte.
    Les centrales nucléaires rejettent régulièrement dans l’environnement des éléments chimiques et radioactifs, ainsi que de la chaleur. Ces rejets nocifs sont théoriquement encadrés par la loi, mais EDF S.A. commet impunément des infractions, et « bricole » la loi pour l’adapter à ses besoins industriels. Parmi les derniers exemples en date, deux concernent la centrale de Golfech (Tarn-et-Garonne)...

    Le 18 janvier 2010, 450 litres d’effluents radioactifs provenant de cette centrale ont été accidentellement déversés dans le milieu naturel. Cette fuite pose le problème des faibles doses de radioactivité. L’exposition régulière à ces faibles doses explique vraisemblablement les excès de leucémies et de cancers aux environs des centrales nucléaires. Ce phénomène sanitaire a été constaté à l’étranger, et particulièrement en Allemagne... mais le sujet est encore tabou en France.

    Quelques mois avant cet incident, les associations locales avaient montré la présence, dans les algues de la Garonne, de tritium (forme radioactive de l’hydrogène) lié au fonctionnement de la centrale de Golfech.

    Par ailleurs pour l’année 2009, EDF S.A. a dépassé le volume maximum annuel d’eau de la Garonne utilisée : 44,3 millions de m3 ont été évaporés par les deux réacteurs de Golfech, soit 2,3 millions de m3 de plus que la limite légale.

    Nous ne pouvons pas accepter de voir une entreprise bafouer impunément la loi, nuire à l’environnement, et faire peser des risques graves sur la santé des travailleurs du nucléaire et des riverains.

    Nous ne pouvons pas accepter de laisser une entreprise porter atteinte à la qualité des productions agricoles irriguées depuis la Garonne, et par voie de conséquence, nuire à l’image de toute l’agriculture régionale.

    Le Procureur de la République est à présent saisi par différentes organisations environnementales, afin de mener une enquête sur ces dysfonctionnements inacceptables : la plainte est portée par le Réseau "Sortir du nucléaire" et les Amis de la Terre Midi-Pyrénées, soutenus par "Sortir du nucléaire" du Gers, du Lot, du Tarn, du Tarn et Garonne, SERENES SEREINES (Aveyron), "Mouvement Citoyen Lotois pour la Sortie du Nucléaire", Vivre Sans le Danger Nucléaire de Golfech (Lot et Garonne), Confédération Paysanne Lot et Garonne (organisation professionnelle), UMINATE Midi-Pyrénées, SEPANSO 47.

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Mer 24 Nov - 19:06

    Bonjour,

    Les prochaines conférences sur les aliments irradiés auront les vendredi 26, samedi 27 et dimanche 28 novembre au salon Naturellia, le salon Bio des Alpes, à 14h30 chaque jour : Ces conférences seront animées par Pierre Ferrandon (CRiiRAD).

    Toutes les informations sont sur le site http://www.naturellia.com/les-conferences

    Comment s'y rendre:
    Parc des Expositions - Rue des Centaures - La Roche-sur-Foron
    Par l'autoroute A 40 sortie n°16 Bonneville Ouest prendre Direction La Roche-sur-Foron
    Par l'autoroute A 410 sortie n°19 La Roche-sur-Foron
    Suivre la Direction Parc des Expositions ou RN 203


    *************************************************************************************
    Le Collectif français contre l'irradiation des aliments est signataire de cet appel:


    DE CANCON À CANCÚN
    Tandis que l'ONU se réunit à Cancún, les mouvements sociaux et citoyens se retrouvent à Cancon (Lot-et-Garonne) le samedi 4 décembre prochain.

    Du 29 novembre au 10 décembre, à Cancún, l’ONU tentera de donner un nouveau souffle aux négociations sur le changement climatique, après l’échec du sommet de Copenhague. Face à l'incapacité des gouvernements d'arriver à un accord ambitieux et véritablement contraignant, la société civile se mobilise. A Copenhague en 2009, le contre sommet avait réuni plus de 50 000 personnes. A Cochabamba en avril 2010, en réponse à l'appel du gouvernement bolivien, ce sont 30 000 personnes qui se sont retrouvées. Ce dernier rendez-vous a permis de formuler un ensemble de propositions qui se retrouvent aujourd'hui sur la table des négociations à Cancún.

    Un véritable mouvement citoyen international est en train d'émerger. Il entend peser sur les négociations. Les organisations, collectifs et individus qui le composent défendent l'idée qu'au delà du cadre international des négociations, le changement climatique est une problématique vécue au quotidien localement, partout dans le monde. De nombreuses luttes relatives au changement climatique et au système qui en est responsable se construisent dans les communautés locales, notamment en résistance à des projets d'infrastructure (LGV, aéroport, centrale nucléaire...), ou en proposant des alternatives concrètes dans de nombreux domaines : agriculture, transports, énergie, construction, industrie, finance, travail, consommation, aménagement du territoire...

    Le mouvement paysan international « Via Campesina » a lancé un appel pour l'organisation de «Mille Cancún» dans le monde.

    En réponse à cet appel, nos organisations appellent à un rassemblement citoyen massif de midi à minuit à Cancon, dans le Lot-et-Garonne le samedi 4 décembre.

    Au programme, tables rondes, ateliers et débats pour aborder la question du changement climatique du point de vue des mouvements locaux.

    Un village alternatif sera installé avec stands et expositions présentant les alternatives portées au quotidien par des milliers d'individus, d'associations et de collectivités territoriales dans le domaine de l'habitat, de l'énergie, de l'agriculture, des transports...

    Animations musicales, théâtre de rue, repas et concerts rythmeront cette journée, et en feront un rassemblement coloré et festif.

    Un duplex aura lieu en début de soirée avec les militant(e)s présents à Cancún, pour faire le point sur les négociations et les mobilisations des mouvements sociaux rassemblés au Mexique.

    Parce que de Cancon à Cancún, ce n'est pas le climat qui doit changer, c'est le système !




    Les premiers signataires : AITEC, les Amis de la Terre, ATTAC, Action Consommation, BIZI !, Collectif Français Contre l'Irradiation des Aliments, Combat Monsanto, la Confédération Paysanne, Coordination contre le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes, ECOPOL, Faucheurs Volontaires d'OGM, Fédération Sud Étudiant, Horizon Vert, Relocalisons, Réseau Féministe « Ruptures », Réseau Sortir du Nucléaire, TACA, Union Syndicale Solidaires, Urgence Climatique Justice Sociale.

    En soutien : les Alternatifs, Alternative Libertaire, Europe Écologie - Les Verts, FASE, Gauche Unitaire, Les Jeunes Verts, NPA, le Mouvement des Objecteurs de Croissance, le Parti de Gauche.


    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Ven 26 Nov - 19:44

    Réseau "Sortir du nucléaire", fédération de 875 associations agréée pour la protection de l'environnement
    http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/tritium.html

    Communiqué de presse du 26 novembre 2010

    Saint-Maur-des-Fossés : radioactivité multipliée par 1000 près du collège Camille Pissarro, le Réseau "Sortir du nucléaire" porte plainte.


    À Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) :

    - la radioactivité de l'air est multipliée par 1000 et continue à augmenter à 200 mètres du collège Camille Pissarro, selon l'IRSN.

    - certains habitants contaminés ne seront jamais dépistés : il est impossible de détecter la contamination au tritium en-deçà d'un certain seuil.

    - le Réseau "Sortir du nucléaire" porte plainte contre X pour "mise en danger de la vie d'autrui", et demande d’urgence des mesures de radioactivité dans l’enceinte du collège.

    De nouvelles mesures de radioactivité ont été réalisées à Saint-Maur-des-Fossés sur le site contaminé par le CEA. Publiées le 25 novembre, elles laissent apparaître que la radioactivité de l'air continue à augmenter dans la zone contaminée. La radioactivité de l’air est multipliée par 1000, et celle de l'eau de pluie par 24.

    Télécharger la note de l'IRSN du 25 novembre 2010 :
    http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Documents/IRSN_Note-Information_Contamination-tritium-St-Maur-des-fosses_25112010.pdf

    1) La contamination radioactive autour des locaux du prestataire du CEA à Saint-Maur-des-Fossés continue à s’étendre dans la zone résidentielle. La note d'information de l'IRSN du 25 novembre 2010 relève en page 1 : "Cette élévation de la concentration du tritium dans l’air extérieur à proximité immédiate du bâtiment de 2M Process pourrait être la conséquence de la poursuite de l’émission de tritium présent dans l’air intérieur de ce bâtiment".

    Selon cette même source : "une concentration moyenne de tritium dans l’air de 115 Bq/m3 d’air. Cette valeur est plus élevée que celle obtenue lors du prélèvement précédent au même endroit (prélèvement du 8 au 11 novembre), qui était de 25 Bq/m3 ; elle représente de l’ordre de 1000 fois la concentration habituellement rencontrée dans l’environnement du fait de la formation naturelle de tritium dans l’atmosphère".[i]

    2) Certains habitants contaminés ne seront jamais dépistés. La limite de détection de la contamination en tritium dans les urines est de 50 Bq/l , ainsi toutes les personnes qui ont été contaminées par le tritium à un niveau inférieur à ce seuil ne seront pas détectées. Or la très officielle Commission Internationale de Protection Radiologique (CIPR) affirme elle-même que "toute dose de rayonnement comporte un risque cancérigène et génétique".

    3) Le Réseau "Sortir du nucléaire" porte plainte contre X pour "mise en danger de la vie d'autrui" et demande de prendre toutes les mesures nécessaires pour arrêter les émissions de radioactivité des locaux de ce prestataire du CEA. L'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) considère qu'il s'agit d'un "incident" de niveau 2 sur l'échelle INES, qui en compte 7.

    La cartographie des premiers prélèvements de végétaux et d’eaux de surface effectués par l’IRSN dans la zone contaminée est totalement biaisée. Elle oubliait opportunément la direction des vents dominants, qui soufflent en direction du Collège Camille Pissarro, situé à 200 mètres de la source de contamination [ii]. Suite au scandale lié à la contamination radioactive, l’IRSN a modifié la cartographie des prélèvements , en prenant enfin en compte la direction de ces vents dominants [iii].

    Le Réseau "Sortir du nucléaire" s’interroge sur le brusque changement de cartographie de la radioactivité de la zone contaminée : pourquoi l’IRSN n’a-t-il pas réalisé des prélèvements dans le sens des vents dominants, au moment où la contamination était maximale ? S’agissait-il de minimiser le plus possible la contamination radioactive de Saint-Maur-des-Fossés ? Le Réseau "Sortir du nucléaire" voit dans ces tergiversations une nouvelle confirmation du manque d'indépendance de l’IRSN, et de son incapacité à réaliser des mesures de radioactivité objectives.

    ----------------

    CONTACTS PRESSE :

    - Jean-Pierre Minne : 06 71 07 24 47
    - François Mativet : 06 03 92 20 13
    - Maître Busson, avocat du Réseau "Sortir du nucléaire" : 06 72 12 72 47

    ----------------

    Rappel des faits, photos, documents dans notre dossier tritium :

    http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/tritium.html

    ----------------

    Notes

    [i] Télécharger la note de l'IRSN du 25 novembre 2010 :

    http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Documents/IRSN_Note-Information_Contamination-tritium-St-Maur-des-fosses_25112010.pdf

    [ii] Prélèvements de l’IRSN du 4 au 9 novembre, voir la cartographie des végétaux ( p.4) :

    http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Documents/IRSN_Note-Information_Contamination-tritium-St-Maur-des-fosses_15112010.pdf


    [iii] Prélèvements de l’IRSN du 18 novembre, voir la cartographie des végétaux et des eaux de surface (p.4 et 6) :

    http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Documents/IRSN_Note-Information_Contamination-tritium-St-Maur-des-fosses_25112010.pdf


    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Sam 27 Nov - 5:14

    Le mouvement anti-nucléaire, une histoire allemande

    pour Le Monde.fr | 09.11.10 | 18h51 • Mis à jour le 10.11.10 | 10h25

    Berlin, Correspondant - Le convoi nucléaire parti de la gare de Valognes (Manche) vendredi est donc arrivé à sa destination finale, le centre de stockage allemand de Gorleben, mardi 9 novembre. A priori, les dizaines de milliers de manifestants allemands ont perdu la partie face aux 20 000 policiers exceptionnellement mobilisés pour la circonstance.

    Pourtant, en Allemagne, le gouvernement se garde bien de crier victoire. Au contraire, ce sont les organisateurs du mouvement écologiste qui se félicitent d'une mobilisation militante exceptionnelle.

    Ce week-end durant lequel des milliers de personnes ont retardé le train, notamment en s'enchaînant sur les voies ferrées, constitue une date importante pour le mouvement nucléaire allemand qui n'en pourtant manque pas. Dans ce pays où le mouvement associatif est puissant et organisé, cela fait trente-cinq ans que la lutte contre le nucléaire mobilise une partie de la population.

    AMPLEUR NATIONALE

    Le combat fondateur eut lieu à Wyhl, une commune du Bade-Wurtemberg où le gouvernement avait projeté, en 1973, de construire une centrale nucléaire. Après une première occupation à laquelle les forces de l'ordre mirent fin au bout de 48 heures seulement, les militants écologistes reprirent possession des lieux et y campèrent huit mois durant : de février à octobre 1975. Le combat nucléaire qui, jusque là n'avait qu'une importance régionale prit une ampleur nationale. Malgré une décision de justice en faveur de la construction de la centrale, celle-ci ne vit jamais le jour.

    Fort de ce succès, les anti-nucléaires tentèrent deux ans plus tard de s'opposer à deux autres centrales : celle de Brokdorf et au surgénérateur de Kalkar construit par l'Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique. En 1977, entre 50 000 et 60 000 personnes se mobilisèrent contre chacun de ces deux projets.

    Si la centrale de Brokdorf fut reliée au réseau électrique en 1986, le surgénérateur de Kalkar qui rencontra de multiples déconvenues techniques fut abandonné et transformé en 1995 en parc de loisirs !

    En 1979, trois jours après l'accident de la centrale américaine de Three Mile Island qui entraîna l'évacuation de 200 000 personnes, Hanovre connut le plus grand rassemblement anti-nucléaire jamais organisé jusqu'alors en Allemagne : 100 000 personnes protestèrent contre la construction d'un centre de stockage à… Gorleben. Cette petite localité alors située aux confins de la RDA (de l'autre côté de l'Elbe) devient rapidement un symbole du mouvement anti-nucléaire.

    En mars 1980, un campement y fut organisée et l'"Etat libre du Wendland" proclamé. Mais en septembre 1982, le gouvernement siffla la fin de la partie. Néanmoins, le mouvement Vert était lancé. Hétéroclite au cours de la décennie précédente et non représenté au Bundestag, celui-ci s'est peu à peu structuré et eut ses premiers députés en 1983.

    IMPORTANTS DÉBATS

    La catastrophe de Tchernobyl en avril 1986 (qui traumatise encore les Allemands) allait achever de crédibiliser le mouvement anti-nucléaire. Quelques mois plus tard, –et après une manifestation à l'issue de laquelle un militant fut tué – le gouvernement renonce à construire une usine de retraitement à Wackersdorf.

    Depuis les années 1990, le mouvement anti-nucléaire concentre son combat sur les transports de déchets nucléaires.

    L'énergie nucléaire est un sujet qui continue de provoquer d'importants débats en Allemagne. En décidant en septembre de prolonger de douze ans en moyenne l'activité des dix-sept centrales nucléaires que le gouvernement de gauche avait, en 2003, décidé de fermer au plus tard en 2022, Angela Merkel a choisi d'affronter l'impopularité. 59 % des Allemands sont hostiles à cette prolongation, 37 % y sont favorables et 4 % seulement n'ont pas d'opinion (sondage Infratest).

    Le parti des Grünen a le vent en poupe. Aujourd'hui 22 % à 25 % des Allemands se disent prêts à voter pour lui. D'ailleurs, lors de l'occupation de la voie ferrée qui mène à Gorleben, on a vu ce week-end des policiers prendre en photo Claudia Roth, la populaire présidente du parti Vert, présente sur place durant tout le mouvement.

    Frédéric Lemaître



    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Jeu 9 Déc - 14:48

    Prison avec sursis requise pour le blocage d'un train de déchets nucléaires
    (©AFP / 08 décembre 2010 20h20)

    CAEN - Deux à trois mois de prison avec sursis et de 2.000 à 3.000 euros d'amende ont été requis mercredi contre sept militants antinucléaires qui ont bloqué le 5 novembre à Caen un train de déchets radioactifs à destination de l'Allemagne.

    Les prévenus ont expliqué s'être opposés à ce transport en raison de la "dangerosité", de wagons, chacun "cent fois plus radioactif qu'une installation nucléaire de base", selon un expert qu'ils ont appelé à la barre, et pour susciter "un réel débat autour de la question du nucléaire en France".

    "Les trains sont conformes aux normes internationales. Les conteneurs de 40 cm d'épaisseur résistent à un feu de 800 degrés, une chute de 9 mètres... Vous devriez plutôt arrêter des trains de pesticides", a ironisé le président du tribunal, Thierry Roy.

    Les prévenus ont plaidé un acte de désobéissance civique destiné à faire évoluer le droit.

    "N'y a-t-il pas confusion entre désobéissance civique et un combat qui ne réussit pas par les voies traditionnelles de la démocratie? On peut appliquer ce raisonnement à la prise du pouvoir par Hitler en 1933, une prise de pouvoir par une minorité", a commenté le président.

    A la barre comme témoin, Yannick Rousselet, chargé des questions nucléaires de Greenpeace, a de son côté estimé que des actions illégales de son organisation avaient permis par exemple d'interdire en 1993 le rejet de déchets nucléaires en mer.

    Sur les sept militants, un Allemand et six Français, quatre hommes et trois femmes, âgés de 22 à 32 ans, cinq s'étaient enchaînés sur les voies.

    Trois d'entre eux comparaissaient le bras ou la main bandé, en raison de blessures "graves" selon leur avocat Olivier Lehoux, intervenues, lors de leur désincarcération par les forces de l'ordre. La plainte pour violence déposée à ce sujet par cinq militants a été classée sans suite.

    Les prévenus, appartiennent au Groupe d'action non violente antinucléaire (Ganva). Ce dernier s'affirme sans lien avec Greenpeace ou le réseau Sortir du nucléaire.

    Catherine Denis, procureur de la République de Caen, s'est dit "frappée par l'extrême approximation de la justification" de leur action avancée par les prévenus, qui "contraste" avec le fait que cette action ait été "très bien préparée".

    Areva, qui rapportait les déchets à l'Allemagne après les avoir retraités, et la SNCF, sont parties civiles dans ce procès. Le convoi avait été bloqué plus de trois heures près de Caen. 16 trains ont dû être supprimés, selon la SNCF.

    Parti le 5 novembre de Valognes (Manche), le train est arrivé le 8 novembre, avec deux jours de retard à son terminus, après d'importantes manifestations anti-nucléaires en Allemagne.

    Les prévenus encourent 3.750 euros d'amende et six mois de prison.

    Le 20 novembre 2009, la cour d'appel de Caen avait confirmé la condamnation de quatre militants antinucléaires chacun à une amende de 2.500 euros, dont 2.000 avec sursis, pour avoir bloqué en 2008 un train de combustibles irradiés italiens. Le parquet avait requis quatre mois de prison avec sursis.

    "Nous ne sommes pas sur des notions de fascisme, monsieur le président, ou de marxisme. Nous sommes sur des notions inverses", une "inspiration démocratique" comparable à celle de "Gandhi", a plaidé une avocate de la défense, Mélanie Le Verger, dénonçant un traitement "inhumain" des prévenus par les forces de l'ordre.

    Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 26 janvier.

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Mar 22 Fév - 6:04

    Des usagers du RER irradiés à leur insu !
    Un train de déchets nucléaires en provenance d’Italie a traversé la France du 7 au 8 février jusqu’à l’usine de La Hague (Normandie). Avec la complicité de la SNCF, l’industrie nucléaire et les autorités ont maintenu les élus locaux, les populations et les cheminots dans l’ignorance, au mépris de leur sécurité. En Île-de-France, le convoi radioactif est passé sur les voies du RER C, et a même stationné pendant plusieurs minutes le long d’une rame occupée par des voyageurs (voir les photos exclusives de notre observateur sur place).

    Le Réseau "Sortir du nucléaire" a dénoncé ce transport et coordonné la mobilisation au long du trajet, en association avec le syndicat Sud-Rail et les antinucléaires italiens - qui ont subi une violente répression. Dans toutes les régions traversées par ce transport, les militants se sont mobilisés. Notre action collective a donné un écho médiatique important à ce nouveau "train d’enfer" que les autorités auraient voulu garder secret.

    http://videos.sortirdunucleaire.org/spip.php?article298

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Dim 13 Mar - 1:18

    Réseau "Sortir du nucléaire"
    Fédération de 875 associations agréée pour la protection de l'environnement
    http://www.sortirdunucleaire.org/

    Communiqué de presse du 12 mars 2011

    Séisme et catastrophe nucléaire : les réacteurs français sont vulnérables !

    Au Japon : un accident majeur de gravité comparable à Three Mile Island

    L'agence de sûreté nucléaire japonaise a annoncé samedi qu'il y a une forte probabilité pour que la présence de césium radioactif autour du réacteur n°1 de la centrale de Fukushiwa Daiichi provienne de la fusion de crayons de combustible (1), c'est à dire d'une fusion partielle du coeur nucléaire. Les autorités japonaises s'apprêtent à distribuer de l'iode aux populations vivant à proximité des centrales nucléaires en détresse (2).

    Une partie des barres de combustible du réacteur n°1 de la centrale Fukushima Daiichi est exposée à l'air libre selon l'agence japonaise de sûreté nucléaire (3). Selon Tepco, l'exploitant de la centrale de Fukushima-Daiichi, un nouveau tremblement de terre a précédé l'explosion du réacteur n°1 (4).
    Le versement de l'eau de mer destiné à refroidir le réacteur n°1 a dû être suspendu à cause d'un nouveau tremblement de terre et la peur d'un nouveau tsunami (5). C'est pourtant le seul moyen restant pour empêcher une fusion totale du coeur, puisque l'opérateur n'a plus aucun moyen de contrôle sur le réacteur.
    Les deux autres réacteurs arrêtés en urgence de la centrale de Fukushiwa Daiichi sont toujours confrontés à des problèmes de refroidissement du coeur nucléaire. Dans la centrale de Fukushima Daini (située à 11 km de la centrale de Fukushiwa Daiichi), Tepco doit relâcher de la vapeur radioactive pour tenter de diminuer la température de 3 des 4 réacteurs arrêtés en urgence (6).

    En France : des réacteurs nucléaires exposés à un risque sismique grave, construits en dépit des normes sismiques

    Les réacteurs nucléaires français ne respectent pas les normes sismiques de référence. EDF est allé jusqu'à falsifier les données sismologiques pour éviter d'avoir à le reconnaître et d'investir au moins 1,9 milliard d'euros afin de mettre les réacteurs aux normes (7). La justice a rejeté mercredi dernier la demande de fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Alsace), la plus vieille centrale française, pourtant située dans une zone à risque sismique élevé.

    Mais ni les normes sismiques draconiennes du Japon ni ses technologies parasismiques avancées n'ont pu empêcher la catastrophe nucléaire majeure qui s'y produit actuellement. Le Japon est pourtant le pays le mieux équipé et le mieux préparé au monde pour faire face au risque sismique dans toutes ses dimensions. Le Japon est également une des premières économies de la planète et un pays leader en matière de technologies de pointe.

    Pour le Réseau « Sortir du nucléaire », le dramatique exemple japonais démontre qu'il est totalement impossible de construire des réacteurs nucléaires résistant à un séisme. La seule solution véritable pour se prémunir de ce risque gravissime est d'engager le plus rapidement possible un plan de sortie du nucléaire.

    La machine à étouffer l'information se met en marche

    Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, et Éric Besson, ministre de l’Industrie, ont décidé de réunir cet après midi l’ensemble des acteurs français du secteur du nucléaire... dont les industriels EDF et Areva. Il apparaît d'ores et déjà évident que le secteur nucléaire français et ses soutiens au plus haut niveau de l'État se préparent à communiquer pour sauver la crédibilité de la filière nucléaire.
    Mais il ne sera pas possible cette fois de recourir au cliché usé jusqu'à la corde de l' « accident survenu sur une centrale soviétique vétuste », que l'industrie nucléaire a utilisé abondamment pour laisser croire qu'un accident nucléaire grave ne pouvait pas se produire hors d'URSS.

    Il faut aujourd'hui considérer avec prudence les informations provenant de Tepco, l'exploitant des réacteurs japonais en déroute. En effet, 15 réacteurs nucléaires ont été fermés au Japon pendant des mois en 2002 et 2003, par décision administrative, après que Tepco avait falsifié des documents concernant la sécurité.

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Dim 13 Mar - 1:22

    Réactions en France, en Allemagne et en Italie
    http://info.france2.fr/japon-seisme/nucleaire-l-accident-au-japon-relance-le-debat-67788690.html
    Nucléaire: l'accident au Japon relance le débat
    Par FTV (avec AFP)

    L'accident nucléaire survenu samedi dans une centrale japonaise relance le débat sur le nucléaire en Europe

    En France, les organisations hostiles au nucléaire ont exprimé leur vive inquiétude, notamment sur la sécurité des centrales, rappelant comme "Sortir du Nucléaire" que les "tremblements de terre n'arrivent pas qu'en Asie du Sud-Est".

    En Italie et en Allemagne, l'opposition et les écologistes ont réclamé avec force l'abandon du nucléaire.


    En France, "le mythe de la sécurité nucléaire en question"



    En France, l'accident au Japon a ravivé l'inquiétude des anti-nucléaires."Ce séisme dévastateur montre que le nucléaire est un colosse aux pieds d'argile", estime ainsi le Réseau "Sortir du nucléaire".

    "Nous avions révélé en juillet 2007 que les centrales nucléaires françaises n'étaient pas aux normes sismiques et qu'EDF avait falsifié les données sismiques de ses centrales nucléaires pour ne pas supporter des travaux de mise aux normes trop onéreux", ajoute "Sortir du nucléaire" pour qui "cette situation perdure aujourd'hui".

    Pour l'organisation, commentantla réunion samedi des acteurs du nucléaire français

    avec la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, et le ministre de l'Industrie, Eric Besson, "la machine à étouffer l"information se met en marche".

    De même "l'Observatoire" du nucléaire estime que cette réunion visait "avant tout à protéger les intérêts de l'industrie nucléaire française", ainsi qu'à "rassurer la population et à lui demander de faire confiance au nucléaire français".

    Pour "Les amis de la Terre", qui parlent de "la malédiction de l'atome", "65 ans après Hiroshima et Nagasaki, un nouveau Tchernobyl menace aujourd'hui le Japon". "Combien de temps encore nos dirigeants resteront-ils sourds à toute raison, et prêts à sacrifier des populations entières au bénéfice de quelques lobbies industriels?", demande l'organisation.

    Pour Greenpeace, qui estime que "le mythe de la sûreté nucléaire est en question", "vingt-cinq ans après la catastrophe de Tchernobyl, dont on nous a expliqué qu'elle était liée aux insuffisantes normes de sûreté des centrales soviétiques, on se rend compte que, dans un pays réputé très sûr comme le Japon, la catastrophe arrive quand même."

    Selon Greenpeace, "cela devrait inciter tous les pays nucléarisés à revoir leur position, notamment le Japon, où plus de vingt projets de réacteurs sont envisagés".

    De leur côté, les écologistes d'Alsace ont rappelé samedi que la centrale nucléaire de Fessenheim, dont l'autorisation de poursuivre ou non sa production est attendue en avril, est située dans une zone sismique. Fessenheim, entrée en service en 1977 et qui a produit 11,7 milliards de kWh l'an dernier, cristallise la colère des militants écologistes, qui dénoncent les risques sismiques et d'inondation ainsi que de multiples incidents.

    Outre-Rhin, une chaîne humaine contre le nucléaire


    En Allemagne, l'opposition et des associations écologistes allemandes ont réclamé samedi l'abandon de l'énergie nucléaire.

    Des dizaines de milliers de personnes ont formé une chaîne humaine dans le sud-ouest du pays entre la centrale nucléaire de Neckarwestheim (l'une des plus vieilles du pays) et Stuttgart. Ils étaient 60.000 selon le collectif d'associations écologistes ayant appelé au rassemblement, qui demande la fermeture des centrales allemandes.

    "Les risques de l'énergie nucléaire sont totalement indéfendables et nous devons abandonner (cette énergie) aussi vite que possible", a dit le chef du parti social-démocrate SPD, Sigmar Gabriel, au site internet Spiegel Online.

    Le co-président des Verts, Cem Özdemir, a réclamé un "sommet de l'atome" à la chancellerie, en priorité pour discuter du sort des "sept plus vieilles centrales" d'Allemagne, dans le journal Welt am Sonntag à paraître dimanche.

    Samedi soir, la chancelière Angela Merkel a tenté de rassurer ses concitoyens sur le nucléaire, affirmant que les 17 centrales allemandes "sont sûres". Elle a annoncé des discussions sur le thème de la sécurité du nucléaire avec les Etats régionaux (les Länder), disant comprendre "ceux qui chez nous s'inquiètent".

    En Italie, opposition et écolos appellent à dire "non au nucléaire"
    En Italie, plusieurs dirigeants de l'opposition de gauche et l'organisation écologiste Legambiente ont demandé au gouvernement de faire marche arrière sur le retour à l'énergie nucléaire décidé en 2008 par le gouvernement Berlusconi et censé se concrétiser en 2020.

    Ils ont aussi appelé les Italiens à dire "non" au nucléaire lors d'un prochain référendum devant se tenir avant l'été.

    L'accident nucléaire à Fukushima (nord-est du Japon) "a blessé à mort la légende de la sécurité" du nucléaire, a estimé Nichi Vendola, chef du parti Gauche, Ecologie et Liberté (SEL). M. Vendola, étoile montante de la gauche, a souligné que "le centre-droit et le riche lobby pro-nucléaire citent en permanence le Japon comme exemple de sécurité absolue des centrales nucléaires en cas de risque sismique".


    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Dim 13 Mar - 8:45

    Réseau "Sortir du nucléaire"
    Fédération de 875 associations agréée pour la protection de l'environnement
    http://www.sortirdunucleaire.org/

    Communiqué de presse du 13 mars 2011

    M. Besson, une fusion partielle du coeur n'est-elle pas une "catastrophe nucléaire" ?

    Lors d'une conférence de presse le samedi 12 mars après-midi, le ministre de l'Industrie, Éric Besson, a tenté de minimiser la gravité de la situation nucléaire au Japon, en indiquant qu'il ne s'agit pas à ses yeux d'une "catastrophe nucléaire" mais seulement d'un "accident grave".

    En totale contradiction avec la tentative navrante de désinformation de la part des autorités françaises, l'agence de sûreté nucléaire japonaise a déclaré qu'il y a une fusion partielle du coeur du réacteur nucléaire n°1 de la centrale de Fukushima Daiichi (1).

    C'est donc bien une catastrophe qui est en cours, déjà au moins aussi grave que celle de Three Mile Island. On ne peut écarter l'hypothèse que la situation aboutisse à une crise aussi dramatique que Tchernobyl.

    Par ailleurs, Tepco n'arrive plus à refroidir le coeur du réacteur n°3 de la centrale de Fukushima Daiishi, aucun système de refroidissement n'étant plus opérationnel. L'exploitant s'apprête à relâcher de la vapeur radioactive dans l'environnement (2). La température et la pression augmentent dangereusement dans les cœurs des réacteurs 1, 2 et 4 de la centrale de Fukushima Daini (3).

    Une aggravation de la catastrophe nucléaire est à craindre avec un nouveau risque d'explosion.

    Le Réseau "Sortir du nucléaire" alerte les Français : une fois de plus, les autorités françaises tentent de dissimuler, déformer et minimiser les faits, pour préserver l'image du nucléaire au détriment du droit à l'information des citoyens, comme cela avait été le cas lors de la catastrophe de Tchernobyl.

    Pour le Réseau "Sortir du nucléaire", il est intolérable que les populations, au Japon comme en France, soient otages du risque nucléaire permanent. La seule position politique responsable est d'engager un plan de sortie du nucléaire.

    Voir nos contacts presse ci-dessous.

    (1) "The core of a nuclear reactor damaged by Friday’s massive earthquake has partially melted, Japan’s nuclear safety agency said Saturday, and the company that runs the plant is pouring seawater into the reactor in an attempt to cool it and prevent it from going critical."
    http://today.msnbc.msn.com/id/42044156/ns/today-today_news/

    (2) "The emergency cooling system is no longer functioning at the No.3 reactor at Tokyo Electric Power Co's Fukushima Daiichi nuclear power facility" (...) "TEPCO preparing to release pressure from Fukushima Daiichi No. 3 reactor after cooling failed"
    http://www.reuters.com/article/2011/03/12/us-japan-quake-nuclear-cooling-idUSTRE72B3GI20110312

    (3) NHK 13.03.2011

    --------------------------------------------------------------------------------

    Informations au fur et à mesure sur notre blog :
    http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/alerte-nucleaire-au-japon-apres-un/


    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Dim 13 Mar - 17:34

    Réseau "Sortir du nucléaire"
    Fédération de 875 associations agréée pour la protection de l'environnement
    http://www.sortirdunucleaire.org/

    UNE NOUVELLE CATASTROPHE NUCLÉAIRE EST EN COURS AU JAPON
    APPEL À RASSEMBLEMENT CE SOIR À PARIS

    DIMANCHE 13 MARS À 18 H 30
    Place du Trocadéro - Métro : lignes 6 et 9

    Face à l'extrême gravité de la situation nucléaire au Japon,
    le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle à un rassemblement pour demander la sortie du nucléaire et soutenir la population japonaise.

    Une banderole géante "Le nucléaire tue l'avenir" sera déployée à cette occasion.

    Pour suivre toute l'actualité sur l'accident nucléaire en cours
    et connaitre les autres rassemblements ailleurs en France (Tourcoing, Cadarache, Flamanville...) :
    http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/alerte-nucleaire-au-japon-apres-un/



    Contenu sponsorisé

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 17 Déc - 1:29