LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Le Royaume-Uni renforce son arsenal juridique contre les personnes en besoin de protection
par bye Hier à 10:42

» Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
par bye Hier à 10:36

» Moi, Nestor Makhno (épisode 7) – Il y a 100 ans, l’autre guerre d’Ukraine – Feuilleton
par bye Mer 11 Mai - 11:53

» Le "Tous capables" l'Education Nouvelle Le Groupe Français d'Education Nouvelle
par bye Ven 6 Mai - 12:42

» Menaces sur le droit à l’avortement aux Etats-Unis : le collectif Avortement Europe dénonce une énième tentative de restreindre le droit des femmes à disposer de leur corps !
par bye Ven 6 Mai - 12:30

» Biélorussie : la plus grande attaque anti-syndicale du siècle en Europe
par bye Ven 29 Avr - 12:15

» Les associations dénoncent la différence de traitement envers les ressortissants non-Ukrainiens
par bye Ven 22 Avr - 6:21

» SUD éducation gagne l’indemnité REP/REP+ pour les AED !
par bye Jeu 21 Avr - 17:21

» Guerre en Ukraine : que contient la directive sur la protection temporaire de 2001 ?
par bye Dim 17 Avr - 9:50

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Ven 15 Avr - 8:59

» Mutations-sanctions à l'école Pasteur (93) : dans « l'intérêt du service public », nous devons faire front !
par bye Jeu 14 Avr - 8:42

» 6e rapport du GIEC : quelles solutions face au changement climatique ?
par bye Ven 8 Avr - 12:34

» Cabinets de conseil : quand le Sénat fustige le gouvernement
par bye Mer 6 Avr - 16:36

» Les fresques carabines : une institutionnalisation des violences sexistes à l’hôpital
par bye Dim 13 Mar - 12:35

» L’Ukraine au coeur… de la classe, l’école au coeur du monde
par bye Ven 4 Mar - 17:34

» 8 Mars 2022 : Grève féministe Déferlante pour l'égalité !
par bye Mar 1 Mar - 11:08

» Une guerre “culturelle”
par bye Jeu 24 Fév - 19:27

» Nouveau camp fermé de Samos : « Barbelés, clôtures, couvre-feu […] le camp ressemble à une prison. »
par bye Jeu 17 Fév - 18:07

» Exterminez toutes ces brutes
par bye Ven 4 Fév - 10:22

» Entretien avec Laurence Scialom : « Ne pas mettre la lutte contre la dégradation de notre biosphère au cœur de la gouvernance européenne serait une erreur historique »
par bye Mer 26 Jan - 15:55

» Osez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiquesOsez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiques
par bye Lun 24 Jan - 11:46

» La mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland PfefferkornLa mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland Pfefferkorn
par bye Sam 22 Jan - 10:48

» Répression pour un poème au Lycée Marcelin Berthelot de Pantin.
par bye Mer 12 Jan - 20:42

» CP/ Présidence française de l'Union européenne : Une alternative pour une politique d'asile européenne réellement solidaire est possible
par bye Ven 24 Déc - 9:47

» Les fresques carabines reconnues contraires à la dignité des femmes !
par bye Mar 21 Déc - 17:56

» Frontière biélorusse : quel impact des propositions de la Commission visant à déroger au droit d’asile européen ?
par bye Ven 17 Déc - 8:59

» contre le système pornocriminel
par bye Mer 15 Déc - 18:39

» S’émanciper dès la maternelle par le travail et la coopération
par bye Mer 15 Déc - 11:40

» La coopérative pédagogique : Paroles de filles
par bye Ven 3 Déc - 10:32

» La maltraitance des migrants n’est pas une fatalité »
par bye Mar 30 Nov - 18:47

» Lutter contre la violence… pour de vrai
par bye Jeu 25 Nov - 13:13

» République blindée, Projet Local d’Évaluation, chefs dans les écoles… Fin de règne rue de Grenelle
par bye Mer 17 Nov - 13:02

» Campagne d’Eric Zemmour : un masculiniste revendiqué prétendant à l’Elysée ?
par bye Jeu 11 Nov - 12:07

» Affaire Jacquie et Michel : 4 “acteurs” mis en examen pour viol, la fin de l’impunité !
par bye Mar 2 Nov - 18:34

» Réinstallation des réfugiés afghans dans l’UE : des promesses, pas d’engagements chiffrés
par bye Sam 23 Oct - 8:14

» La marchandisation généralisée des relations humaines et des corps coïncide avec l’échec de l’ambition démocratique
par gramophone Mer 20 Oct - 19:33

» À Montpellier, descente de police contre des sans-papiers venus au contre sommet France-Afrique
par bye Mar 19 Oct - 19:07

» Climat : nous l’avons fait, l’Etat n’a plus le choix !
par bye Ven 15 Oct - 12:36

» L’école des sans-école… des jeunes migrants refusés d’école
par bye Mer 13 Oct - 11:27

» La France envoie ses déchets nucléaires en Sibérie !
par bye Mar 12 Oct - 18:05

» Total Energies et Le Louvre : alliés contre le climat
par bye Mer 6 Oct - 16:55

» L’école est à la fois un lieu de formation et d’expression des bandes
par bye Mer 6 Oct - 9:19

» Analyse/déclaration sur la vente de sous-marins américains à l’Australie
par bye Sam 2 Oct - 9:32

» À celles et ceux qui ne sont pas rentré·es,
par bye Mer 29 Sep - 11:55

» « Nous n’avons pas besoin et nous ne voulons pas d’un petit chef ! »…
par bye Mar 21 Sep - 17:18

» Noël : fêtes familiales ou marché de dupe ?
par gramophone Mar 21 Sep - 15:57

» Les troubles de l’érection
par gramophone Mar 21 Sep - 14:36

» Le 28 septembre, c'est la journée internationale de droit à l'avortement !
par bye Lun 20 Sep - 19:35

» Biélorussie : les migrants victimes de l’instrumentalisation de la question migratoire
par bye Mer 15 Sep - 19:46

» Accueil des Afghans évacués de Kaboul
par bye Ven 10 Sep - 16:48

» Marseille : un discours de chef(s) !
par bye Mer 8 Sep - 11:53

» HECTAR grand projet inutile, priorité au service public !
par bye Mer 1 Sep - 19:09

» Rapport du GIEC : Jean Jouzel appelle à une réaction
par bye Mer 11 Aoû - 5:07

» J’évite de prendre l’avion
par bye Lun 12 Juil - 20:45

» Condamné à agir d’ici 9 mois, l'Etat ne réagit pas...
par bye Ven 2 Juil - 9:05

» ENFIN L'ÉGALITÉ, la PMA pour toutes adoptée !
par bye Mer 30 Juin - 12:12

» Projet de loi sur l’enfance : le choix du contrôle plutôt que de la protection pour les mineurs isolés étrangers
par bye Sam 19 Juin - 12:16

» Appel pour les libertés, contre les idées d’extrême-droite : mobilisons-nous le 12 juin !
par bye Mar 8 Juin - 11:52

» Soutien à l’enseignante empêchée de faire cours en raison de son masque
par bye Mer 2 Juin - 18:35

» La junte du Myanmar suspend plus de 1 600 enseignant·es
par bye Mar 25 Mai - 12:24

» Manifeste pour la suspension des brevets liés au Covid 19
par bye Dim 23 Mai - 16:49

» Les dépenses militaires face aux besoins humains. Les centaines de milliards de la honte
par bye Mer 19 Mai - 18:00

» Évaluer n’est pas noter
par bye Lun 17 Mai - 11:22

» Le bilan chiffré du règlement Dublin ne plaide pas pour son maintien
par bye Mer 5 Mai - 12:37

» La compensation carbone, inefficace pour réduire les émissions du secteur aérien
par bye Mar 20 Avr - 8:39

» GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"
par bye Ven 16 Avr - 12:34

» Covid-19 : quel impact sur les procédures d’éloignement des migrants ?
par bye Ven 2 Avr - 12:45

» Médecins : stagnation des effectifs mais baisse de la densité médicale
par bye Ven 2 Avr - 12:36

» Encore une attaque des fascistes contre une librairie libertaire
par bye Lun 22 Mar - 12:40

» A partie du 17 mars, la France est à découvert climatique
par bye Mer 17 Mar - 11:49

» Non, on ne peut pas être « féministe » et agresser des survivantes de la prostitution et des féministes le 8 mars.
par bye Jeu 11 Mar - 9:39

» Les députés les Républicains font entrave au droit à l’avortement pour toutes !
par bye Jeu 18 Fév - 12:16

» Méditerrannée : reprise des sauvetages en mer pour l'Ocean Viking
par bye Jeu 4 Fév - 19:44

» Nouveau numéro du journal Casse-rôles
par bye Lun 1 Fév - 12:53

» #METOOInceste : La loi à l’agenda de l’Assemblée Nationale !
par bye Ven 22 Jan - 13:39

» Projet Hercule : EDF serait éclaté en trois entités
par bye Sam 16 Jan - 9:00

» Les enjeux de l'intégration des bénéficiaires d'une protection internationale dans l'Union européenne
par bye Lun 11 Jan - 20:50

» La méthode Montessori en question
par bye Mer 23 Déc - 13:24

» L’environnement ? une préoccupation peu partagée par les adultes
par bye Mer 16 Déc - 12:08

» Terrorisme
par bye Lun 14 Déc - 18:45

» Éducation : il faut donner priorité aux vaincus
par bye Mar 8 Déc - 11:59

» JOURNÉE MONDIALE DE L'ENFANCE
par bye Ven 4 Déc - 17:14

» 25novembre : la lutte pour l'élimination des violences masculines continue !
par bye Mer 25 Nov - 15:07

» Les mobilisations étudiantes sous la menace de lourdes peines de prison
par bye Mar 24 Nov - 10:23

» Décision historique pour la justice climatique !
par bye Jeu 19 Nov - 20:00

» Et maintenant nous sommes là...
par bye Mer 18 Nov - 13:13

» Révélation scientifique: l’amour rend aveugle !
par gramophone Sam 7 Nov - 9:55

» La puissance de la solidarité syndicale internationale
par bye Ven 6 Nov - 11:53

» sôs soutien ô sans papiers
par bye Mer 21 Oct - 11:38

» violeurs, tortionnaires et proxénètes en prison
par bye Mar 20 Oct - 7:48

» De la tenue républicaine à la culture du viol
par bye Lun 12 Oct - 17:23

» Baromètre Ipsos / SPF 2020 : la précarité depuis la Covid-19
par bye Mer 30 Sep - 17:24

» Il faut sauver la sentinelle Arctique
par bye Mer 30 Sep - 11:39

» Journée mondiale du droit à l'avortement : Soutenons la proposition de loi pour un meilleur accès à l'IVG !
par bye Lun 28 Sep - 12:29

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR

Le Deal du moment : -23%
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD ...
Voir le deal
929 €

    6e rapport du GIEC : quelles solutions face au changement climatique ?

    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8987
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    6e rapport du GIEC : quelles solutions face au changement climatique ? Empty 6e rapport du GIEC : quelles solutions face au changement climatique ?

    Message par bye Ven 8 Avr - 12:34

    3 ans pour inverser la courbe

    « Si nous n’agissons pas aujourd’hui, il sera trop tard pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C ». Cette déclaration de Jim Skea, coprésident du groupe de travail III du GIEC, n’a rien d’une exagération : selon le nouveau rapport du 4 avril 2022, les émissions mondiales de gaz à effet de serre devront baisser à partir de 2025, sans quoi il sera impossible de limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C. Il nous reste donc 3 ans pour inverser la courbe.

    Troisième et dernière partie du sixième rapport d’évaluation du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), cette revue de la littérature scientifique repose sur le consensus de centaines d’experts du monde entier.
    Le 2e volet détaillait les impacts du changement climatique et démontrait l’importance de ne pas dépasser les +1,5°C (par rapport aux niveaux préindustriels) ; cette 3e partie évalue les différentes solutions pour y parvenir.

    La mauvaise nouvelle, c’est que les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) ont continué à augmenter jusqu’en 2019. Celles de la décennie 2010-2019 ont atteint un niveau record dans l’histoire de l’humanité, et correspondent à peu près au budget carbone restant pour se maintenir sous la barre des +1,5°C. Autrement dit, lorsque nous aurons émis la même quantité de GES qu’entre 2010 et 2019, la température sera 1,5°C plus élevée qu’à la fin du XIXe siècle, ce qui aura des conséquences graves, voire irréversibles, sur nos moyens de subsistance et modes de vie.



    +3,2°C

    Sans un renforcement urgent des politiques climatiques actuelles, nous nous dirigeons vers un réchauffement de 3,2°C à la fin du siècle.

    La bonne nouvelle, c’est que les solutions existent. D’après le GIEC, « dans tous les secteurs, nous disposons de solutions pour réduire au moins de moitié les émissions d’ici à 2030 », ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs climatiques. Parmi les mesures à mettre en place, le rapport met en avant la transformation des modes de vie, le développement et l’exploitation des technologies disponibles, la fin des énergies fossiles au profit des renouvelables, la modification de notre alimentation, l’adaptation de nos modes de transports ainsi qu’une forte coopération internationale.

    La sobriété, une nécessité

    Pour la première fois, le GIEC consacre un chapitre à la demande, c’est-à-dire aux aspects liés à la consommation dans les différents secteurs. Il montre qu’il est possible de réduire fortement nos émissions de GES en modifiant nos modes de vie.



    « Si nous opérons les bons choix en matière de politique, d’infrastructures et de technologies, nous pourrons changer nos modes de vie et nos comportements, avec à la clé une diminution de 40 à 70 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050 ». Priyadarshi Shukla, coprésident du groupe de travail III du GIEC.

    Ces transformations ne doivent pas reposer sur des choix individuels, mais plutôt sur des choix politiques et structurels qui doivent tendre vers la sobriété, définie par le GIEC comme “un ensemble de mesures et de pratiques quotidiennes qui permettent d’éviter la demande d’énergie, de matériaux, de terres et d’eau tout en assurant le bien-être de tous les êtres humains dans les limites de la planète.”

    Le rapport classe les stratégies d’atténuation basées sur la demande en trois options : “Éviter – Changer – Améliorer”. Concrètement, les actions présentant les plus grands potentiels d’atténuation pour chaque catégorie sont :

    •Éviter les vols long-courrier ;


    •Changer son alimentation pour un régime à base de végétaux ;


    •Améliorer l’efficacité énergétique de son logement.


    L’élimination du carbone, une fausse solution

    Outre la réduction des émissions de gaz à effet de serre, l’autre versant de l’atténuation du changement climatique est l’élimination du carbone existant dans l’atmosphère. Ce procédé passe par la plantation d’arbres ou l’utilisation de technologies permettant la capture et le stockage du carbone.

    Bien que ces solutions soient nécessaires à l’atteinte des objectifs climatiques, elles ne constituent en aucun cas une alternative à la réduction des émissions et doivent être réservées à l’absorption d’émissions résiduelles. Les méthodes d’élimination présentent en effet des résultats mitigés, et beaucoup reposent sur des technologies pour le moment spéculatives.

    Mais surtout, le rapport précise que certaines technologies présentent des risques importants pour la biodiversité, la sécurité et les droits humains. Par exemple, le déploiement à grande échelle du BECCS (bioénergie, captage et stockage du carbone) peut créer de la concurrence pour les terres, l’eau et d’autres ressources, ce qui a des répercussions négatives sur les écosystèmes, la biodiversité et la sécurité alimentaire.

    Plus nous émettons de GES, plus nous serons dépendants de ces technologies dans le futur, d’où l’importance de concentrer tous nos efforts sur la réduction de nos émissions. La seule option raisonnable et sans regret est la conservation des écosystèmes riches en biodiversité et en carbone et la restauration des écosystèmes dégradés.

    Énergie : indispensables renouvelables

    Les énergies renouvelables offrent une solution concrète et réalisable pour limiter nos émissions de gaz à effet de serre. Le GIEC décrit des progrès techniques beaucoup plus rapides que prévus par son précédent rapport (2014), en particulier pour les énergies solaire et éolienne. Ces sources d’énergie sont désormais compétitives par rapport à la production d’énergie fossile. De plus, leurs coûts ont fortement baissé depuis 2010, jusqu’à -85% pour l’énergie solaire.

    Au contraire, les progrès du nucléaire et du captage et stockage du CO2 ont été plus lents que prévus. Le rapport montre aussi que ces dernières options ne sont pas sans risques pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable.

    Le graphique ci-dessous montre que le potentiel d’atténuation dans la prochaine décennie des énergies solaire et éolienne est beaucoup plus fort que celui du nucléaire, avec un coût bien plus faible.

    En revanche, le déploiement de ces sources d’électricité à faible émission de carbone est actuellement insuffisant pour atteindre les objectifs climatiques, il s’agit donc de l’accélérer.

    Il est nécessaire d’atteindre la neutralité carbone en 2050 pour limiter le réchauffement à +1,5°C. Pour cela, le rapport décrit l’urgence à sortir des énergies fossiles : les scénarios qui permettent d’atteindre cet objectif impliquent une réduction de la consommation de charbon de 95%, ainsi que de 60% pour le pétrole et de 45% pour le gaz, en 2050 par rapport à l’année 2019. Enfin, aucune nouvelle infrastructure de production d’énergies fossiles ne doit être construite.

    L’efficacité énergétique, c’est-à-dire consommer moins d’énergie pour un même usage, sera également vitale. Par exemple, la rénovation performante des logements permet de moins consommer en énergie pour un confort identique.



    Les propositions du Réseau Action Climat pour l’énergie :

    Industrie : les technologies pour décarboner existent

    Comme pour le secteur de l’énergie, les progrès technologiques réalisés au cours de ces dernières années rendent possible la décarbonation de l’industrie, qui est responsable d’environ un quart des émissions mondiales.

    Cela passera notamment par une utilisation plus efficace des matériaux, des approches circulaires comme la réutilisation ou le recyclage des produits, une forte diminution des déchets, mais aussi par une réduction de la demande. L’efficacité des matériaux et la sobriété représentent la moitié du potentiel de décarbonation du secteur. Concernant les matériaux de base (acier, matériaux de construction…), des procédés de production à émissions de GES faibles ou nulles seront bientôt disponibles. Décarboner l’industrie est donc désormais possible, à condition de choix politiques permettant une véritable transformation du secteur.



    Les propositions du Réseau Action Climat pour l’industrie :

    Agriculture et alimentation : moins de viande, plus de pratiques durables

    Le secteur de l’agriculture, des forêts et de la gestion des sols présente lui aussi de nombreuses options pour l’atténuation.

    Les pratiques agroécologiques (réduction de l’utilisation d’engrais de synthèse, diversification des cultures, meilleure gestion des déjections animales…) permettent de limiter les émissions de gaz à effet de serre, de mieux stocker le CO2 dans les sols et apportent de multiples autres bénéfices : protection de la biodiversité, meilleure qualité de l’eau, de l’air et des sols, sécurité alimentaire… L’agroforesterie, c’est-à-dire l’association d’arbres, de cultures et/ou de bétail sur une même parcelle, montre également un fort potentiel d’atténuation.

    Les forêts et écosystèmes absorbent du carbone, il est donc important de les protéger et de lutter contre la déforestation. Toutefois, cela ne pourra pas compenser la réduction des émissions, qui doit rester la priorité dans tous les secteurs.

    Le GIEC confirme par ailleurs que le passage à des régimes alimentaires riches en protéines végétales (légumes secs, céréales) et pauvres en viande et en produits laitiers permettent une forte réduction des émissions de GES.



    Les propositions du Réseau Action Climat pour l’agriculture et l’alimentation :

    Favoriser une alimentation plus équilibrée, saine et durable : Deux menus végétariens chaque semaine et/ou une option végétarienne quotidienne dans l’ensemble de la restauration collective, 60 % de produits durables et de qualité dont 40 % de produits issus de l’agriculture biologique, associé à un plan d’actions et de moyens financiers adaptés pour mettre en oeuvre cette mesure, et une tarification sociale dans toutes les cantines scolaires.
    •Orienter l’élevage vers des pratiques durables : Mise en place d’un programme de soutien aux élevages durables les plus intensifs en emplois, interdiction de tout nouvel agrandissement ou construction de bâtiment d’élevage industriel, et programme d’accompagnement des conversions des élevages intensifs vers des élevages durables.
    •Préserver les terres agricoles en stoppant leur artificialisation et en soutenant l’essor de l’agroécologie, dont l’agriculture biologique : Moratoire sur l’artificialisation des terres agricoles et politiques volontaristes d’accompagnement des agriculteurs, en particulier par le soutien à la diversification des cultures, à l’introduction des légumineuses dans les rotations, à l’agroforesterie, aux haies et prairies permanentes, etc.

    Pour aller plus loin : Moins et Mieux de produits d’origine animale au bénéfice de tous
    Transports : transformer les mobilités individuelles

    Les transports représentent le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre en France (31%) et sont responsables d’un quart des émissions mondiales : leur décarbonation est donc un enjeu majeur dans la lutte contre le changement climatique.

    Parmi les actions identifiées par le GIEC dans tous les secteurs pour réduire les émissions de gaz à effet de serre en transformant les comportements individuels, celles qui concernent la mobilité sont celles qui présentent le plus grand potentiel de réduction de l’empreinte carbone. Les solutions citées par le rapport sont :

    •Donner la priorité à une mobilité sans voiture, en privilégiant la marche et le vélo par exemple ;


    •Privilégier les transports en commun ;


    •Favoriser les mobilités électriques ;


    •Réduire les voyages en avion (surtout les vols longs courriers).


    À l’échelle des villes, une réorganisation des zones urbaines permettrait de réduire la consommation de carburant liée au transport urbain d’environ 25 %, notamment grâce à des infrastructures de transport moins dépendantes de la voiture et à un rapprochement entre le domicile et le lieu de vie.

    Concernant l’aviation, responsable à elle seule de 2,4% des émissions anthropiques de CO2, le GIEC rapporte qu’aucune amélioration en termes d’efficacité énergétique ne permettra de suivre le rythme de la croissance prévue du transport aérien. La limitation du trafic resterait donc le moyen le plus efficace pour réduire les émissions du secteur.

    Une action politique forte est indispensable pour effectuer ces transitions : il est nécessaire de proposer des aides et des options aux individus pour les accompagner dans ces changements d’habitudes de mobilité.



    Les propositions du réseau Action Climat pour les transports :

    Coopération internationale : multiplier les financements climat

    Pour réaliser toutes ces transformations, le rapport montre que les investissements financiers déployés à l’international sont largement insuffisants : ils devraient être multipliés par un facteur de 3 à 6, si l’on veut limiter le réchauffement à +2°C, donc encore plus pour atteindre l’objectif de +1,5°C. Le GIEC précise pourtant que “le volume de capitaux et de liquidités disponibles à l’échelle planétaire est suffisant pour atteindre le montant à investir”. En outre, les coûts de l’atténuation sont plus faibles que ceux de l’inaction : “les avantages économiques mondiaux d’une limitation du réchauffement à 2°C dépasserait les coûts de l’atténuation”… à condition d’agir immédiatement.

    Il est donc nécessaire d’investir massivement et rapidement pour l’atténuation du changement climatique. Cela représente un défi majeur pour les pays en développement, dont la participation au réchauffement est moindre : le GIEC rapporte que les 10 % des ménages avec les revenus les plus élevés contribuent de 34 % à 45 % aux émissions globales.



    100

    Ayant une plus grande responsabilité dans les émissions de CO2 et une capacité d’action plus grande, les pays développés doivent apporter un soutien financier de plus de 100 milliards de dollars par an aux pays en développement, selon le GIEC.

    Au-delà de ce soutien financier, cette transition écologique ne pourra réussir sans un soutien technologique aux pays en développement.



    Les propositions du Réseau Action Climat pour la coopération internationale :
    -
    •Augmenter les financements climat vers les pays en développement et œuvrer pour la reconnaissance d’un financement spécifique pour les pertes et dommages (c’est-à-dire les conséquences irréversibles du changement climatique) : passer de 6 milliards d’euros/an à 8 milliards d’euros/an d’ici 2025 afin de répondre aux besoins grandissants. Cette augmentation ne doit pas se faire au détriment de l’aide au développement mais doit s’additionner à cette dernière. La France doit également apporter un financement additionnel pour les pertes et dommages pour répondre aux besoins des populations les plus vulnérables face au dérèglement climatique.
    •Améliorer la qualité des financements climat français : parmi les 8 milliards d’euros, 50 % devraient être alloués aux projets d’adaptation au changement climatique, autant qu’à ceux d’atténuation. 35 % des 8 milliards devraient également être distribués sous formes de dons (et non de prêts, comme c’est majoritairement le cas actuellement), afin de ne pas contribuer à aggraver la crise de la dette des pays en développement.
    •Stopper immédiatement le financement public aux énergies fossiles à l’export : la France devrait stopper immédiatement et sans condition son financement public aux énergies fossiles (pétrole et gaz) via son agence de crédits à l’export. Les dates fixées dans la loi actuelle de 2025 et 2035 sont trop lointaines et ne sont alignées ni avec l’Accord de Paris ni avec l’engagement pris en marge de la COP26. Elle doit par ailleurs mettre fin aux exceptions accordées s’il existe un projet de capture et de stockage de carbone.



    https://reseauactionclimat.org/6e-rapport-du-giec-quelles-solutions-face-au-changement-climatique/

      La date/heure actuelle est Ven 20 Mai - 10:13