LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Le Royaume-Uni renforce son arsenal juridique contre les personnes en besoin de protection
par bye Hier à 10:42

» Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
par bye Hier à 10:36

» Moi, Nestor Makhno (épisode 7) – Il y a 100 ans, l’autre guerre d’Ukraine – Feuilleton
par bye Mer 11 Mai - 11:53

» Le "Tous capables" l'Education Nouvelle Le Groupe Français d'Education Nouvelle
par bye Ven 6 Mai - 12:42

» Menaces sur le droit à l’avortement aux Etats-Unis : le collectif Avortement Europe dénonce une énième tentative de restreindre le droit des femmes à disposer de leur corps !
par bye Ven 6 Mai - 12:30

» Biélorussie : la plus grande attaque anti-syndicale du siècle en Europe
par bye Ven 29 Avr - 12:15

» Les associations dénoncent la différence de traitement envers les ressortissants non-Ukrainiens
par bye Ven 22 Avr - 6:21

» SUD éducation gagne l’indemnité REP/REP+ pour les AED !
par bye Jeu 21 Avr - 17:21

» Guerre en Ukraine : que contient la directive sur la protection temporaire de 2001 ?
par bye Dim 17 Avr - 9:50

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Ven 15 Avr - 8:59

» Mutations-sanctions à l'école Pasteur (93) : dans « l'intérêt du service public », nous devons faire front !
par bye Jeu 14 Avr - 8:42

» 6e rapport du GIEC : quelles solutions face au changement climatique ?
par bye Ven 8 Avr - 12:34

» Cabinets de conseil : quand le Sénat fustige le gouvernement
par bye Mer 6 Avr - 16:36

» Les fresques carabines : une institutionnalisation des violences sexistes à l’hôpital
par bye Dim 13 Mar - 12:35

» L’Ukraine au coeur… de la classe, l’école au coeur du monde
par bye Ven 4 Mar - 17:34

» 8 Mars 2022 : Grève féministe Déferlante pour l'égalité !
par bye Mar 1 Mar - 11:08

» Une guerre “culturelle”
par bye Jeu 24 Fév - 19:27

» Nouveau camp fermé de Samos : « Barbelés, clôtures, couvre-feu […] le camp ressemble à une prison. »
par bye Jeu 17 Fév - 18:07

» Exterminez toutes ces brutes
par bye Ven 4 Fév - 10:22

» Entretien avec Laurence Scialom : « Ne pas mettre la lutte contre la dégradation de notre biosphère au cœur de la gouvernance européenne serait une erreur historique »
par bye Mer 26 Jan - 15:55

» Osez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiquesOsez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiques
par bye Lun 24 Jan - 11:46

» La mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland PfefferkornLa mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland Pfefferkorn
par bye Sam 22 Jan - 10:48

» Répression pour un poème au Lycée Marcelin Berthelot de Pantin.
par bye Mer 12 Jan - 20:42

» CP/ Présidence française de l'Union européenne : Une alternative pour une politique d'asile européenne réellement solidaire est possible
par bye Ven 24 Déc - 9:47

» Les fresques carabines reconnues contraires à la dignité des femmes !
par bye Mar 21 Déc - 17:56

» Frontière biélorusse : quel impact des propositions de la Commission visant à déroger au droit d’asile européen ?
par bye Ven 17 Déc - 8:59

» contre le système pornocriminel
par bye Mer 15 Déc - 18:39

» S’émanciper dès la maternelle par le travail et la coopération
par bye Mer 15 Déc - 11:40

» La coopérative pédagogique : Paroles de filles
par bye Ven 3 Déc - 10:32

» La maltraitance des migrants n’est pas une fatalité »
par bye Mar 30 Nov - 18:47

» Lutter contre la violence… pour de vrai
par bye Jeu 25 Nov - 13:13

» République blindée, Projet Local d’Évaluation, chefs dans les écoles… Fin de règne rue de Grenelle
par bye Mer 17 Nov - 13:02

» Campagne d’Eric Zemmour : un masculiniste revendiqué prétendant à l’Elysée ?
par bye Jeu 11 Nov - 12:07

» Affaire Jacquie et Michel : 4 “acteurs” mis en examen pour viol, la fin de l’impunité !
par bye Mar 2 Nov - 18:34

» Réinstallation des réfugiés afghans dans l’UE : des promesses, pas d’engagements chiffrés
par bye Sam 23 Oct - 8:14

» La marchandisation généralisée des relations humaines et des corps coïncide avec l’échec de l’ambition démocratique
par gramophone Mer 20 Oct - 19:33

» À Montpellier, descente de police contre des sans-papiers venus au contre sommet France-Afrique
par bye Mar 19 Oct - 19:07

» Climat : nous l’avons fait, l’Etat n’a plus le choix !
par bye Ven 15 Oct - 12:36

» L’école des sans-école… des jeunes migrants refusés d’école
par bye Mer 13 Oct - 11:27

» La France envoie ses déchets nucléaires en Sibérie !
par bye Mar 12 Oct - 18:05

» Total Energies et Le Louvre : alliés contre le climat
par bye Mer 6 Oct - 16:55

» L’école est à la fois un lieu de formation et d’expression des bandes
par bye Mer 6 Oct - 9:19

» Analyse/déclaration sur la vente de sous-marins américains à l’Australie
par bye Sam 2 Oct - 9:32

» À celles et ceux qui ne sont pas rentré·es,
par bye Mer 29 Sep - 11:55

» « Nous n’avons pas besoin et nous ne voulons pas d’un petit chef ! »…
par bye Mar 21 Sep - 17:18

» Noël : fêtes familiales ou marché de dupe ?
par gramophone Mar 21 Sep - 15:57

» Les troubles de l’érection
par gramophone Mar 21 Sep - 14:36

» Le 28 septembre, c'est la journée internationale de droit à l'avortement !
par bye Lun 20 Sep - 19:35

» Biélorussie : les migrants victimes de l’instrumentalisation de la question migratoire
par bye Mer 15 Sep - 19:46

» Accueil des Afghans évacués de Kaboul
par bye Ven 10 Sep - 16:48

» Marseille : un discours de chef(s) !
par bye Mer 8 Sep - 11:53

» HECTAR grand projet inutile, priorité au service public !
par bye Mer 1 Sep - 19:09

» Rapport du GIEC : Jean Jouzel appelle à une réaction
par bye Mer 11 Aoû - 5:07

» J’évite de prendre l’avion
par bye Lun 12 Juil - 20:45

» Condamné à agir d’ici 9 mois, l'Etat ne réagit pas...
par bye Ven 2 Juil - 9:05

» ENFIN L'ÉGALITÉ, la PMA pour toutes adoptée !
par bye Mer 30 Juin - 12:12

» Projet de loi sur l’enfance : le choix du contrôle plutôt que de la protection pour les mineurs isolés étrangers
par bye Sam 19 Juin - 12:16

» Appel pour les libertés, contre les idées d’extrême-droite : mobilisons-nous le 12 juin !
par bye Mar 8 Juin - 11:52

» Soutien à l’enseignante empêchée de faire cours en raison de son masque
par bye Mer 2 Juin - 18:35

» La junte du Myanmar suspend plus de 1 600 enseignant·es
par bye Mar 25 Mai - 12:24

» Manifeste pour la suspension des brevets liés au Covid 19
par bye Dim 23 Mai - 16:49

» Les dépenses militaires face aux besoins humains. Les centaines de milliards de la honte
par bye Mer 19 Mai - 18:00

» Évaluer n’est pas noter
par bye Lun 17 Mai - 11:22

» Le bilan chiffré du règlement Dublin ne plaide pas pour son maintien
par bye Mer 5 Mai - 12:37

» La compensation carbone, inefficace pour réduire les émissions du secteur aérien
par bye Mar 20 Avr - 8:39

» GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"
par bye Ven 16 Avr - 12:34

» Covid-19 : quel impact sur les procédures d’éloignement des migrants ?
par bye Ven 2 Avr - 12:45

» Médecins : stagnation des effectifs mais baisse de la densité médicale
par bye Ven 2 Avr - 12:36

» Encore une attaque des fascistes contre une librairie libertaire
par bye Lun 22 Mar - 12:40

» A partie du 17 mars, la France est à découvert climatique
par bye Mer 17 Mar - 11:49

» Non, on ne peut pas être « féministe » et agresser des survivantes de la prostitution et des féministes le 8 mars.
par bye Jeu 11 Mar - 9:39

» Les députés les Républicains font entrave au droit à l’avortement pour toutes !
par bye Jeu 18 Fév - 12:16

» Méditerrannée : reprise des sauvetages en mer pour l'Ocean Viking
par bye Jeu 4 Fév - 19:44

» Nouveau numéro du journal Casse-rôles
par bye Lun 1 Fév - 12:53

» #METOOInceste : La loi à l’agenda de l’Assemblée Nationale !
par bye Ven 22 Jan - 13:39

» Projet Hercule : EDF serait éclaté en trois entités
par bye Sam 16 Jan - 9:00

» Les enjeux de l'intégration des bénéficiaires d'une protection internationale dans l'Union européenne
par bye Lun 11 Jan - 20:50

» La méthode Montessori en question
par bye Mer 23 Déc - 13:24

» L’environnement ? une préoccupation peu partagée par les adultes
par bye Mer 16 Déc - 12:08

» Terrorisme
par bye Lun 14 Déc - 18:45

» Éducation : il faut donner priorité aux vaincus
par bye Mar 8 Déc - 11:59

» JOURNÉE MONDIALE DE L'ENFANCE
par bye Ven 4 Déc - 17:14

» 25novembre : la lutte pour l'élimination des violences masculines continue !
par bye Mer 25 Nov - 15:07

» Les mobilisations étudiantes sous la menace de lourdes peines de prison
par bye Mar 24 Nov - 10:23

» Décision historique pour la justice climatique !
par bye Jeu 19 Nov - 20:00

» Et maintenant nous sommes là...
par bye Mer 18 Nov - 13:13

» Révélation scientifique: l’amour rend aveugle !
par gramophone Sam 7 Nov - 9:55

» La puissance de la solidarité syndicale internationale
par bye Ven 6 Nov - 11:53

» sôs soutien ô sans papiers
par bye Mer 21 Oct - 11:38

» violeurs, tortionnaires et proxénètes en prison
par bye Mar 20 Oct - 7:48

» De la tenue républicaine à la culture du viol
par bye Lun 12 Oct - 17:23

» Baromètre Ipsos / SPF 2020 : la précarité depuis la Covid-19
par bye Mer 30 Sep - 17:24

» Il faut sauver la sentinelle Arctique
par bye Mer 30 Sep - 11:39

» Journée mondiale du droit à l'avortement : Soutenons la proposition de loi pour un meilleur accès à l'IVG !
par bye Lun 28 Sep - 12:29

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR

Le Deal du moment : -23%
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD ...
Voir le deal
929 €

    Nouveau camp fermé de Samos : « Barbelés, clôtures, couvre-feu […] le camp ressemble à une prison. »

    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8987
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Nouveau camp fermé de Samos : « Barbelés, clôtures, couvre-feu […] le camp ressemble à une prison. » Empty Nouveau camp fermé de Samos : « Barbelés, clôtures, couvre-feu […] le camp ressemble à une prison. »

    Message par bye Jeu 17 Fév - 18:07

    Le 18 septembre dernier a été inauguré le camp « fermé à accès contrôlé » de Zervou, sur l’île grecque de Samos, pouvant accueillir jusqu’à 3 000 personnes. Entièrement financé par l’Union européenne (UE) à hauteur de 43 millions d’euros, il a été conçu pour remplacer l’ancien camp surpeuplé de Vathy. Ce précédent camp, ouvert en 2016 et décrié pour son insalubrité, accueillait en 2019 jusqu’à 9 000 demandeurs d’asile pour une capacité initiale de 650 personnes.

    Deux autres nouvelles structures bâties sur ce modèle ont été inaugurées le 27 novembre dernier sur les îles de Kos et Leros – tandis que deux autres devraient voir le jour sur les îles de Chios et Lesbos d’ici à l’automne 2022, pour un total de 276 millions d’euros, financés par l’UE.

    Érigés en « modèle à développer » par Valérie Pécresse, candidate Les Républicains à l’élection présidentielle, lors d’une visite du camp le 15 janvier dernier – ces nouveaux centres fermés suscitent pourtant l’inquiétude des organisations de la société civile. La politique de privation des libertés, la restriction de la liberté de circulation, l’invisibilisation et la marginalisation des exilés, ou encore les risques pour la santé mentale des personnes sont autant d’éléments pointés du doigt, notamment par le collectif Europe Must Act, qui a publié en décembre 2021 un rapport révélant les difficiles conditions de vie dans le camp. Cecilia Sanfelici, chargée de plaidoyer au sein du collectif, nous livre les principaux constats.
    1.Dans quel contexte a été élaboré le rapport « Tout ce que je veux, c’est être libre et partir »(“All I want is to be free and leave”) ?

    Ce rapport est issu d’un projet collaboratif entre Europe Must Act (EMA) et Samos Advocacy Collective (SAC). Le projet de recherche et de suivi vise principalement à étudier l’impact humain d’une structure d’accueil fermée et contrôlée sur la vie des personnes qui sont contraintes d’y vivre et, en faisant écho aux témoignages directs des résidents, à contester le recours à de telles structures tant en Grèce qu’ailleurs en Europe.

    Lorsque le projet a démarré l’été dernier, de nombreux facteurs nous ont conduits à penser qu’il était nécessaire de mettre en place un mécanisme de suivi. Premièrement, les demandeurs d’asile et les ONG n’avaient que très peu, voire aucune information, sur ce à quoi le centre allait ressembler et comment il allait fonctionner, les services auxquels les personnes allaient avoir accès, si un service de transport entre le centre et la ville allait être assuré, etc. Deuxièmement, l’incohérence des autorités européennes et grecques – les premières déclarant que ces nouveaux « centres de réception et d’identification »[1] n’allaient pas être des « installations fermées » et les secondes affirmant qu’elles le seraient, a suscité l’inquiétude de la société civile quant aux restrictions qui pouvaient être imposées à la liberté de circulation et aux droits fondamentaux des résidents des nouveaux camps.

    Entre octobre et décembre 2021, l’EMA et son équipe de recherche, composée de chercheurs et d’universitaires expérimentés, ont soutenu les membres de l’EMA sur le terrain ainsi que les militants et bénévoles du SAC pour mener des entretiens avec les résidents du camp. Le projet de recherche est toujours en cours et nous espérons publier un nouveau rapport prochainement.
    2.Comment décririez-vous les conditions de vie des demandeurs d’asile dans le nouveau camp par rapport à l’ancien « hotspot » surpeuplé de Vathy ?

    Je veux répondre à cette question à travers les témoignages des résidents que nous avons recueillis au cours des derniers mois : « J’ai l’impression d’être en prison. Je me sens seul, fatigué, comme si j’étais dans un autre monde. Le nouveau camp est nettement mieux que la tente : il y a une salle de bain, une cuisine, de l’eau, de l’électricité, un réfrigérateur et des climatiseurs. Mais je suis resté dans la tente pendant trois ans, puis maintenant quoi, j’ai déménagé dans un autre camp ? Je me pose ces questions : combien de temps serai-je appelé un réfugié ? Quand vais-je devenir un humain ? Un humain qui travaille, sort, voyage, fait ce que n’importe qui ferait ? ».

    Plusieurs résidents ont signalé des problèmes importants en matière de conditions de vie, notamment sur le plan sanitaire, avec des conteneurs qui accueillent plus de 4 personnes mais n’ont qu’une seule clé, mettant ainsi en danger les résidents vulnérables ; des conteneurs inondés en raison de défauts structurels ; de la nourriture non comestible car périmée ou de très mauvaise qualité ; des difficultés à accéder aux soins et à être orientés vers des spécialistes ou vers l’hôpital. Comme l’a dit un résident, « si quelqu’un est vraiment malade, il va mourir. Rien ne l’empêchera de mourir… ».

    La vie des gens est aussi gravement affectée par des caractéristiques structurelles : barbelés, doubles clôtures militaires, surveillance numérique directement connectée à Athènes, forte présence de policiers et d’agents de sécurité privés, emplacement éloigné et couvre-feu – toutes les caractéristiques qui font que le camp ressemble à une prison. « J’ai l’impression d’être en prison. C’est ce que je ressens. [Il y a] trop de contrôle autour, des caméras et des drones parfois ».

    Cela contraste fortement avec les déclarations des autorités européennes et grecques, qui veulent développer ce type de camp. Leur discours s’est concentré sur les prétendues meilleures conditions par rapport à l’ancien camp [de Vathy]. Il est inquiétant de constater qu’une partie de la couverture médiatique autour de l’inauguration du camp a contribué à la diffusion de ce récit.

    Nous pensons que déterminer si le camp est une amélioration ou non devrait être fait sur la base des témoignages des résidents. « Maintenant, nous ne pouvons pas partir, nous sommes pris au piège. Cela n’a jamais été une bonne chose pour la santé mentale, mais après deux ans ici et bientôt trois [à Samos], c’est fatiguant ». Des témoignages similaires suggèrent qu’il n’y a pas d’amélioration, et nous faisons écho à ces voix en affirmant que la liberté et la dignité ne devraient jamais être compromises.
    3.Lors de sa première visite à Samos en mars 2021, la commissaire européenne Ylva Johansson promettait que les nouvelles installations « ne seraient pas fermées ». Comment cela se passe-t-il en pratique ?

    Malgré la déclaration de Y. Johansson, le ministre grec des Migrations Mitarakis a annoncé que le camp allait être fermé. Le matin de l’inauguration, un panneau indiquant « Centre fermé à accès contrôlé de Samos » a été installé au-dessus des portes du camp.

    Depuis l’inauguration, tous les résidents du camp sont soumis à un couvre-feu qui les empêche de quitter le camp entre 20h et 8h. Des personnes ont raconté qu’elles étaient obligées de dormir dehors, dans le froid, car elles ne rentraient pas au camp à l’heure la nuit. Chaque mouvement à l’extérieur et à l’intérieur du camp est extrêmement surveillé car chaque personne, y compris mineure, est fouillée scrupuleusement. Les équipements de cuisine tels que les couteaux, ou encore les boissons alcoolisées ne sont pas autorisés dans le camp. Les personnes titulaires d’une carte d’asile en cours de validité n’ont pas besoin d’autorisation spéciale pour sortir. Cependant, l’éloignement du camp du centre et le fait que les gens doivent payer un aller-retour de 3,20 € pour le bus afin de rejoindre la ville obligent indirectement de nombreuses personnes à rester bloquées dans le camp par manque d’argent.

    Depuis le 16 novembre 2021, de nouvelles restrictions ont été mises en place, sans arrêtés ministériels, ni aucune communication. Les personnes qui n’ont pas de carte d’asile valide ne sont pas autorisées à sortir et à entrer dans le camp. Ces restrictions impactent deux catégories de personnes :
    •Les personnes nouvellement enregistrées qui n’ont pas encore reçu de carte. La loi grecque prévoit déjà la possibilité pour ces personnes d’être empêchées de sortir de tout centre d’accueil et d’identification pendant les 25 premiers jours suivant l’enregistrement de leur demande d’asile. Cependant, les délais d’attente pour la délivrance de la carte d’asile peuvent aller jusqu’à 6 semaines à Samos, condamnant ainsi les nouveaux arrivants à avoir un accès très limité aux services essentiels fournis par les ONG.
    •Les personnes déboutées de l’asile et qui n’ont pas (ou ne peuvent pas) déposer de recours. Au moins 100 personnes sont concernées par ces restrictions qui, si elles n’ont pas de fondement juridique clair, s’apparentent à une détention illégale. Le tribunal administratif de Syros a statué en ce sens dans une affaire en décembre dernier.

    EMA et le SAC ont interpellé la Commission européenne et le ministère grec sur le fondement juridique de telles restrictions[2].

    Concernant cette seconde catégorie de résidents, la situation est extrêmement complexe et délicate. En effet, ils peuvent sortir du camp mais n’auraient plus le droit d’y entrer. Cela impliquerait de ne plus avoir accès aux services de base tels que le logement, l’assistance juridique, les soins médicaux, en plus de l’aide financière et de la nourriture.

    En outre, ces restrictions impactent un nombre croissant de personnes en raison de l’entretien d’admissibilité. En effet, l’accord UE-Turquie et la décision ministérielle conjointe de juin 2021 déclarant la Turquie comme un pays tiers sûr ont condamné les demandeurs d’asile originaires de Syrie, Somalie, Pakistan, Bangladesh et Afghanistan et ayant transité par la Turquie, à voir leur demande d’asile évaluée sur la recevabilité en premier lieu, et sur le fond si elle est jugée recevable. Cependant, étant donné que toutes les demandes d’asile de ces ressortissants à Samos sont rejetées sur la base du concept de la Turquie comme pays tiers sûr et, qu’en parallèle, la Turquie n’accepte plus aucun retour depuis mars 2020, des centaines de personnes se retrouvent coincées dans un vide juridique.
    4.Ylva Johansson a également promis que ces camps seraient équipés « de zones pour les familles et les personnes vulnérables ». Quelles sont les conditions de vie des personnes vulnérables dans le camp ?

    Bien qu’il y ait des zones séparées dans le camp, le camp ne dispose pas des aménagements et services adaptés pour les personnes vulnérables, telles que les femmes célibataires et les mineurs non accompagnés (MNA). Par exemple, la « zone de sécurité » pour les MNA et les enfants comprend une aire de jeux, mais celle-ci est fermée et complètement entourée de hautes clôtures et de barbelés. Cela va à l’encontre des recommandations de l’Agence des droits fondamentaux de l’UE, qui indiquait que « les enfants ne devraient pas être exposés à des clôtures de type carcéral et ne devraient pas être témoins de violence. Les enfants non accompagnés doivent être placés dans un logement adéquat avec les services de soutien nécessaires […] en dehors du centre polyvalent[3] ». Inutile de dire que ce n’est pas le cas. Selon les dernières données du HCR (en date du 23/01/22), 21 % des résidents du camp sont des enfants.

    Il manque également un endroit spécifique, géré par des professionnels compétents, pour les femmes. De plus, les résidents rapportent que jusqu’à 4 personnes seules sont hébergées dans chaque conteneur, qui dispose de deux chambres. Cependant, les chambres n’ont pas de clés et il n’y a qu’une seule clé pour tout le conteneur. Cela peut exposer les personnes vulnérables, telles que les membres de la communauté LGBTQI+, à davantage de risques.

    5. Les enfants présents dans le camp ont-ils accès à l’éducation ?

    Selon la loi grecque, tous les enfants demandeurs d’asile ont le droit d’accéder à l’éducation. Cependant, la réalité diffère souvent de la pratique. La majorité – voire la totalité – des enfants vivant dans le camp fermé ont désormais accès à l’éducation dans des classes normales avec des élèves grecs – ou bien dans des classes spécifiques qui fonctionnent l’après-midi et qui entravent leur intégration au sein de la communauté locale.

    Cependant, en novembre 2021, la majorité des enfants et adolescents n’ont pas pu accéder à un enseignement formel en raison du manque de personnel enseignant. De plus, ils n’étaient pas en mesure de se rendre à l’école car le ministère des Transports n’avait pas encore assuré le transport depuis le camp. Un service de transport a été alors assuré par les ONG locales et internationales.



    Nota bene : les réponses à l’entretien ont été traduites de l’anglais par France terre d’asile. Son contenu reflète uniquement la position de l’auteur.



    [1] Multi-Purpose Reception and Identification Centre (MPRIC), selon leur nom officiel en anglais.

    [2] Un communiqué de presse sur cette question sera publié prochainement par EMA.

    [3] https://fragdenstaat.de/anfrage/fra-role-in-joint-pilot-for-the-establishment-of-a-new-mpric-in-lesvos/598354/anhang/1-aide-memoire-fra.pdf
    https://www.vuesdeurope.eu/nouveau-camp-ferme-de-samos-barbeles-clotures-couvre-feu-le-camp-ressemble-a-une-prison/

      La date/heure actuelle est Ven 20 Mai - 9:33