LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Moi, Nestor Makhno (épisode 9) – Il y a 100 ans, l’autre guerre d’Ukraine – Feuilleton
par bye Jeu 21 Juil - 20:17

» AVORTEMENT AUX USA, NOUS NE VOULONS PAS PERDRE DE DROITS, NOUS VOULONS EN GAGNER !
par bye Mar 28 Juin - 12:51

» Michel Piron en garde à vue. Derrière Jacquie et Michel : un système organisé de proxénétisme et de viols.
par bye Jeu 16 Juin - 15:33

» EuroSatory : Visioconférence et Rassemblements contre le commerce des armes
par bye Lun 6 Juin - 17:32

» Entretien avec Yamina Saheb (GIEC) : “Il y a eu quelques réticences pour mettre le terme de sobriété dans le dernier rapport”.
par bye Mer 1 Juin - 8:37

» Retour sur l’accueil des déplacés d’Ukraine dans les Hautes-Alpes
par bye Mar 31 Mai - 16:17

» L’industrie pornocriminelle cible les enfants et la justice abdique !
par bye Mer 25 Mai - 16:23

» Le Royaume-Uni renforce son arsenal juridique contre les personnes en besoin de protection
par bye Jeu 19 Mai - 10:42

» Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
par bye Jeu 19 Mai - 10:36

» Moi, Nestor Makhno (épisode 7) – Il y a 100 ans, l’autre guerre d’Ukraine – Feuilleton
par bye Mer 11 Mai - 11:53

» Le "Tous capables" l'Education Nouvelle Le Groupe Français d'Education Nouvelle
par bye Ven 6 Mai - 12:42

» Menaces sur le droit à l’avortement aux Etats-Unis : le collectif Avortement Europe dénonce une énième tentative de restreindre le droit des femmes à disposer de leur corps !
par bye Ven 6 Mai - 12:30

» Biélorussie : la plus grande attaque anti-syndicale du siècle en Europe
par bye Ven 29 Avr - 12:15

» Les associations dénoncent la différence de traitement envers les ressortissants non-Ukrainiens
par bye Ven 22 Avr - 6:21

» SUD éducation gagne l’indemnité REP/REP+ pour les AED !
par bye Jeu 21 Avr - 17:21

» Guerre en Ukraine : que contient la directive sur la protection temporaire de 2001 ?
par bye Dim 17 Avr - 9:50

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Ven 15 Avr - 8:59

» Mutations-sanctions à l'école Pasteur (93) : dans « l'intérêt du service public », nous devons faire front !
par bye Jeu 14 Avr - 8:42

» 6e rapport du GIEC : quelles solutions face au changement climatique ?
par bye Ven 8 Avr - 12:34

» Cabinets de conseil : quand le Sénat fustige le gouvernement
par bye Mer 6 Avr - 16:36

» Les fresques carabines : une institutionnalisation des violences sexistes à l’hôpital
par bye Dim 13 Mar - 12:35

» L’Ukraine au coeur… de la classe, l’école au coeur du monde
par bye Ven 4 Mar - 17:34

» 8 Mars 2022 : Grève féministe Déferlante pour l'égalité !
par bye Mar 1 Mar - 11:08

» Une guerre “culturelle”
par bye Jeu 24 Fév - 19:27

» Nouveau camp fermé de Samos : « Barbelés, clôtures, couvre-feu […] le camp ressemble à une prison. »
par bye Jeu 17 Fév - 18:07

» Exterminez toutes ces brutes
par bye Ven 4 Fév - 10:22

» Entretien avec Laurence Scialom : « Ne pas mettre la lutte contre la dégradation de notre biosphère au cœur de la gouvernance européenne serait une erreur historique »
par bye Mer 26 Jan - 15:55

» Osez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiquesOsez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiques
par bye Lun 24 Jan - 11:46

» La mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland PfefferkornLa mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland Pfefferkorn
par bye Sam 22 Jan - 10:48

» Répression pour un poème au Lycée Marcelin Berthelot de Pantin.
par bye Mer 12 Jan - 20:42

» CP/ Présidence française de l'Union européenne : Une alternative pour une politique d'asile européenne réellement solidaire est possible
par bye Ven 24 Déc - 9:47

» Les fresques carabines reconnues contraires à la dignité des femmes !
par bye Mar 21 Déc - 17:56

» Frontière biélorusse : quel impact des propositions de la Commission visant à déroger au droit d’asile européen ?
par bye Ven 17 Déc - 8:59

» contre le système pornocriminel
par bye Mer 15 Déc - 18:39

» S’émanciper dès la maternelle par le travail et la coopération
par bye Mer 15 Déc - 11:40

» La coopérative pédagogique : Paroles de filles
par bye Ven 3 Déc - 10:32

» La maltraitance des migrants n’est pas une fatalité »
par bye Mar 30 Nov - 18:47

» Lutter contre la violence… pour de vrai
par bye Jeu 25 Nov - 13:13

» République blindée, Projet Local d’Évaluation, chefs dans les écoles… Fin de règne rue de Grenelle
par bye Mer 17 Nov - 13:02

» Campagne d’Eric Zemmour : un masculiniste revendiqué prétendant à l’Elysée ?
par bye Jeu 11 Nov - 12:07

» Affaire Jacquie et Michel : 4 “acteurs” mis en examen pour viol, la fin de l’impunité !
par bye Mar 2 Nov - 18:34

» Réinstallation des réfugiés afghans dans l’UE : des promesses, pas d’engagements chiffrés
par bye Sam 23 Oct - 8:14

» La marchandisation généralisée des relations humaines et des corps coïncide avec l’échec de l’ambition démocratique
par gramophone Mer 20 Oct - 19:33

» À Montpellier, descente de police contre des sans-papiers venus au contre sommet France-Afrique
par bye Mar 19 Oct - 19:07

» Climat : nous l’avons fait, l’Etat n’a plus le choix !
par bye Ven 15 Oct - 12:36

» L’école des sans-école… des jeunes migrants refusés d’école
par bye Mer 13 Oct - 11:27

» La France envoie ses déchets nucléaires en Sibérie !
par bye Mar 12 Oct - 18:05

» Total Energies et Le Louvre : alliés contre le climat
par bye Mer 6 Oct - 16:55

» L’école est à la fois un lieu de formation et d’expression des bandes
par bye Mer 6 Oct - 9:19

» Analyse/déclaration sur la vente de sous-marins américains à l’Australie
par bye Sam 2 Oct - 9:32

» À celles et ceux qui ne sont pas rentré·es,
par bye Mer 29 Sep - 11:55

» « Nous n’avons pas besoin et nous ne voulons pas d’un petit chef ! »…
par bye Mar 21 Sep - 17:18

» Noël : fêtes familiales ou marché de dupe ?
par gramophone Mar 21 Sep - 15:57

» Les troubles de l’érection
par gramophone Mar 21 Sep - 14:36

» Le 28 septembre, c'est la journée internationale de droit à l'avortement !
par bye Lun 20 Sep - 19:35

» Biélorussie : les migrants victimes de l’instrumentalisation de la question migratoire
par bye Mer 15 Sep - 19:46

» Accueil des Afghans évacués de Kaboul
par bye Ven 10 Sep - 16:48

» Marseille : un discours de chef(s) !
par bye Mer 8 Sep - 11:53

» HECTAR grand projet inutile, priorité au service public !
par bye Mer 1 Sep - 19:09

» Rapport du GIEC : Jean Jouzel appelle à une réaction
par bye Mer 11 Aoû - 5:07

» J’évite de prendre l’avion
par bye Lun 12 Juil - 20:45

» Condamné à agir d’ici 9 mois, l'Etat ne réagit pas...
par bye Ven 2 Juil - 9:05

» ENFIN L'ÉGALITÉ, la PMA pour toutes adoptée !
par bye Mer 30 Juin - 12:12

» Projet de loi sur l’enfance : le choix du contrôle plutôt que de la protection pour les mineurs isolés étrangers
par bye Sam 19 Juin - 12:16

» Appel pour les libertés, contre les idées d’extrême-droite : mobilisons-nous le 12 juin !
par bye Mar 8 Juin - 11:52

» Soutien à l’enseignante empêchée de faire cours en raison de son masque
par bye Mer 2 Juin - 18:35

» La junte du Myanmar suspend plus de 1 600 enseignant·es
par bye Mar 25 Mai - 12:24

» Manifeste pour la suspension des brevets liés au Covid 19
par bye Dim 23 Mai - 16:49

» Les dépenses militaires face aux besoins humains. Les centaines de milliards de la honte
par bye Mer 19 Mai - 18:00

» Évaluer n’est pas noter
par bye Lun 17 Mai - 11:22

» Le bilan chiffré du règlement Dublin ne plaide pas pour son maintien
par bye Mer 5 Mai - 12:37

» La compensation carbone, inefficace pour réduire les émissions du secteur aérien
par bye Mar 20 Avr - 8:39

» GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"
par bye Ven 16 Avr - 12:34

» Covid-19 : quel impact sur les procédures d’éloignement des migrants ?
par bye Ven 2 Avr - 12:45

» Médecins : stagnation des effectifs mais baisse de la densité médicale
par bye Ven 2 Avr - 12:36

» Encore une attaque des fascistes contre une librairie libertaire
par bye Lun 22 Mar - 12:40

» A partie du 17 mars, la France est à découvert climatique
par bye Mer 17 Mar - 11:49

» Non, on ne peut pas être « féministe » et agresser des survivantes de la prostitution et des féministes le 8 mars.
par bye Jeu 11 Mar - 9:39

» Les députés les Républicains font entrave au droit à l’avortement pour toutes !
par bye Jeu 18 Fév - 12:16

» Méditerrannée : reprise des sauvetages en mer pour l'Ocean Viking
par bye Jeu 4 Fév - 19:44

» Nouveau numéro du journal Casse-rôles
par bye Lun 1 Fév - 12:53

» #METOOInceste : La loi à l’agenda de l’Assemblée Nationale !
par bye Ven 22 Jan - 13:39

» Projet Hercule : EDF serait éclaté en trois entités
par bye Sam 16 Jan - 9:00

» Les enjeux de l'intégration des bénéficiaires d'une protection internationale dans l'Union européenne
par bye Lun 11 Jan - 20:50

» La méthode Montessori en question
par bye Mer 23 Déc - 13:24

» L’environnement ? une préoccupation peu partagée par les adultes
par bye Mer 16 Déc - 12:08

» Terrorisme
par bye Lun 14 Déc - 18:45

» Éducation : il faut donner priorité aux vaincus
par bye Mar 8 Déc - 11:59

» JOURNÉE MONDIALE DE L'ENFANCE
par bye Ven 4 Déc - 17:14

» 25novembre : la lutte pour l'élimination des violences masculines continue !
par bye Mer 25 Nov - 15:07

» Les mobilisations étudiantes sous la menace de lourdes peines de prison
par bye Mar 24 Nov - 10:23

» Décision historique pour la justice climatique !
par bye Jeu 19 Nov - 20:00

» Et maintenant nous sommes là...
par bye Mer 18 Nov - 13:13

» Révélation scientifique: l’amour rend aveugle !
par gramophone Sam 7 Nov - 9:55

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR

Le Deal du moment : -40%
Machine à café avec broyeur KRUPS ...
Voir le deal
357.99 €

3 participants

    HIV/SIDA

    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty HIV/SIDA

    Message par admin Ven 29 Fév - 19:22

    Et si un gel antiviral remplaçait les préservatifs ?


    C’est ce qu’envisagent des chercheurs qui ont testé un gel à base de ténofovir, un antiviral qui bloque une enzyme nécessaire au développement du virus et à sa reproduction.

    Ce gel devrait offrir aux femmes une alternative au préservatif pour se protéger contre le virus du Sida.

    Le test a été mené sur 200 femmes sexuellement actives aux Etats-Unis et en Inde.

    L’objectif de l’étude était de tester l’innocuité du gel mais pas son efficacité, donc leur partenaire ont du quand même utiliser des préservatifs pour protéger leurs rapports sexuels.

    Résultat : le gel à base de ténofovir, anti-rétroviral autorisé par les autorités sanitaires américaines, s’est révélé sans effets secondaires sur la santé des patientes.

    « Grâce à ces résultats, nous pouvons désormais tester cliniquement le gel pour voir s’il empêche la transmission du virus chez les femmes pour qui d’autres approches ont échouées », explique Sharon Hillier, auteur principal de l’étude et docteur à la faculté de médecine de Pittsburg en Pennsylvanie.

    Les résultats ont été présentés lors d’une conférence sur la recherche contre le virus du Sida en Inde.

    De nombreux gels vaginaux font actuellement l’objet de tests cliniques mais pour l’instant aucun n’a prouvé son efficacité.

    Certains ont même augmenté le risque de contamination.

    Dans le monde, 33 millions de personnes sont infectées par le virus du Sida, dont 46% de femmes.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Coup d’envoi du Sidaction

    Message par admin Ven 28 Mar - 16:13

    HIV/SIDA 20060331.OBS6953
    Les 28, 29 et 30 mars se déroulera l’édition 2008 du Sidaction. Onze chaînes de télévision et cinq radios seront mobilisées pour collecter des dons avec un leitmotiv cette année : favoriser l’égalité des chances.

    110. Voilà le numéro à composer durant ces trois jours pour faire une promesse de don au Sidaction qui finance chaque année en moyenne 156 projets de recherche, 117 programmes d’aide aux malades et 107 programmes dans des pays en développement.

    Tout au long du week-end plusieurs émissions spéciales sont programmées sur les différents médias participant à l’opération. Le programme est consultable sur le site du Sidaction.

    Cette année l’accent sera mis sur l’égalité des chances : égalité entre les malades en France, égalité entre le Nord et le Sud et égalité pour la recherche enfin qui manque de financements pour développer des projets novateurs et garder ses jeunes chercheurs en France.

    L’association Sidaction a été créée en 1994, depuis elle réunit des malades, des chercheurs et des associations.

    Le combat de Sidaction s’inscrit dans la durée et sur tous les fronts : la prévention, l’aide à tous les malades – en France et dans les pays en développement– et le soutien à la recherche.

    Cette année le Sidaction aura une résonance particulière puisque cela fait maintenant vingt-cinq ans que le virus a été identifié pour la première fois par l'équipe du Professeur Jean Claude Chermann de l'Institut Pasteur, sous la direction de Luc Montagnier.

    25 ans plus tard, les traitements permettent d'allonger considérablement l'espérance de vie des personnes séropositives, mais la mise au point d’un vaccin n’est toujours pas pour demain.

    Les chercheurs se heurtent toujours à de grandes difficultés dont la grande variabilité du virus. Aujourd’hui l’OMS estime que 33,2 millions de personnes sont infectées de part le monde.

    Depuis l’apparition de l’épidémie, au début des années 80, le SIDA a fait plus de 20 millions de victimes.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par admin Ven 28 Mar - 16:26

    Arrow Don en ligne
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par admin Ven 28 Mar - 16:38

    Lancement d'un nouveau médicament anti-sida

    L'Isentress, un nouveau médicament anti-sida, vient d'être commercialisé en France. Il est prescrit en association à d'autres molécules anti-rétrovirales.

    Un nouveau médicament anti-sida vient d'être lancer en France par les laboratoires MSD-Chibret, apprend-on mercredi 23 janvier.

    Ce médicament, le raltégravir dont le nom commercial est Isentress, est indiqué en association avec d'autres molécules anti-rétrovirales (ARV), a précisé le laboratoire qui a reçu l'approbation européenne, pour ce produit, en décembre dernier.

    Il s'agit du premier inhibiteur d'intégrase, autorisé pour les adultes chez lesquels le virus continue à se multiplier malgré le traitement en cours.

    En bloquant cette enzyme, l'intégrase, le raltégravir bloque la capacité du virus à se multiplier mais ne guérit cependant pas de l'infection par le virus VIH.

    • Prix comparable aux derniers ARV
    Isentress, commercialisé depuis janvier en France, a également été lancé en Allemagne et en Grande-Bretagne, alors qu'il est déjà disponible au Canada et aux Etats-Unis, selon MSD-Chibret, filiale de l'Américain Merck.

    A prendre en association avec d'autres ARV actifs, ce médicament représente un recours pour les patients en échec thérapeutique ou en phase d'échappement (lorsque la multiplication du virus reprend).

    Le prix européen (27 euros par jour) est comparable à celui des derniers ARV mis sur le marché, d'après MSD-Chibret.

    • Restauration des défenses immunitaires
    1 317 patients en ont déjà bénéficié en France grace aux "autorisations temporaires d'utilisation" accordées par les autorités sanitaires depuis novembre 2006.

    La firme affirme que 63% des patients recevant l'Isentress avec d'autres ARV ont obtenu une réduction de la charge virale (quantité de virus dans le sang) en-dessous du seuil détectable, contre 34% parmi ceux n'ayant pas reçu cette nouvelle molécule mais seulement d'autres ARV.

    L'anti-intégrase permet aussi une restauration des défenses immunitaires.

    Selon le professeur Christine Katlama, spécialiste du sida à Paris, ce médicament est "extrêmement puissant", mais bien toléré, même s'il y a toujours un peu de troubles digestifs.

    "En France, 70.000 patients sont traités par des ARV. Environ 20% seraient en situation d'échappement avec une charge virale détectable", a expliqué un autre spécialiste, le professeur Jacques Reynes.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par admin Ven 28 Mar - 16:41

    L’accès aux traitements progresse
    HIV/SIDA 242783

    A la fin de l’année 2006, sur 7,1 millions de personnes vivant dans des pays pauvres ou en développement ayant besoin de traitements contre le virus du sida, plus de 2 millions de personnes y ont eu accès, selon le rapport annuel de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de l’Unicef et d’Onusida.

    En 2005, 1,3 million de personnes avaient eu accès aux traitements. En 2003 ils n’étaient que 400.000.


    De très nets progrès ont donc été accomplis, même si l’objectif des 3 millions de personnes soignées en 2005 n’a pas été atteint.

    Parmi les pays à revenu faible ou intermédiaire, ceux de la zone Amérique-Caraïbes sont les mieux lotis. 72% des personnes ayant besoin des traitements contre le virus du sida y ont accès.

    Le taux chute à 28% en Afrique sub-saharienne, à 15% en Europe de l’Est et en Asie centrale.

    En Afrique du Nord et au Moyen-orient, seul 6% des malades ont accès aux traitements.

    D’importants efforts restent à accomplir pour améliorer la couverture des enfants (15% seulement reçoivent les thérapies) et des consommateurs de drogues, souligne le rapport.

    La baisse des prix des traitements -grâce aux génériques- explique en grande partie les progrès réalisés ces trois dernières années.

    Cependant, les traitements de seconde intention sont toujours très chers et « si l’on ne parvient pas à faire baisser les prix de cette deuxième catégorie de thérapies, les contraintes budgétaires pourraient compromettre l’avenir des programmes de traitement » souligne le communiqué des trois agences onusiennes.

    L’objectif est de parvenir à un accès universel aux traitements en 2010.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par admin Ven 28 Mar - 16:42

    Une faille dans l’armure du virus du sida
    HIV/SIDA 199396

    Chez ce redoutable ennemi qu’est le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), des chercheurs pensent avoir enfin trouvé un point faible, une faille qui permettrait à un vaccin de frapper au bon endroit.

    Peter Kwong et ses collègues expliquent aujourd’hui dans la revue Nature que sur l’une des protéines de surface du virus il est possible d’atteindre un site dont la structure reste stable jusqu’à ce qu’il se lie avec certains récepteurs de la cellule humaine.

    Le VIH a la capacité de modifier les structures de ses protéines de surface afin d’échapper aux agents du système immunitaire.

    Au milieu de cette armure, la protéine gp120 est l’une des rares à ne pas muter en permanence.

    Elle joue un rôle clef dans l’entrée du VIH dans les cellules en se liant avec les récepteurs CD4.

    A ce moment-là, la gp120 change de structure pour rester masquée.

    La gp120 constitue une cible thérapeutique intéressante mais jusqu’à présent les scientifiques pensaient que le site stable de la protéine, l’épitope, n’était pas accessible avant la rencontre avec les CD4, avant que la gp120 change de forme.

    En effet la plupart des épitopes du VIH qui restent stables sont cachés dans des replis jusqu’à ce qu’ils deviennent fonctionnels.

    Grâce à la cristallographie, l’équipe de Kwong (National Institute of Allergy and Infectious Diseases, USA) a constaté que l’épitope impliqué dans la toute première prise de contact entre la protéine gp120 et le récepteur CD4 était stable. Et qu’un anticorps, le b12, pouvait se lier à se site et bloquer son fonctionnement.

    Cette protéine de surface du virus aurait donc un talon d’Achille idéal pour cibler une attaque contre le VIH.

    Kwong et ses collègues se sont mis en quête d’une molécule qui permettrait à l’organisme de sécréter l’anticorps b12 en quantité suffisante pour bloquer le VIH.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty La Transmission

    Message par admin Ven 28 Mar - 16:52

    Les modes de contamination en 10 questions


    On le sait aujourd'hui, le sida est une maladie virale sexuellement transmissible mais pas seulement : le sang est également contaminant.

    En 10 questions, voici des réponses à des interrogations courantes sur les modes de contamination par le virus de l'immunodéficience humaine ou virus du sida.


    1. Comment se transmet le VIH ?
      Le VIH ou virus du sida se transmet le plus généralement par voie sexuelle mais il peut également l'être par voie sanguine. Concrètement avoir des relations sexuelles non protégées ou être en contact avec le sang d'une personne contaminée est extrêmement risqué.

    2. Quelles sont les pratiques sexuelles à risque ?
      Toute relation sexuelle non protégée c'est-à-dire sans préservatif présente un risque de contamination. La fellation y compris sans éjaculation peut contaminer, l'usage de sex toys que l'on échange sans préservatif également. La seule solution sécuritaire est l'usage du préservatif. Ce qui est possible sans risque : le baiser et la masturbation.

    3. Je vis avec un séropositif quels sont les gestes du quotidien qui présentent un danger ?
      Partager une salle de bains, une douche ou des toilettes avec une personne séropositive ne fait pas courir de risque. S'échanger des vêtements est également parfaitement inoffensif. En revanche, on ne partage pas sa brosse à dents !

    4. Les animaux de compagnie sont-ils des vecteurs de la maladie ?
      Caresser un chien ou un chat ne peut en aucun cas entraîner de contamination par le virus du sida.

    5. Puis-je serrer la main et embrasser un séropositif ?
      Bien entendu, le contact physique en dehors d'une relation sexuelle ou d'un contact de plaies et de sang n'est pas dangereux. Et d'ailleurs, le baiser est un symbole médiatique fort de la lutte contre les préjugés ! Embrasser ne contamine pas.

    6. Les moustiques sont-ils responsables de certaines contaminations ?
      Non, les moustiques ne transmettent pas le VIH.

    7. Et partager de la nourriture, est-ce dangereux ?
      Absolument pas. La nourriture ne transporte pas le virus et celui-ci ne peut pas survivre dans la nourriture. Il est donc naturel de cuisiner et de manger avec une personne séropositive sans aucune crainte.

    8. Je vais me faire tatouer, que dois-je vérifier ?
      La contamination lors de tatouages ou de piercing est possible. Pour l'éviter rien de plus simple, le tatoueur veillera à utiliser du matériel stérile à usage unique et son atelier sera entretenu avec une hygiène irréprochable. Seul le contact avec du sang peut contaminer.

    9. Peut-on être contaminé à la piscine ou à la plage ?
      Non, on peut nager dans la mer, une rivière et dans la piscine sans aucun risque de contamination, le virus ne survit pas en dehors du sang ou des secrétions humaines.

    10. Drogues : quels sont les usages à risque ?
      L'échange de seringues ou de paille est particulièrement dangereux. Il est important d'utiliser des seringues à usage unique et de ne pas partager son matériel y compris dans le cas des pailles pour le sniff car les muqueuses nasales sont rapidement abîmées par la pratique et peuvent saigner donc transmettre le virus.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par admin Ven 28 Mar - 17:09

    Infection par le virus du SIDA

    Tout le monde sait, a priori, comment se transmet le virus du SIDA. Mais par quel mécanisme infecte-t-il les cellules ? Comment arrive-t-il à se jouer des défenses naturelles de notre organisme ?... Quelques éclaircissements sur le fonctionnement du virus et des différents traitements.

    Le syndrome d’immunodéficience acquise, plus connu sous le nom de SIDA, est une maladie qui entraîne une chute des défenses naturelles. Il est provoqué par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Ce virus a pour particularité de s’attaquer à l’un des composants essentiels du système immunitaire, les lymphocytes T.

    • Cycle de réplication du virus du sida
    HIV/SIDA Vih_sida_20ans_lutte

    • Lymphocytes T4 et défenses immunitaires
    Les lymphocytes T sont les gardiens de notre corps. Ces cellules vont contrôler les réactions de défense dirigées contre un organisme étranger.

    Il existe plusieurs types de lymphocytes T, dont les CD4 et les CD8, qui se différencient par les récepteurs qu’ils possèdent à leur surface. Ces récepteurs définissent ainsi des fonctions différentes.

    Les lymphocytes T avec des récepteurs CD8 (ou T8), vérifient toutes les cellules du corps, pour détecter une infection par virus : lorsqu’ils détectent une cellule infectée, ils l’éliminent. Les lymphocytes T CD4 (ou T4), quant à eux, sont capables de reconnaître se fixer aux lymphocytes B, une autre sorte de lymphocytes qui fabriquent les anticorps.

    Lorsqu’un lymphocyte B rencontre un élément extérieur (virus ou bactérie), il en présente des morceaux au lymphocyte T CD4. Si le T reconnaît l’envahisseur, il active une réaction immunitaire.

    C’est là qu’intervient le virus du SIDA.


    • VIH et infection
    Le VIH pénètre dans l’organisme, par voie sexuelle ou sanguine. A sa surface, des protéines reconnaissent les récepteurs CD4 des lymphocytes T et s’y fixent.

    Le virus fusionne alors sa membrane avec celle de la cellule, afin de faire entrer son matériel génétique et certaines enzymes. Ce matériel est sous forme d’ARN. Or celui des lymphocytes est sous forme d’ADN.

    Pour intégrer le matériel génétique du CD4, le virus doit donc transformer cet ARN en ADN. Il le fait grâce à une enzyme virale, la trancriptase inverse.

    Une fois transformé en ADN, le patrimoine génétique du virus entre dans le noyau du lymphocyte grâce à une autre enzyme, l’endonucléase. Là, il s’intègre au génome de la cellule.

    Grâce à la machinerie cellulaire, le génome du virus est traduit en ARN et transcrit en protéines. Une autre enzyme virale, la protéase, se charge de terminer la fabrication des protéines nécessaire à la fabrication de nouveaux virus VIH ( protéines de l’enveloppe, enzymes…).

    Ce processus est appelé la maturation. Ces nouveaux virus (contenant un nouveau brin d’ARN viral et de nouvelle enzyme) sont ainsi libérés dans l’organisme.

    Ils vont pouvoir infecter d’autres cellules. Cette prolifération se fait au détriment des lymphocytes, dont le nombre chute.

    Les défenses immunitaires ne sont plus efficaces. L’organisme n’est plus capable d’empêcher la prolifération de certaines bactéries ou virus, ni l’apparition de tumeurs.

    Le développement de ces maladies opportunistes finit par entraîner la mort de la personne infectée. Le but des traitements est d’empêcher la prolifération vers le stade Sida. Ils peuvent agir en bloquant la machinerie du virus (blocage de la transcriptase, de la protéase, de sa fixation sur la cellule...).

    La combinaison de différents traitements permet de rendre le VIH indétectable dans le sang, mais ne l’élimine pas. De plus, ces traitements comportent d’importants effets secondaires.

    Alors la meilleure solution reste la prévention !
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par admin Ven 28 Mar - 17:34

    Les conduites à risque

    La prévention des infections sexuellement transmissibles, notamment du VIH/sida, passe par une meilleure information sur les dangers et sur les moyens de se protéger. Voici les principales conduites à risque !

    • Le Sida ne passera pas par vous !

    Aujourd'hui, on parle moins du Sida. Alors, nombreux sont ceux qui ont tendance à baisser la garde. Une bonne raison de tester vos connaissances sur la transmission du virus du Sida (VIH) et, surtout, de les actualiser.

    • Testez vos connaissances

    Question 1 : Je peux attraper le virus du Sida en embrassant quelqu'un sur les joues ou en lui serrant la main ?
    • Vrai
    • Faux

    Question 2 : C'est risqué d'embrasser profondément et amoureusement mon ou mes partenaires ?
    • Vrai
    • Faux

    Question 3 : Pendant les préliminaires amoureux, on peut se masturber réciproquement sans crainte ?
    • Vrai
    • Faux

    Question 4 : Je peux pratiquer une fellation sans préservatif ?
    • Vrai
    • Faux

    Question 5 : Je peux pratiquer un cunnilingus sans protection ?
    • Vrai
    • Faux

    Question 6 : Sans préservatif, la pénétration chez les couples hétérosexuels présente peu de danger ?
    • Vrai
    • Faux

    Question 7 : Je dois changer de préservatif après chaque éjaculation ?
    • Vrai
    • Faux

    Question 8 : La sodomie est la pratique sexuelle la plus risquée face au Sida ?
    • Vrai
    • Faux

    Question 9 : Je peux lubrifier mon préservatif avec de la vaseline ?
    • Vrai
    • Faux

    Question 10 : Un toxicomane ne doit partager aucun matériel nécessaire à l'injection de la drogue ?
    • Vrai
    • Faux
    • Réponses

    Spoiler:
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par admin Ven 28 Mar - 17:51

    J’ai pris un risque hier, que dois-je faire ?


    Si la prévention reste la meilleure des protections, il est aujourd’hui impératif de réagir vite et bien en cas de prise de risque. Car des traitements de première intention existent aujourd’hui pour lutter contre le Sida, armes d’autant plus efficaces qu’elles sont utilisées rapidement.


    Si la prévention reste la meilleure des protections, il est aujourd'hui impératif de réagir vite et bien en cas de prise de risque. Car des traitements de première intention existent aujourd'hui pour lutter précocément contre le Sida, armes d'autant plus efficaces qu'elles sont utilisées rapidement.

    Depuis 1996, de nouveaux traitements permettent de limiter la multiplication du virus chez la plupart des personnes traitées. En cas de prise de risque, ils sont aujourd'hui préconisés dans les 48 heures suivant l'exposition au virus. Ils peuvent diminuer le risque de contamination VIH, mais sans certitude d'eviter celle-ci.


    • 48 heures pour agir
    Vous avez eu un rapport non protégé (sans préservatif) hier soir ? Le préservatif s’est déchiré ? Vous vous êtes blessé(e) avec un objet souillé du sang d’une autre personne ? Vous avez partagé du matériel d’injection ? Autant de situations qui vous exposent au risque de contamination VIH contre lesquelles vous avez moyen de lutter aujourd’hui.

    Pour cela, dans les 48 heures qui suivent cette exposition, vous devez consulte, à votre choix :

    • Le service des urgences de l’hôpital ;
    • Un médecin de la consultation de dépistage anonyme
      et gratuit (CDAG) le plus proche ;
    • Votre médecin.

    • Un traitement préventif de 4 semaines
    Le médecin hospitalier référent pour le Sida évaluera avec vous le danger encouru et la nécessité ou non de poursuivre un traitement prophylactique, qui agira comme un barrage contre la charge virale.

    L’appréciation de la situation dépend de plusieurs critères : nature du rapport non protégé (les rapports anaux ou vaginaux sont à plus haut risque qu’un rapport oral, par exemple) et statut du (de la) partenaire (incertitude quant à sa séropositivité, etc.).

    Si le risque est avéré, le médecin vous prescrira immédiatement une multithérapie (association de plusieurs anti-rétroviraux) à prendre pendant 4 semaines, pour tenter d’empêcher l’infection.

    Dans les 3 à 6 semaines qui suivent l’arrêt du traitement, il vous prescrira un test Elisa (test de dépistage du virus du Sida) ainsi qu’un nouveau contrôle 5 mois plus tard, pour confirmer la contamination évitée.

    En effet, malgré son important taux de succès, il n’est pas efficace à 100 %, et donc une menace, même infime, demeure. Ce doute doit vous inviter à la prudence pour les autres : vous pouvez être, à votre tour, un sujet à risque.


    • Six mois pour réduire la charge virale
    Si vous avez dépassé ce délai de 48 heures, il n’est pas trop tard pour agir : une multithérapie prise dans les six mois suivant l’exposition au risque peut maintenir au plus bas la charge virale (le nombre de virus dans l’organisme), ralentissant ainsi l’évolution de la maladie. Il ne faut en effet pas attendre d’être malade pour démarrer le traitement mais le prendre précocement. Ne tardez pas à consulter un médecin qui pratiquera les tests permettant de savoir si vous avez été contaminé.

    Dans tous les cas, la prise en charge devra s’effectuer le plus tôt possible. Aux environs du 15ème jour après l’exposition au risque apparaissent les signes de primo-infection (première attaque virale), le test de détection des antigènes viraux permet de détecter la présence du virus dans l’organisme ; à partir du 21e jour, on peut, par un test Elisa, détecter les anticorps indiquant la présence du virus.

    Connaître son statut est aussi fondamental, pour endiguer immédiatement le risque de maladies opportunistes (qui ont tendance à se développer plus facilement chez un sujet dont les défenses immunitaires sont affaiblies). Ainsi, on pourra, par exemple, vous proposer une vaccination contre l’hépatite C.

    N’oubliez pas que, si ces tests sont négatifs et ensuite confirmés négatifs, vous serez soulagé(e) ; s’ils sont positifs, vous vous donnez les moyens, en réagissant très tôt, de garder le contrôle.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par admin Ven 28 Mar - 17:59

    Fellation et SIDA : les risques

    Le risque de transmission du virus du sida au cours d'une fellation est connu depuis plusieurs années. En revanche, l'importance de ce risque n'avait jusqu'à présent jamais été quantifiée.

    La fellation étant souvent associée à d'autres pratiques sexuelles, il était difficile de mettre en évidence un lien entre celle-ci et une infection par le VIH. Les tests de dépistage permettent dorénavant de réduire le délai entre la contamination et le moment où celle-ci est détectée.

    Il est ainsi plus aisé de déterminer les pratiques qui pourraient être à l'origine de l'infection. De plus, l'usage du préservatif pour les rapports vaginaux et anaux s'étant répandu, il est plus facile d'étudier des groupes de sujets n'ayant que la fellation sans préservatif comme comportement à risque.


    • Un risque sous-estimé
    Une étude américaine récente vient ainsi bouleverser les croyances. Elle a été effectuée auprès de 102 homosexuels récemment infectés par le VIH. Dans au moins 7,8 % des cas, l'origine de la contamination serait la réalisation de fellations sans préservatif.

    Le risque est donc loin d'être négligeable d'autant que, par prudence, les auteurs ont éliminé tous les cas où d'autres pratiques pourraient être à l'origine de la séropositivité. Par conséquent, il est fort probable que ce risque soit sous-estimé.

    La majorité des hommes concernés pensait que la probabilité d'être contaminé lors d'un rapport oro-génital était très faible, voir inexistante. Compte tenu des risques importants associés aux relations vaginales et anales, les campagnes de prévention se sont surtout concentrées sur la nécessité d'utiliser des préservatifs pour ces pratiques.

    La fellation étant bien souvent considérée comme "à faible risque". Cette situation a développé une croyance sur la quasi-absence de risque de contamination. Il n'en n'est rien et cette étude américaine le rappelle.


    • Le préservatif, seule arme préventive
    Cette étude souligne la nécessité d'utiliser des préservatifs pour les rapports oro-génitaux. Pour l'instant, peu de données permettent d'expliquer précisément comment se transmet le virus.

    L'étude américaine met en évidence le risque pour celui qui effectue la fellation mais rien ne permet d'affirmer que l'autre ne risque rien. Si, bien évidemment avaler le sperme constitue un risque majeur, il est bon de savoir que le liquide préorgasmique (sécrétion des glandes de Cowper qui vient humidier le gland en érection bien avant l'éjaculation) peut lui aussi être porteur du VIH.

    Il ne faut pas oublier que des gouttes de sperme peuvent également s'écouler du pénis bien avant l'éjaculation. Des études ont aussi montré que le prépuce pouvait être un réservoir pour le VIH. Le fait de saigner des gencives augmentant le risque, il est déconseillé de se brosser les dents avant de pratiquer une fellation.

    La capote est donc le seul moyen de réduire ces risques. Pour votre confort, utilisez des préservatifs non lubrifiés. Il en existe des versions parfumées (vanille, fraise, etc.) qui peuvent rendre plus agréable l'utilisation du préservatif pour la personne effectuant la fellation.


    • Attention aux autres caresses buccales
    Les autres rapports bucco-génitaux (cunnilingus ou anulingus, c'est-à-dire lécher le sexe ou l'anus de sa ou de son partenaire) ne sont pas sans risque eux non plus. Mais les données manquent pour cerner précisément les modes de transmission et leur importance.

    Sachez cependant que le virus du sida peut être présent dans les sécrétions vaginales et que le sang des règles est contaminant. Comme pour la fellation, il faut éviter de se brosser les dents avant le rapport afin de ne pas fragiliser les gencives.

    Pour réduire ces risques et éviter tout contact direct entre la bouche et les muqueuses, une digue dentaire peut être utilisée. Il s'agit d'un carré de latex dont se servent les dentistes pour créer un champ opératoire.

    Vous pouvez en acheter dans les pharmacies ou dans certains sex-shops. À défaut, vous pouvez utiliser un préservatif préalablement découpé dans le sens de la longueur.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par admin Ven 28 Mar - 18:11

    Les femmes laisser pour compte

    Act Up, AIDES, le Kiosque Info Sida, le Mouvement Français pour le Planning familial, Sida Info Service veulent attirer l’attention des pouvoirs publics sur la spécificité des actions de prévention du sida et de traitement à promouvoir en direction des femmes. Ces associations dénoncent le peu de prise en compte des femmes dans les campagnes de prévention, dans les protocoles de recherche et dans le traitement du sida.

    Alors que les relations hétérosexuelles devenait le premier mode de contamination, la proportion des femmes séropositives a régulièrement augmenté depuis ces 20 dernières années. Selon le rapport Delfraissy1, 26 % des nouveaux cas sont des femmes. Plus inquiétant encore, selon une étude de l’Institut de veille sanitaire (INVS), 62 % des 15/29 ans ayant découvert leur séropositivité au premier semestre 2001 étaient des femmes.

    • Les femmes, oubliées de la prévention ?
    Alors que la part des femmes dans les nouveaux cas de contamination est en augmentation depuis plusieurs années, ce n’est qu’en avril 2001 que la première campagne de prévention à destination des femmes a été initiée par les pouvoirs publics. Déclinée dans les journaux féminins et dans la presse nationale, cette campagne visait à les informer de l’augmentation des risques et les encourageaient à utiliser le préservatif.

    Un mini-livre d'information "L’amour en question" avait alors été diffusé.

    Autre cheval de bataille de ces associations, la promotion du préservatif féminin. "Jusqu’en 1998, les femmes ont été dépendantes du bon vouloir des hommes pour la protection, seul le préservatif masculin était disponible en France" rappellent ces associations.

    Mais depuis l’apparition de ce nouveau mode de protection, beaucoup de travail reste à faire tant sur le plan de la promotion que de la disponibilité. Les circuits de distribution classiques (pharmacies, etc.) ne le diffusent pas ou peu et, pour l’heure, seuls le planning familial et quelques associations de lutte contre le sida le distribuent.

    Pourtant, la diffusion de cet outil complémentaire du préservatif masculin permet aux femmes de disposer d’un moyen de protection qu’elles peuvent elles-même choisir.

    Les cinq distributeurs automatiques inaugurés par Aides dans le métro parisien en mars 2002 ne permettent pas de dresser un bilan des plus réjouissants : "Il reste très difficilement accessible, tant pour des raisons de coût - 6 à 10 fois plus cher que le préservatif masculin - que d’offre : la publicité est inexistante et ils sont quasiment absents des pharmacies et des grandes surfaces" ajoute les associations.


    • Ignorées des protocoles de recherche
    Longtemps, les femmes n’ont été prises en compte qu’en tant que vecteur de transmission du virus et plus particulièrement lors de la grossesse. Elles ont ainsi été écartées d’un grand nombre d’essais thérapeutiques.

    Selon le rapport du comité de pilotage "Les actions de Aides avec les femmes"2, elles ne participent qu’à 18 % des essais cliniques VIH. Graciela Cattanéo, responsable nationale pour l’association Aides, précise que "Si nous savons que l’efficacité des traitements antirétroviraux est sensiblement identique chez les hommes et les femmes, les effets secondaires diffèrent".

    Ainsi, les femmes payent un lourd tribut avec des conséquences sept fois plus importantes pour certaines molécules : lipodystrophie (qui entraîne une masculinisation mal vécue de la silhouette), augmentation des triglycérides, de l’insuline et du rapport mauvais/bon cholestérol, ce qui favorise le risque de diabète et de maladies cardiovasculaires.

    "Il y a encore un vrai manque d’études sur les effets secondaires, les posologies… propres aux femmes. Plus étonnant encore, dans le cadre d’un essai en cours sur un des effets secondaires des traitements, l’ostéoporose, il semblerait qu’aucune femme ne soit incluse !" témoigne Mme Cattanéo.

    La posologie même des traitements est déduite de celle établie pour les hommes et est parfois inadaptée. "Il existe peu de données sur les indications de dosage d’antirétroviraux pour les femmes séropositives.

    Il faudrait systématiquement intégrer ce point dans les essais cliniques" déplorait Sophie Matheron, infectiologue à Bichat lors d’une réunion publique d’information organisée par Act-Up en novembre 2001. Sur les interactions avec le cycle hormonal, les contraceptifs oraux, le traitement hormonal substitutif, beaucoup de zones d’ombre persistent encore…


    • Manque de moyens et de formation adaptée ?
    Pour la première fois, le rapport 2002 du groupe d’experts sur la prise en charge des personnes infectées par le VIH comprend une section "Femme et VIH". Ce rapport souligne notamment la nécessité d’une surveillance gynécologique régulière (tous les six mois) pour éviter le développement de pathologies infectieuses et suivre les modifications hormonales induites par les traitements.

    Mais actuellement, les gynécologues ne reçoivent aucune formation spécifique sur les femmes séropositives dans le cadre de leur enseignement. Le collectif d’associations demande ainsi une formation des gynécologues d’une part à la prévention et à ses outils, d’autre part au suivi des femmes séropositives.

    Aujourd’hui, le désir d’enfant est plus fréquemment exprimé. "On se situe désormais dans une perspective de vie, c’est un changement fondamental" commentait Françoise Linard, psychiatre à l’hôpital Tenon, lors de la présentation de l’enquête Ippothes sur le suivi du traitement par les femmes.

    Les possibilités thérapeutiques font qu’aujourd’hui le pourcentage d’enfants infectés lors de la naissance a été réduit à 1 à 2 % en France. Cependant, face à cette demande grandissante et la féminisation de l’épidémie, les équipes capables d’accueillir les grossesses de femmes séropositives ne sont pas très nombreuses.

    "Les établissements qui disposent d’équipes multidisciplinaires pouvant prendre en charge des couples sérodiscordants ou des couples séropositifs ayant des problèmes de stérilité restent limités" commente Mme Cattanéo.

    Si les traitements permettent aujourd’hui à près de 35 000 femmes séropositives de vivre quasi-normalement, la situation n’en est pas réglée pour autant. Beaucoup reste à faire pour redonner à la femme une place importante dans les campagnes de prévention, les essais thérapeutiques et la prise en compte des effets secondaires.


    1 - Rapport 2002 sous la direction du Pr. Delfraissy - Prise en charge des
    personnes infectées par le VIH - recommandations du groupe d’experts -
    Médecines-Sciences Flammarion.
    2 - Rapport du Comité de pilotage "Les actions de AIDES avec les femmes"
    /CA des 12-13 janvier 2002.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par admin Ven 28 Mar - 18:14

    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8994
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par bye Sam 6 Déc - 8:34

    Neuf enfants sur dix n'ont pas accès à un traitement contre le Sida
    http://www.msf.fr/2008/11/28/1104/neuf-enfants-sur-dix-nont-pas-acces-a-un-traitement-contre-le-sida/

    Sur dix enfants atteints du Sida, neuf n'ont pas accès aux traitements dont ils ont besoin.
    MSF appelle à une plus grande disponibilité de diagnostics et traitements pédiatriques.
    28 novembre 2008


    Paris, le 28 novembre 2008 - Sur dix enfants porteurs du VIH/sida, neuf n'ont pas accès à des traitements anti-rétroviraux.

    Pour Médecins Sans Frontières (MSF), gouvernements et bailleurs doivent rapidement augmenter les capacités diagnostiques et de traitements pour les enfants.

    Les plus affectés sont les jeunes enfants nés avec le virus. Sans traitement, la moitié d'entre eux mourront avant leur deuxième anniversaire.

    Alors que près de 1,9 million d'enfants auraient besoin d'un traitement anti-rétroviral, seuls 200 000 ont aujourd'hui accès aux médicaments dont ils ont besoin.

    MSF appelle les gouvernements et bailleurs de fonds à étendre les capacités diagnostiques et augmenter considérablement l'utilisation de médicaments pédiatriques en combinaison à dose fixe - une formule qui associe plusieurs médicaments en un seul comprimé.

    « Grâce à l'introduction de ce comprimé facile à utiliser, nous avons pu augmenter considérablement le nombre d'enfants mis sous traitement anti-rétroviral dans nos projets, explique le Dr Tido von Schoen-Angerer, directeur de la Campagne d'accès aux médicaments essentiels de MSF.

    Il est possible de traiter les enfants atteints du sida. Nous demandons aux gouvernements et bailleurs de faire preuve de plus d'ambition et de ne plus abandonner à leur sort la majorité des enfants malades du sida. »

    Dans les pays riches, le nombre d'enfants infectés par le virus a été drastiquement chuté grâce à la mise en place de programmes efficaces de prévention de la transmission de la mère à l'enfant.

    Ces 5 dernières années, près de 10 000 enfants de moins de 15 ans ont démarré un traitement par anti-rétroviraux au sein de programmes MSF. 4 000 d'entre eux ont moins de 5 ans.

    Le VIH chez l'enfant reste un problème qui touche principalement les pays les plus pauvres. Ainsi, les laboratoires ne sont pas incités financièrement à développer des tests diagnostiques plus simples d'utilisation, ou de nouveaux médicaments contre le sida pour les enfants.

    Ces cinq dernières années, près de 10 000 enfants de moins de 15 ans ont démarré un traitement par anti-rétroviraux au sein des programmes MSF, 4 000 d'entre eux ont moins de 5 ans.

    « Aujourd'hui, le traitement est possible, mais nous avons besoin de plus d'outils diagnostiques et de traitements adaptés aux enfants.
    La plupart des médicaments n'existent qu'en version pour adulte, poursuit le Dr. Tido von Schoen-Angerer.

    Les laboratoires pharmaceutiques doivent aujourd'hui mettre au point des formules pédiatriques facile à utiliser pour les différents médicaments VIH. Sinon, c'est aux gouvernements qu'il appartiendra de les y obliger. »

    Le manque de diagnostics simples entrave l'accès aux soins des enfants, car la détection de l'infection est un préalable indispensable pour commencer un traitement précoce. Aujourd'hui, la seule méthode diagnostique existante pour les enfants de moins de 18 mois
    est un test complexe et coûteux, basé sur l'ADN.

    La grande majorité des enfants sont infectés par le VIH au cours de la grossesse, au moment de l'accouchement ou pendant l'allaitement.
    Les efforts pour prévenir la transmission du virus de la mère à l'enfant sont indispensables. Et les 2 millions d'enfants vivant actuellement avec le virus doivent avoir accès à un traitement adapté.


    Pour plus d'informations : Julie Damond, +33 1 40 21 27 94 ou + 33 6 76 22 02 79
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8994
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par bye Ven 24 Juil - 6:07

    Des chercheurs pensent avoir trouvé un "chaînon manquant" dans l'évolution du VIH


    WASHINGTON - Des chercheurs pensent avoir trouvé un "chaînon manquant" dans l'évolution du VIH, le virus du SIDA: il s'agit d'un germe infectieux très proche, qui entraîne une forte mortalité chez les chimpanzés contaminés vivant dans la nature, selon une étude publiée jeudi dans la revue "Nature".
    Les chimpanzés sont les premiers primates en dehors de l'homme qui comptent un nombre significatif d'individus tombant maladesà l'état sauvage à cause de ce virus. Le chimpanzé est le parent le plus proche de l'homme chez les primates et la découverte de cette maladie pourrait aider les médecins à mettre au point de meilleurs traitements ou un vaccin anti-SIDA pour les humains, selon les
    experts.La version du virus du SIDA chez le chimpanzé s'appelle le virus de l'immunodéficience simienne (VIS), mais la plupart des espèces de singes qui en sont porteurs ne présentent ni symptôme ni maladie. "Si nous pouvions trouver pourquoi ces singes ne tombent pas malades nous pourrions peut-être en tirer des
    enseignements pour l'homme", explique Beatrice Hahn, principale auteure de l'étude et professeure de médecine à l'université de l'Alabama à Birmingham.
    Les chercheurs ont étudié pendant neuf ans des chimpanzés dans leur habitat naturel au parc national de Gombe, en Tanzanie. Ils ont découvert que les sujets infectés par le VIS avaient un taux de mortalité 10 à 16 fois plus élevé que ceux non infectés. Les singes infectés décédés présentaient des concentrations inhabituellement basses de protéines de lymphocytes T, comparables aux niveaux
    observés chez les humains atteints par le SIDA, a précisé Mme Hahn dans un entretien téléphonique.
    Lorsque les chercheurs ont examiné le VIS, ils ont découvert qu'il présentait un lien de parenté proche avec le VIH. "Du point de vue de l'évolution et de l'épidémiologie, ces données peuvent être considérées comme un 'chaînon manquant' dans l'histoire de la pandémie de VIH", estime le Dr Daniel Douek, un expert de l'Institut national américain d'allergie et des maladies infectieuses,
    qui n'a pas participé à l'étude.
    Les différentes espèces de singes, à l'exception des chimpanzés, semblent survivre au virus en raison d'une forme d'adaptation, probablement au niveau des récepteurs des cellules, précise le Dr Douek dans un courriel. L'infection des chimpanzés est plus récente, et ils n'auraient ainsi pas eu le temps de s'adapter.
    Selon Mme Hahn, les chimpanzés et les humains ont probablement contracté le virus de la même manière, en mangeant des singes contaminés. Et ils l'ont propagé de la même manière, par les relations sexuelles.
    De nombreux facteurs comme la chasse, la destruction de leur habitat et les maladies expliquent le déclin des populations de chimpanzés en Afrique, souligne Michael Wilson, co-auteur de l'étude et professeur d'anthropologie à l'université du Minnesota. Et il est difficile d'évaluer l'impact du VIS sur ces animaux, désormais menacés de disparition.
    "C'est une préoccupation", note M. Wilson. "La dernière chose dont ces chimpanzés ont besoin est une nouvelle cause de mortalité."

    Nature: http://www.nature.com/nature
    Seth Borenstein




    Source : http://www.jminforme.ca/sante/article/736876
    yunolo
    yunolo


    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 69
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par yunolo Sam 25 Juil - 5:13

    Le SIDA fait peur ô combien!!!! Nous devons tous nous protéger! C'est la première règle de vie aujourd'hui! Par nos comportements humains!!

    Mais la fameuse grippe porcine???? HAN1!
    Qui va l'attraper ? Pas moi! pas moi! pas moi!


    Mon fils policier me disait ce matin qu'aucun de lui et ses collègues n'ont le droit de prendre des vacances dès le 1er septembre. Ils sont réquisitionnés dans les gares et aussi auprès de leurs collègues "gardes aux frontières".

    Seront-ils au moins vaccinés ? NON! (de la chair à canon!)

    D'ailleurs, les vaccins ne rapporteront qu'aux grandes firmes pharmaceutiques!
    Le vaccin que l'Etat français a commandé est stocké même pas au frais! Et il ne sert à RIEN! du PLACEBO! C'est ce qui a été dit à mon gamin. "ON PASSE OU ON TREPASSE!"

    Le "timaflu" etc.... du bidon total!
    Nous aurons très certainement le temps d'en discuter!
    Nous ne sommes qu'au début de la pandémie!

    Si vous avez le temps et le courage... ce serait de surveiller ce qui se passe en Australie actuellement! Ils sont en plein dedans!

    Merci d'exister!
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par admin Lun 3 Aoû - 21:17

    yunolo a écrit:Le SIDA fait peur ô combien!!!! Nous devons tous nous protéger! C'est la première règle de vie aujourd'hui! Par nos comportements humains!!
    Je dirais que pratiquement toutes les maladies que nous avons (en dehors de celles qui nous viennent d'un problème génétique) sont de notre comportement, de notre hygiène de vie ou de celle de notre voisin...

    La plupart des cancers serait évitable sans tabac, sans produit toxique etc.
    La contamination par le sida serait évitable par usage de non comportement à risque (injection de sang contaminé, seringue usagé, ustensile médical non stérilisé, etc.) et c'est idem dans les rapports sexuels (usage de préservatif)...

    Pour la grippe porcine d'"aujourd'hui" et celle d'"hier" aviaire : avec une hygiène de vie correcte, elle n'aurait pas fait son apparition : dormir près des animaux (volailles ou porc ou tout autre animal), entraînent forcément des conséquences sur l'humain.

    Le cancer de l'amiante est dû à l'amiante, etc. Certaine stérilité sont dû à l'usage de pesticide... La maladie de la vache folle n'aurait pas eu lieu si nous avions respecté la nature... (une vache n'est pas carnivore ! et encore moins un charognard).

    La plupart des maladies sont dû à nos comportements. Et la grippe aussi : si nous nous l'avions les mains, si nous avions un certain savoir vivre, une certaine hygiène (se moucher dans un mouchoir, ne pas éternuer dans ses mains, se laver les mains, ne pas tousser la bouche ouverte, etc.), nous éviterions la contamination...

    Un peu comme pour lutter contre la tuberculose, il a fallu interdire de cracher par terre.

    Une certaine hygiène de notre part (chacun se prenant en charge) et nous nous protègerons les uns les autres... bien plus efficacement que n'importe quel vaccin.

    Mais la fameuse grippe porcine???? HAN1!
    la grippe n'est plus porcine, elle a muté, d'où son appellation HAN1.
    Qui va l'attraper ? Pas moi! pas moi! pas moi!
    nous en sommes tous là, et pour tout : non respect du code de la route, alcool au volant, usage du tabac (pour les fumeurs), usage de cannabis, pratique sexuelle à risque... et même usage de vaccin, nous pensons tou(te)s d’une manière ou d’une autre que nous ne serons pas parmi ceux qui subiront les complications d’une conduite ou d’une hygiène de vie à risque, ou d’une complication d’un traitement.
    Mon fils policier me disait ce matin qu'aucun de lui et ses collègues n'ont le droit de prendre des vacances dès le 1er septembre. Ils sont réquisitionnés dans les gares et aussi auprès de leurs collègues "gardes aux frontières".

    Seront-ils au moins vaccinés ? NON! (de la chair à canon!)
    Je comprends, mais pourquoi eux plus que les autres ? S’ils sont « exposé » parce que faisant des patrouilles dans les gares, combien plus le seront le personnel travaillant dans ces gares ? Et si le personnel l’est, alors les usagers le seront aussi ?
    Et qui décide que telle fonction serait plus susceptible de l’avoir que telle autre ? Les enseignants ne seront-ils pas susceptibles d’être plus facilement contaminables ? Et les enfants alors ? Et les parents des enfants ? Et le personnel soignant ? Mais le personnel autre que soignant dans les hôpitaux (notamment les femmes de ménage)?

    Et puis les SDF ne sont-ils pas les plus fragiles d’entre nous ?

    Et ainsi de suite…

    Pourquoi ne pas vacciner tous les habitants de la France ? Et comme le monde bouge, tous les habitants du monde ?

    En règle générale, les policiers sont les moins « fragiles » dans une population donnée ; je veux dire, les policiers sont des gens qui ne sont pas (normalement - s’ils ont été bien « recrutés) des personnes âgées ou des personnes présentant une maladie ou une infection longue durée, une maladie pulmonaire etc. Ils se nourrissent et se « logent » bien ou plutôt bien (en tout cas bien mieux que les SDF et les plus pauvres de la population française).

    Donc si on regarde ceux qui sont plus susceptibles de décéder en cas de contamination de la grippe : la police est moins à risque que d’autres catégories de la population. Non ?

    La grippe saisonnière sur 1000 personnes contaminées en tue 1.
    La grippe HAN1 sur 1000 personnes contaminées en tue 4.

    En tant normal, la grippe saisonnière peut faire jusqu’à 500 000 morts par an dans le monde ; la grippe HAN1 en fera donc probablement 4 fois plus.

    Mais ses morts seront (malheureusement) toujours parmi les plus fragilisés d’entre nous. À nous donc, chacun d’entre nous, de savoir faire preuve de bon sens ; si nous avons la grippe, évitons d’aller contaminer d’autres personnes, sous prétexte que nous nous croyons indispensables au travail ou dans les gares ; si nous devons éternuer prenons un mouchoir ; si nous devons tousser, mettons notre main devant notre bouche ; lavons-nous les mains régulièrement avec du savon ; évitons de cracher par terre ; etc.

    Un peu d’hygiène basique de notre part et nous éviterons de participer au décès d’une personne quelque part en France ou dans le monde ! Soyons solidaire les uns des autres ; puisque la nature nous a rendu interdépendant les uns des autres ! Respectons la nature ! Apprenons à vivre les uns avec les autres, et non les uns à côtés des autres !


    D'ailleurs, les vaccins ne rapporteront qu'aux grandes firmes pharmaceutiques!
    Le vaccin que l'Etat français a commandé est stocké même pas au frais! Et il ne sert à RIEN! du PLACEBO! C'est ce qui a été dit à mon gamin. "ON PASSE OU ON TREPASSE!"

    Le "timaflu" etc.... du bidon total!
    Nous aurons très certainement le temps d'en discuter!
    Nous ne sommes qu'au début de la pandémie!

    Si vous avez le temps et le courage... ce serait de surveiller ce qui se passe en Australie actuellement! Ils sont en plein dedans!
    Je n’ai pas tellement confiance aux vaccins quel qu’ils soient… celui-ci comme les autres ; et je n’ai pas trop confiance en l’industrie pharmaceutique !

    De plus je pense qu’il va falloir faire attention que cette grippe HAN1 aussi réelle soit elle, et aussi dangereuse qu’elle puisse être pour certains d’entre nous, ne servent pas de prétexte pour camoufler les entourloupes que le gouvernement actuel nous prépare à la rentrée ! Et que ça n’occulte pas les autres problèmes sociaux que nous allons subir !

    Merci d'exister!
    Merci Suspect mais je n'ai pas très bien compris qui (nous en tant qu'individu) ou quoi (le forum) tu remercie d'exister ?

    Amitiés.

    Et bien du courage à ton fils, ce n'est pas un boulot évident d'être policier (comme d'être fonctionnaire, dans bien des secteurs, mais encore plus particulièrement dans la police) ; même s’ils ont une part de responsabilité (pour certains d’entre eux) dans ce qui leur arrivent, je sais qu’une bonne part subi la mauvaise réputation que d’autres contribuent à leur donner.
    yunolo
    yunolo


    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 69
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par yunolo Mer 5 Aoû - 0:35

    Rien que le mot "policier" te fait bondir! Pas grave!
    yunolo
    yunolo


    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 69
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par yunolo Mer 5 Aoû - 0:48

    Je voulais juste dire que si on interdit aux policiers de prendre des vacances... c'est que l'affaire est grave!
    Evidemment qu'il ne risque pas plus que toi, moi et son fils Loris (4 mois) ou Nolan (3 ans).
    J'ai par habitude de sortir ce que j'ai sur le coeur sans trop chercher trop loin!
    Dans tous les cas.... faire fonctionner les magnas pharmaceutiques suisses (pour la plupart), pour nous vendre des cochonneries histoire de faire taire les gens!..... et que les médicaments produits et stockés sans aucune précaution ne répondent de toute façon en rien à la pandémie!!!!!
    Si ces précautions frauduleuses sont mensongères! STOP!
    Je ne suis pas toubib, pas chercheur!

    Attendons de voir comment se passe les choses dans l'hémisphère austral!
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par admin Mer 5 Aoû - 1:01

    yunolo a écrit:Rien que le mot "policier" te fait bondir! Pas grave!
    Le mot policier ne me fait pas bondir... bien au contraire. Je ne comprends pas ce qui te fais penser cela.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par admin Mer 5 Aoû - 1:26

    yunolo a écrit:si on interdit aux policiers de prendre des vacances... c'est que l'affaire est grave!
    Honnêtement, je ne vois pas qu'est-ce que la police peut faire dans le cas d'une propagation d'une maladie. Et toi ?
    Faudrait que le Ministère de l'Intérieur m'explique ce qu'il contre faire contre le virus HAN1 : le mettre en prison ?
    Sincèrement, que le Ministère de la Santé interdise au personnel soignant de prendre des congés durant cette période automnale, oui, là je pourrais comprendre. Mais la police ? Et pourquoi pas l'armée ? Je veux dire qu'il s'agit d'une maladie, pas d'un attentat terroriste ! Je trouve un peu gros ce genre d'initiative et ne vois pas du tout l'intérêt !

    Evidemment qu'il ne risque pas plus que toi, moi et son fils Loris (4 mois) ou Nolan (3 ans).
    D'après ce que j'ai compris des personnes à "risque", des plus "fragilisés" d'entre nous : les enfants sont parmi les plus fragiles, car système immunitaire peu encore actif...

    J'ai par habitude de sortir ce que j'ai sur le coeur sans trop chercher trop loin!
    J'ai cette habitude également, je comprends... y'a pas de souci me concernant...

    Dans tous les cas.... faire fonctionner les magnas pharmaceutiques suisses (pour la plupart), pour nous vendre des cochonneries histoire de faire taire les gens!..... et que les médicaments produits et stockés sans aucune précaution ne répondent de toute façon en rien à la pandémie!!!!!
    Si ces précautions frauduleuses sont mensongères! STOP!
    Je ne suis pas toubib, pas chercheur!
    Malheureusement, même les toubibs et chercheurs ne sont pas d'accord entre eux, certains sont alarmistes, d'autres vigilants sans plus, d'autres dans la totale minimisation des risques...
    Ensuite, je dirais que certains médecins et chercheurs (trop nombreux selon moi, car ça ne devrait pas exister ce genre de mentalité dans le monde, mais encore moins dans celui de la santé) sont plus dans la recherche du profit que de l'intérêt général.
    Et puis, ils ont commandé pas mal de vaccins pour la grippe aviaire qui leur ait resté sur les bras, et si simplement ils voulaient nous les refiler d'une manière ou d'une autre ?

    Et puis aussi, je trouve ça fort du café que l'industrie pharmaceutique ont signé un "pacte" avec l'Etat niant toute responsabilité en cas d'effet secondaire ou de non efficacité du vaccin ! Alors si nous sommes vaccinés et que nous tombons malade suite à cela, nous ne pourrons pas nous retourner contre l'industrie pharmaceutique et contre personne ! Et si on est vacciné et que malgré tout nous attrapons la grippe HAN1 et les complications, ou si même la pandémie ce fait vraiment sentir, malgré la vaccination, et bien l'industrie pharmaceutique n'aura aucun compte à rendre.
    Et s'il n'y a pas de pandémie, s'il n'y a pas besoin de vaccination à grande échelle, et bien l'industrie sera quand même payée !

    En fait, c'est tout bénéf pour eux et c'est avec nos vies qu'on joue ! comme d'hab!

    Attendons de voir comment se passe les choses dans l'hémisphère austral!
    oui.

    ps : c'est l'armée qui me pose problème - l'institution militaire ; non les personnes qui la composent. Je n'ai rien contre le soldat, celui qui s'engage dans l'armée : c'est l'institution militaire, en elle-même qui me dérange.
    yunolo
    yunolo


    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 69
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par yunolo Mer 5 Aoû - 1:43

    ps : c'est l'armée qui me pose problème - l'institution militaire ; non les personnes qui la composent. Je n'ai rien contre le soldat, celui qui s'engage dans l'armée : c'est l'institution militaire, en elle-même qui me dérange.


    Je ne te suis pas là! Pourquoi l'armée à ce niveau ?

    Parce que si tu veux parler de l'armée en général et de l'Afghanistan en particulier on peut en discuter!
    Mon adorable neveu Yann, 3è RIMA de Vannes, vient de s'envoler dimanche pour cette foutue merde!

    Il y a, à mes yeux, tellement à en dire sur ce merdier! TOTAL US!
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par admin Mer 5 Aoû - 1:49

    yunolo a écrit:ps : c'est l'armée qui me pose problème - l'institution militaire ; non les personnes qui la composent. Je n'ai rien contre le soldat, celui qui s'engage dans l'armée : c'est l'institution militaire, en elle-même qui me dérange.


    Je ne te suis pas là! Pourquoi l'armée à ce niveau ?
    Tu m'as écrit :
    "Rien que le mot "policier" te fait bondir! Pas grave!"
    à quoi j'avais répondu : "Le mot policier ne me fait pas bondir... bien au contraire. Je ne comprends pas ce qui te fais penser cela."

    Et comme je me suis rappelée t'avoir dit un truc sur le défilé du 14.07, j'ai pensé que tu avais confondu. Et donc je précisais avec le PS que tu as retranscris. Ni plus ni moins.

    Si tu veux parler du reste (ton neveu), on peut le faire sur un sujet plus approprié, avec plaisir...
    yunolo
    yunolo


    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 69
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par yunolo Mer 5 Aoû - 2:31

    Parlons de l'armée si tu veux et de l'Afghanistan en particulier!
    Je te laisse le choix du chapitre! (en + petit STP)! Je rigole!
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par admin Jeu 6 Aoû - 23:23

    yunolo a écrit:Parlons de l'armée si tu veux et de l'Afghanistan en particulier!
    Je te laisse le choix du chapitre! (en + petit STP)! Je rigole!
    Ok, voici le lien : La France est-elle en Guerre ?

    Contenu sponsorisé


    HIV/SIDA Empty Re: HIV/SIDA

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 11 Aoû - 2:32