LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» AVORTEMENT AUX USA, NOUS NE VOULONS PAS PERDRE DE DROITS, NOUS VOULONS EN GAGNER !
par bye Hier à 12:51

» Michel Piron en garde à vue. Derrière Jacquie et Michel : un système organisé de proxénétisme et de viols.
par bye Jeu 16 Juin - 15:33

» EuroSatory : Visioconférence et Rassemblements contre le commerce des armes
par bye Lun 6 Juin - 17:32

» Entretien avec Yamina Saheb (GIEC) : “Il y a eu quelques réticences pour mettre le terme de sobriété dans le dernier rapport”.
par bye Mer 1 Juin - 8:37

» Retour sur l’accueil des déplacés d’Ukraine dans les Hautes-Alpes
par bye Mar 31 Mai - 16:17

» L’industrie pornocriminelle cible les enfants et la justice abdique !
par bye Mer 25 Mai - 16:23

» Le Royaume-Uni renforce son arsenal juridique contre les personnes en besoin de protection
par bye Jeu 19 Mai - 10:42

» Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
par bye Jeu 19 Mai - 10:36

» Moi, Nestor Makhno (épisode 7) – Il y a 100 ans, l’autre guerre d’Ukraine – Feuilleton
par bye Mer 11 Mai - 11:53

» Le "Tous capables" l'Education Nouvelle Le Groupe Français d'Education Nouvelle
par bye Ven 6 Mai - 12:42

» Menaces sur le droit à l’avortement aux Etats-Unis : le collectif Avortement Europe dénonce une énième tentative de restreindre le droit des femmes à disposer de leur corps !
par bye Ven 6 Mai - 12:30

» Biélorussie : la plus grande attaque anti-syndicale du siècle en Europe
par bye Ven 29 Avr - 12:15

» Les associations dénoncent la différence de traitement envers les ressortissants non-Ukrainiens
par bye Ven 22 Avr - 6:21

» SUD éducation gagne l’indemnité REP/REP+ pour les AED !
par bye Jeu 21 Avr - 17:21

» Guerre en Ukraine : que contient la directive sur la protection temporaire de 2001 ?
par bye Dim 17 Avr - 9:50

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Ven 15 Avr - 8:59

» Mutations-sanctions à l'école Pasteur (93) : dans « l'intérêt du service public », nous devons faire front !
par bye Jeu 14 Avr - 8:42

» 6e rapport du GIEC : quelles solutions face au changement climatique ?
par bye Ven 8 Avr - 12:34

» Cabinets de conseil : quand le Sénat fustige le gouvernement
par bye Mer 6 Avr - 16:36

» Les fresques carabines : une institutionnalisation des violences sexistes à l’hôpital
par bye Dim 13 Mar - 12:35

» L’Ukraine au coeur… de la classe, l’école au coeur du monde
par bye Ven 4 Mar - 17:34

» 8 Mars 2022 : Grève féministe Déferlante pour l'égalité !
par bye Mar 1 Mar - 11:08

» Une guerre “culturelle”
par bye Jeu 24 Fév - 19:27

» Nouveau camp fermé de Samos : « Barbelés, clôtures, couvre-feu […] le camp ressemble à une prison. »
par bye Jeu 17 Fév - 18:07

» Exterminez toutes ces brutes
par bye Ven 4 Fév - 10:22

» Entretien avec Laurence Scialom : « Ne pas mettre la lutte contre la dégradation de notre biosphère au cœur de la gouvernance européenne serait une erreur historique »
par bye Mer 26 Jan - 15:55

» Osez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiquesOsez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiques
par bye Lun 24 Jan - 11:46

» La mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland PfefferkornLa mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland Pfefferkorn
par bye Sam 22 Jan - 10:48

» Répression pour un poème au Lycée Marcelin Berthelot de Pantin.
par bye Mer 12 Jan - 20:42

» CP/ Présidence française de l'Union européenne : Une alternative pour une politique d'asile européenne réellement solidaire est possible
par bye Ven 24 Déc - 9:47

» Les fresques carabines reconnues contraires à la dignité des femmes !
par bye Mar 21 Déc - 17:56

» Frontière biélorusse : quel impact des propositions de la Commission visant à déroger au droit d’asile européen ?
par bye Ven 17 Déc - 8:59

» contre le système pornocriminel
par bye Mer 15 Déc - 18:39

» S’émanciper dès la maternelle par le travail et la coopération
par bye Mer 15 Déc - 11:40

» La coopérative pédagogique : Paroles de filles
par bye Ven 3 Déc - 10:32

» La maltraitance des migrants n’est pas une fatalité »
par bye Mar 30 Nov - 18:47

» Lutter contre la violence… pour de vrai
par bye Jeu 25 Nov - 13:13

» République blindée, Projet Local d’Évaluation, chefs dans les écoles… Fin de règne rue de Grenelle
par bye Mer 17 Nov - 13:02

» Campagne d’Eric Zemmour : un masculiniste revendiqué prétendant à l’Elysée ?
par bye Jeu 11 Nov - 12:07

» Affaire Jacquie et Michel : 4 “acteurs” mis en examen pour viol, la fin de l’impunité !
par bye Mar 2 Nov - 18:34

» Réinstallation des réfugiés afghans dans l’UE : des promesses, pas d’engagements chiffrés
par bye Sam 23 Oct - 8:14

» La marchandisation généralisée des relations humaines et des corps coïncide avec l’échec de l’ambition démocratique
par gramophone Mer 20 Oct - 19:33

» À Montpellier, descente de police contre des sans-papiers venus au contre sommet France-Afrique
par bye Mar 19 Oct - 19:07

» Climat : nous l’avons fait, l’Etat n’a plus le choix !
par bye Ven 15 Oct - 12:36

» L’école des sans-école… des jeunes migrants refusés d’école
par bye Mer 13 Oct - 11:27

» La France envoie ses déchets nucléaires en Sibérie !
par bye Mar 12 Oct - 18:05

» Total Energies et Le Louvre : alliés contre le climat
par bye Mer 6 Oct - 16:55

» L’école est à la fois un lieu de formation et d’expression des bandes
par bye Mer 6 Oct - 9:19

» Analyse/déclaration sur la vente de sous-marins américains à l’Australie
par bye Sam 2 Oct - 9:32

» À celles et ceux qui ne sont pas rentré·es,
par bye Mer 29 Sep - 11:55

» « Nous n’avons pas besoin et nous ne voulons pas d’un petit chef ! »…
par bye Mar 21 Sep - 17:18

» Noël : fêtes familiales ou marché de dupe ?
par gramophone Mar 21 Sep - 15:57

» Les troubles de l’érection
par gramophone Mar 21 Sep - 14:36

» Le 28 septembre, c'est la journée internationale de droit à l'avortement !
par bye Lun 20 Sep - 19:35

» Biélorussie : les migrants victimes de l’instrumentalisation de la question migratoire
par bye Mer 15 Sep - 19:46

» Accueil des Afghans évacués de Kaboul
par bye Ven 10 Sep - 16:48

» Marseille : un discours de chef(s) !
par bye Mer 8 Sep - 11:53

» HECTAR grand projet inutile, priorité au service public !
par bye Mer 1 Sep - 19:09

» Rapport du GIEC : Jean Jouzel appelle à une réaction
par bye Mer 11 Aoû - 5:07

» J’évite de prendre l’avion
par bye Lun 12 Juil - 20:45

» Condamné à agir d’ici 9 mois, l'Etat ne réagit pas...
par bye Ven 2 Juil - 9:05

» ENFIN L'ÉGALITÉ, la PMA pour toutes adoptée !
par bye Mer 30 Juin - 12:12

» Projet de loi sur l’enfance : le choix du contrôle plutôt que de la protection pour les mineurs isolés étrangers
par bye Sam 19 Juin - 12:16

» Appel pour les libertés, contre les idées d’extrême-droite : mobilisons-nous le 12 juin !
par bye Mar 8 Juin - 11:52

» Soutien à l’enseignante empêchée de faire cours en raison de son masque
par bye Mer 2 Juin - 18:35

» La junte du Myanmar suspend plus de 1 600 enseignant·es
par bye Mar 25 Mai - 12:24

» Manifeste pour la suspension des brevets liés au Covid 19
par bye Dim 23 Mai - 16:49

» Les dépenses militaires face aux besoins humains. Les centaines de milliards de la honte
par bye Mer 19 Mai - 18:00

» Évaluer n’est pas noter
par bye Lun 17 Mai - 11:22

» Le bilan chiffré du règlement Dublin ne plaide pas pour son maintien
par bye Mer 5 Mai - 12:37

» La compensation carbone, inefficace pour réduire les émissions du secteur aérien
par bye Mar 20 Avr - 8:39

» GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"
par bye Ven 16 Avr - 12:34

» Covid-19 : quel impact sur les procédures d’éloignement des migrants ?
par bye Ven 2 Avr - 12:45

» Médecins : stagnation des effectifs mais baisse de la densité médicale
par bye Ven 2 Avr - 12:36

» Encore une attaque des fascistes contre une librairie libertaire
par bye Lun 22 Mar - 12:40

» A partie du 17 mars, la France est à découvert climatique
par bye Mer 17 Mar - 11:49

» Non, on ne peut pas être « féministe » et agresser des survivantes de la prostitution et des féministes le 8 mars.
par bye Jeu 11 Mar - 9:39

» Les députés les Républicains font entrave au droit à l’avortement pour toutes !
par bye Jeu 18 Fév - 12:16

» Méditerrannée : reprise des sauvetages en mer pour l'Ocean Viking
par bye Jeu 4 Fév - 19:44

» Nouveau numéro du journal Casse-rôles
par bye Lun 1 Fév - 12:53

» #METOOInceste : La loi à l’agenda de l’Assemblée Nationale !
par bye Ven 22 Jan - 13:39

» Projet Hercule : EDF serait éclaté en trois entités
par bye Sam 16 Jan - 9:00

» Les enjeux de l'intégration des bénéficiaires d'une protection internationale dans l'Union européenne
par bye Lun 11 Jan - 20:50

» La méthode Montessori en question
par bye Mer 23 Déc - 13:24

» L’environnement ? une préoccupation peu partagée par les adultes
par bye Mer 16 Déc - 12:08

» Terrorisme
par bye Lun 14 Déc - 18:45

» Éducation : il faut donner priorité aux vaincus
par bye Mar 8 Déc - 11:59

» JOURNÉE MONDIALE DE L'ENFANCE
par bye Ven 4 Déc - 17:14

» 25novembre : la lutte pour l'élimination des violences masculines continue !
par bye Mer 25 Nov - 15:07

» Les mobilisations étudiantes sous la menace de lourdes peines de prison
par bye Mar 24 Nov - 10:23

» Décision historique pour la justice climatique !
par bye Jeu 19 Nov - 20:00

» Et maintenant nous sommes là...
par bye Mer 18 Nov - 13:13

» Révélation scientifique: l’amour rend aveugle !
par gramophone Sam 7 Nov - 9:55

» La puissance de la solidarité syndicale internationale
par bye Ven 6 Nov - 11:53

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


2 participants

    le corps de la musique : Anton Dvorak

    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    le corps de la musique : Anton Dvorak Empty le corps de la musique : Anton Dvorak

    Message par bye Lun 23 Juin - 6:47

    Les astres tournent pour la plupart, pendant des millénaires, et nous contemplons sans bouger leurs stries sur nos peaux, sur nos cordes résonnantes.D'autres se fichent sous le derme, et reconstituent jusqu'à la vapeur de notre sang.
    Puisque le 21 juin permet l'expression musicale sous toutes ses formes, j'ai voulu émettre un peu de liberté à celui qui loue mon corps depuis des années, et y joue des enchaînements de fumée, des sutures ensorcelées.
    Dès que le Stabat Mater s'est approché de mes genoux fichés dans la lumière, je sentis comme des cloisons intérieures se déboîter; un espace nouveau prenait fête, appuyé sur une grammaire défrichée, aux mille bouches ouvertes.
    Les vertiges suivants eurent tôt fait de me consumer, chair fûmante: les symphonies ( bien sûr, la 9° dite du nouveau monde, mais l'intégralité constitue un nouveau territoire musical ), la Czech suite ,..
    Le concerto pour violoncelle apporte une nouvelle gamme à nos pas, déjà mis à mal.
    Puis, dans toute cette composition extraordinaire, campée sur la tradition en danses et musiques de Bohême, mais l'arrachant d'un départ de soucoupe vers d'autres univers, allongés, sens muets, voici que rompt la désuétude, le jauni musical: le 12° quatuor " the américan ", et son exceptionnel 2° mouvement. D'où vient-il ? Où est la mine qui a produit ce bijou ?Comment vivre sans cette merveille, à présent ?Je me suis versé cette musique improbable, à fleur de sang, en robe d'éternité.

    Des compositeurs nous atteignent, nous traversent par leur patte, leur style, le pont qu'ils jettent sur la syntaxe musicale. Dvorak a intégré l'essence de la musique tchèque, et en a fait jaillir les sources soupçonnées, puis a détaché dans le ciel, des continents irréels, vierges, révolutionnés. Traverser un tel génie à pieds, sans bagages ( inutiles ), et sentir l'arc-en-ciel.

    Antonín Dvořák quitte l'école à 11 ans pour apprendre le métier de son père, boucher du village, et celui d' aubergiste. Son père se rend compte assez tôt des capacités musicales de son fils et l’envoie en 1853 chez un oncle de Zlonice, où il apprend l’allemand, langue officielle de l’administration impériale autrichienne, et améliore la culture musicale qu’il avait acquise avec l'orchestre du village.

    Il poursuit ses études à Kamenice et est accepté en 1857 à l’école d’orgue de Prague, où il reste jusqu’en 1859. Diplômé du second prix, il rejoint la Prager Kapelle de Karel Komzák, un orchestre de variétés. Il y tient la partie d’alto. En 1862, la Prager Kapelle est intégrée au nouvel orchestre du Théâtre provisoire de Prague, ainsi nommé dans l’attente de la fondation d'un véritable opéra (le Théâtre national de Prague verra le jour en 1881, mais devra être une nouvelle fois inauguré en 1883 à la suite d’un incendie).

    Son expérience de musicien d’orchestre lui permet de découvrir de l'intérieur un vaste répertoire classique et contemporain. Il joue sous la baguette de Bedrich Smetana, Richard Wagner, Mily Balakirev… et trouve le temps de composer des œuvres ambitieuses (deux premières symphonies en 1865).

    Dvořák démissionne de l’orchestre en 1871 pour se consacrer à la composition. Il vit des leçons particulières qu'il donne, avant d’obtenir un poste d’organiste à l’église Saint-Adalbert (1874).

    Dvořák tombe amoureux d'une de ses élèves, Josefina Cermakova. Il écrit un cycle de chansons, « Arbres de Cyprès », dans la tentative de conquérir son cœur. Cependant elle épouse un autre homme, et en 1873 Dvořák épouse la sœur de Josefina, Anna. Ils ont neuf enfants.

    Alors qu’il rencontre ses premiers succès locaux (cantate Hymnus en 1873 sous la direction de son ami Karel Bendl), un jury viennois reconnaît la qualité de ses compositions et lui octroie une bourse qui sera renouvelée cinq années consécutivement. Cela lui permet d’entrer en contact avec Johannes Brahms, qui deviendra son ami et le présentera à son éditeur Fritz Simrock. D’autres musiciens illustres comme les chefs d’orchestre Hans von Bülow et Hans Richter, les violonistes Joseph Joachim et Joseph Hellmesberger, et plus tard le Quatuor Tchèque, feront beaucoup pour la diffusion de sa musique.

    Son Stabat Mater, les Danses slaves et diverses œuvres symphoniques, vocales ou de musique de chambre le rendent célèbre. L’Angleterre le plébiscite. Dvořák s'y rendra à neuf reprises pour diriger ses œuvres, notamment ses cantates et oratorios très appréciés du public britannique. La Russie, à l'initiative de Piotr Ilitch Tchaïkovski, le réclame à son tour. Le compositeur tchèque fera une tournée à Moscou et à Saint-Pétersbourg (mars 1890).

    Célèbre dans tout le monde musical, il est nommé de 1892 à 1895 directeur du Conservatoire national de New York. Il y tient une classe de composition. Sa première œuvre composée aux États-Unis, est la 9e symphonie dite « Du nouveau Monde ». Son succès est foudroyant et ne s’est jamais démenti depuis sa première audition. Une juste reconnaissance qui masque pourtant la beauté et l’originalité des autres symphonies de maturité. Son intérêt pour la musique noire soulève une très vive controverse dont on perçoit l’écho sur le Vieux Continent. Son séjour en Amérique du Nord voit naître d’autres compositions très populaires comme le 12e Quatuor (dans lequel il emploie des procédés caractéristiques du blues) et le merveilleux Concerto pour violoncelle, qui sera terminé en sol européen.

    De retour en Bohême, où il retrouve sa douce vie à la campagne, il compose plusieurs poèmes symphoniques : L’Ondin, La Sorcière de midi, Le Rouet d’or, Le Pigeon des bois, inspirés par les légendes mises en vers par Karel Jarmir Erben. Dvořák renouvelle le genre en inventant un procédé de narration musicale fondé sur la prosodie de la langue parlée. Ce procédé dit des « intonations » sera repris par Leoš Janáček.

    La fin de sa vie est surtout consacrée à la composition d’opéras dont le plus célèbre reste Rusalka, créé en 1901. Pendant cette période, il dirige également le Conservatoire de Prague.

    Son œuvre est immense et variée, pour le piano, la voix (Lieder), divers effectifs instrumentaux dont l’orchestre symphonique, la musique de chambre, l’opéra, la musique religieuse. Elle est recensée de façon thématique et chronologique dans le catalogue de Jarmil Burghauser.

    Sa musique est colorée et rythmée, inspirée à la fois par l’héritage savant européen et par l'influence du folklore national tchèque mais aussi américain (negro spirituals ou chansons populaires). Dvořák est l'un des rares exemples de compositeur romantique ayant abordé avec succès tous les genres, à la seule exception du ballet. Bien que sa musique ait eu du mal à s'imposer en France, Dvořák était considéré de son vivant comme un personnage de stature internationale. En 1904, quelques semaines avant sa disparition, des émissaires de la mairie de Paris firent un voyage en Bohême pour lui remettre une médaille d'or décernée par le conseil municipal[1].

    Parmi ses meilleurs interprètes l’on trouve ses compatriotes comme l’Orchestre philharmonique tchèque, les chefs Václav Talich, Rafael Kubelik, Karel Ančerl, le Quatuor de Prague, le Trio Tchèque, et son arrière-petit-fils, le violoniste Josef Suk — une liste non exhaustive qui ne saurait faire oublier le caractère universel de cette musique, défendue par les plus grands interprètes.
    Statue d'Antonín Dvořák devant le Rudolfinum, à Prague.
    Statue d'Antonín Dvořák devant le Rudolfinum, à Prague.

    Compositions majeures

    Le catalogue des œuvres de Dvořák par numéro d'opus est passablement confus. Certaines œuvres ont porté deux voire trois numéros différents, l'ordre chronologique n'est pas toujours respecté et des œuvres ne portent pas de numéro. Il est donc préférable d'adopter la nomenclature proposée par Burghauser. Dans cette dernière, la lettre B est utilisée, suivie d'un chiffre correspondant à l'ordre chronologique réel des compositions. Ce système va de B.1 (une polka pour piano composée vers 1854 et qui est l'œuvre la plus ancienne conservée du musicien) jusqu'à B.206 pour son opéra Armida, sa dernière œuvre achevée.

    Musique symphonique

    Pendant longtemps, seules cinq symphonies du compositeur étaient connues, numérotées de 1 à 5, dans l'ordre de leur publication (qui ne correspond pas entièrement à l'ordre de leur composition). Ainsi, la Symphonie du Nouveau-Monde porta le numéro 9, et le dictionnaire Robert des noms propres affirmait encore dans les années 1990 que Dvořák était l'auteur de cinq symphonies. Quelques rares spécialistes savaient tout de même qu'il y en existait d'autres, mais il faudra attendre les années 1960 pour que paraisse la première édition critique des neuf symphonies dans la numérotation maintenant de règle. Du jour au lendemain, pas moins de quatre « nouvelles » symphonies de Dvořák étaient offertes au monde musical. Aussitôt, plusieurs chefs en profitèrent et enregistrèrent de véritables intégrales discographiques des neuf symphonies : le Polonais Witold Rowicki (Philips), le Hongrois István Kertész (Decca London) et les Tchèques Rafael Kubelík (DGG) et Václav Neumann (Supraphon). D'autres intégrales s'ajoutèrent au fil des ans : notamment celles d'Otmar Suitner (Edel Classics), de Neeme Järvi (Chandos) et de Stephen Gunzenhauser (Naxos). Neumann refit une intégrale à l'ère numérique (Supraphon).

    * Sérénade pour cordes en mi majeur, B. 52 (op. 22) ;
    * 9 symphonies :

    Symphonie n° 1 en ut mineur « Les Cloches de Zlonice », B.9 (op. 3; 1865)
    Symphonie n° 2 en si bémol majeur, B.12 (op. 4; 1865)
    Symphonie n° 3 en mi bémol majeur, B.34 (op. 10; 1873)
    Symphonie n° 4 en ré mineur, B.41 (op. 13; 1874)
    Symphonie n° 5 en fa majeur, B.54 (op. 24 ou 76; 1875)
    Symphonie n° 6 en ré majeur, B. 112 (op. 60; 1880) ;
    Symphonie n° 7 en ré mineur, B. 141 (op. 70; 1884-85) ;
    Symphonie n° 8 en sol majeur, B. 163 (op. 88; 1889) ;
    Symphonie n° 9 en mi mineur « Du nouveau monde », B. 178 (op. 95) (1893) ;

    * Les Danses slaves (op. 46 et op. 72) ;
    * Les Poèmes symphoniques :(1896)

    L’Ondin, B. 195 (op. 107) ;
    La Sorcière de midi, B. 196 (op. 108) ;
    Le Rouet d'or, B. 197 (op. 109) ;
    Le Pigeon des bois, B. 198 (op. 110) ;
    Le Chant du héros, B. 199 (op. 111); moins connu en France;

    * La suite tchèque en ré majeur pour petit orchestre (op. 39) ;
    * La suite américaine (op. 98B)
    * Le Scherzo Capriccioso pour orchestre B. 131 (op. 66)

    Concertos [modifier]

    * Concerto pour piano en sol mineur, op. 33 B63 ;
    * Concerto pour violon, op. 53 B108 ;
    * Concerto pour violoncelle en si mineur, op. 104 B191.

    Musique de chambre [modifier]

    * Trio pour piano, violon et violoncelle n° 1 en si bémol majeur, op. 21 B51 ;
    * Trio pour piano, violon et violoncelle n° 2 en sol mineur, op. 26 B56 ;
    * Trio pour piano, violon et violoncelle en fa mineur, op. 65 B130 ;
    * Trio pour piano, violon et violoncelle « Dumky », op. 90 B166 ;
    * Terzetto pour deux violons et alto, op. 74 ;
    * Quatuor avec piano en ré majeur, op. 23, B. 53 ;
    * Quatuor avec piano en mi bémol majeur, op. 87, B. 162 ;
    * 14 quatuors à cordes :

    Quatuor à cordes #1, en la majeur, B.8 (opus 2; 1862);
    Quatuor à cordes #2, en si bémol majeur, B.17 (sans numéro d'opus; c.1868-70);
    Quatuor à cordes #3, en ré majeur, B.18 (sans numéro d'opus; c.1869-70);
    Quatuor à cordes #4, en mi mineur, B.19 (sans numéro d'opus; 1870);
    Quatuor à cordes #5, en fa mineur, B. 37 (opus 9; 1873);
    Quatuor à cordes #6, en la mineur, B.40 (opus 12; 1873);
    Quatuor à cordes #7, en la mineur, B.45 (opus 16; 1874);
    Quatuor à cordes #8, en mi majeur, B.57 (opus 80; 1876);
    Quatuor à cordes #9, en ré mineur, B.75 (opus 34; 1877);
    Quatuor à cordes #10, en mi bémol majeur, B.92 (opus 51; 1878-79);
    Quatuor à cordes #11 en ut majeur, B.121 (opus 61; 1881) ;
    Quatuor à cordes #12 en fa majeur « Américain », B.179 (opus 96; 1893) ;
    Quatuor à cordes #13 en sol majeur, B.192 (opus 106; 1895) ;
    Quatuor à cordes #14 en la bémol majeur, B.193 (opus 105; 1895) ;

    * Quintette pour piano en la majeur, op. 81 B155 ;
    * Quintette à cordes en mi bémol majeur, op. 97 B180 ;
    * Sextuor à cordes en la majeur op. 48.

    Musique vocale

    * Stabat Mater, op. 58 B71 (1877)
    * Rusalka, op. 114 B203 (1901)
    * Requiem, op. 89 B165 (1890)
    * Messe en ré majeur pour chœur, soli et orchestre (version pour orgue existante), op. 86 B153 (1887)
    * Cantate Sainte Ludmila, op. 71 B144 (1886)

    Musique pour piano

    * Danses slaves - Série n° I, op. 46 B83, 1878
    * Silhouettes, op. 8 B98, 1879
    * Mazurkas (six), op. 56 B111, 1880
    * Légendes, op. 59 B122, 1881
    * Dumka et Furiant, respectivement op. n° 1 et op. n° 2 (B136 et B137), 1884
    * Danses slaves - Série n° II, op. 72 B147, 1886
    * Images musicales poétiques, op. 85 B161, 1889
    * Humoresques, op. 101 B187(et notamment la célèbre Humoresque n° 7 en sol majeur), 1894
    * Suite en la majeur, op. 98, 1894 (version initiale pour piano de la Suite américaine, op. 86B B184)


    Dernière édition par bye le Lun 23 Juin - 7:45, édité 1 fois
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    le corps de la musique : Anton Dvorak Empty Re: le corps de la musique : Anton Dvorak

    Message par bye Lun 23 Juin - 7:02

    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    le corps de la musique : Anton Dvorak Empty Re: le corps de la musique : Anton Dvorak

    Message par bye Lun 23 Juin - 7:43




    ne plus être, sans poids, sans temps, sans mesure, sans voix..
    jeffe
    jeffe


    Masculin
    Nombre de messages : 207
    Age : 113
    Localisation : au soleil
    Emploi/loisirs : faire la [ R]évolution
    Humeur : [R]évolutionnaire
    Date d'inscription : 12/04/2008

    le corps de la musique : Anton Dvorak Empty Re: le corps de la musique : Anton Dvorak

    Message par jeffe Lun 23 Juin - 10:13

    Je ne connais pas toute son œuvre mais depuis longtemps un grand fan de son concerto pour violoncelle, surtout lorsque Rostropovich s'y trouvait.

    Cher Bye, connaissez vous Bedrich Smetana ? Je leur trouve à tout les deux comme une même marque de "fabrique". Il faut dire que tout les deux sont contemporains et qui plus est, était très amis.

    Je ne connais bien que Má Vlast (Ma Patrie), cycle de six poèmes symphoniques (1879) dont Vltava (la Moldau) mais quelle puissance évocatrice...

    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    le corps de la musique : Anton Dvorak Empty Re: le corps de la musique : Anton Dvorak

    Message par bye Lun 23 Juin - 11:25

    oui, cher Jeffe, Smétana est très proche de Dvorak; j'aime particulièrement la quatuor n° 1, ainsi que le n°2 de Smétana.

    Pas très éloigné, non plus, de cet univers,Léos Janacek dans ses quatuors 1 et 2, sa sonate pour violon; composition peut-être encore plus audacieuse que ses congénères.

    Tout ce fourmillement génial , cet immense océan de créations hallucinantes de l'europe centrale, orientale. ..Et que dire de Szymanowski que l'on découvre peu à peu, Borodine ( j'en parlerai peut-être de celui-là et de son frère Moussorgski ).




    janacek: quatuor n°1: 1° mouvement

    Contenu sponsorisé


    le corps de la musique : Anton Dvorak Empty Re: le corps de la musique : Anton Dvorak

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 29 Juin - 13:27